#voiture électrique


S'abonner
| | radar

IBM promet de révolutionner le monde des batteries grâce à son ordinateur quantique

L'ordinateur quantique de IBM | DR

Dans deux annonces successives, la société IBM promet de révolutionner le monde des batteries. La plus récente a été faite au Consumer electronics show (CES) de Las Vegas: IBM a démontré qu’il était possible d’utiliser ses ordinateurs quantiques pour dessiner en 3D les molécules idéales pour créer de nouvelles batteries solides. Et fin 2019, la société a présenté une nouvelle batterie constituées de trois matériaux (restés secrets), aux propriétés exceptionnelles, indique le site SingularityHub.

Pourquoi c’est intéressant. Si l’avenir de l’énergie doit s’écrire en mode renouvelable, il est indubitable que les batteries joueront un rôle crucial. Le sommet du panier, actuellement, reste la fameuse batterie lithium-ion. Mais IBM affirme que son nouveau produit combine plusieurs avantages: coûts bas, temps de recharge très rapide (80% en 5 minutes), haute puissance et densité d’énergie, et enfin faible inflammabilité..

link

Lire l'article de SingularityHub

| | news

Au CES, la start-up suisse Green Motion s'associe au géant Eaton pour booster la mobilité électrique

François Randin, le CEO de Green Motion (au centre) s'associe avec le géant américain Eaton pour faciliter la consommation d'électricité renouvelable pour les voitures. | Heidi.news DR

EXCLUSIF Au premier jour du Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, le fabricant de station de recharge et de logiciels pour la mobilité électrique Green Motion annonce son association avec le géant de l’énergie américain Eaton (22 milliards de chiffre d’affaires et 100’000 employés) pour la production et la distribution de ses produits. Les bornes de recharge du fabricant suisse seront en partie fabriquées dans les usines d’Eaton au Maroc. Elles seront associées aux dispositifs de stockage décentralisés d’électricité XStorage d’Eaton, qui facilitent l’autoconsommation solaire.

Pourquoi c’est intéressant. Dans le cadre de sa stratégie pour la mobilité électrique pilotée depuis son siège européen de Morges, Eaton a développé des stations de stockage d’électricité comparables au Powerwall de Tesla – des batteries domestiques rechargeables par panneaux solaires. Mais le modèle d’Eaton est modulaire et dimensionné pour les immeubles collectifs plutôt que les habitations individuelles. De quoi concrétiser l’idée, lancée par feu Nicolas Hayek, d’autoconsommation solaire en associant production décentralisée d’électricité renouvelable et stockage local pour alimenter la maison ou charger une voiture électrique.

| radar

Les premières Tesla "Made in China" livrées

La Tesla Model 3 | Keystone

Tesla commencera à livrer ses premières voitures construites en Chine ce lundi, un jalon important pour la société d'Elon Musk alors qu'elle tente de se développer sur le plus grand marché mondial de véhicules électriques, où d’autres constructeurs mondiaux (BMW, Daimler) mais également chinois (NIO, Xpeng Motors) sont déjà présents sur le marché de la voiture électrique.

Pourquoi c’est important. Inauguré au début de l’année, il s’agit de la première usine Tesla en dehors des Etats-Unis. Au total, 15 unités de berlines Model 3 assemblées dans la nouvelle usine de Tesla à Shanghai seront livrées à des employés de la société. L’Allemagne devrait accueillir une usine Tesla en 2021, la première d’Europe.

link

South China Morning Post

| | radar

Tesla présente son étonnant «Cybertruck»

La présentation du Cybertruck par Elon Musk Photo: Tesla

Voilà un modèle qui était très attendu au pays du truck tout puissant. Tesla a présenté dans la nuit de jeudi à vendredi son tout premier pick-up électrique, le «Cybertruck». Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le design futuriste et aux angles secs surprend. «Wired» se penche dessus et raconte cette présentation qui a été faite de coups de massue (au sens propre du terme, les fenêtres blindées n’ont d’ailleurs pas résisté).

Pourquoi c’est important. Les pick-up comme la Ford F-150, la Ram Pickup ou la Chevrolet Silverado trustent depuis des années le top 3 des ventes américaines de voitures toutes catégories confondues. Des ventes qui sauvent les constructeurs comme le montrent les résultats de General Motors. S'insérer sur ce marché représente un défi majeur pour l’électrique, et permettra peut-être de le rendre moins polluant.

link

Wired

| | radar

Pour le MIT, l'incertitude sur le marché des batteries freine l'essor de la voiture électrique

URS FLUEELER/KEYSTONE

Cela n’aura échappé à personne: les véhicules électriques demeurent encore largement plus coûteux que leurs homologues thermiques. Cette tendance est-elle amenée à s’infléchir dans les années à venir? Pas forcément, car de nombreuses incertitudes pèsent sur le marché des batteries et compliquent l’exercice de prospective, observe le Massachussetts Institute of Technology (MIT) dans un rapport d’analyse, décrypté par la MIT Technology Review.

Pourquoi c’est important. En Suisse, les voitures électriques présentent un bilan carbone plus avantageux que l’automobile traditionnelle, au point que la Confédération s’est fixée pour objectif d’atteindre 10% de ventes de voitures neuves en électrique pour 2020, puis 15% en 2022. Pour l’étude du MIT, toutefois, il faudra attendre au moins une décennie avant que le prix des voitures électriques s’aligne enfin avec celle des voitures à essence. En cause, le coût des batteries au kWh, qui peine à chuter, à cause des tensions d’approvisionnement sur certains métaux. Les batteries lithium-ion représentent aujourd’hui un tiers du coût d’une voiture électrique, note le MIT.

link

Lire l'article du MIT Tech Review

| | radar

Un Suisse sur deux souhaite acheter une voiture électrique, selon le TCS

| | news

Quelles pistes pour réduire la part de l'automobile dans les émissions de gaz à effet de serre?

Zurich dans les gaz d'échappement, dans les années 1980 | MARTIN RUETSCHI/KEYSTONE

Cet article fait partie de notre dossier «Que changer pour le climat?».

Nous le rappelions en septembre: en Suisse, les voitures individuelles sont le principal poste d'émissions de gaz à effet de serre (GES). Dans le pays, les voitures de tourisme émettent en effet 23%, soit près d’un quart, des émissions. Que peut-on faire pour limiter leur impact? Faut-il retarder l’achat d’un véhicule neuf moins polluant? Acheter une voiture électrique si l’on roule peu? Vendre sa voiture et lui préférer le vélo, quitte à louer un véhicule lorsqu’on en a besoin? Ou encore s’investir en politique pour limiter leur usage en ville et la mise en place de normes plus restrictives?

Pourquoi c’est difficile. Changer nos modes de transports du jour au lendemain n’a rien d’évident, car l’automobile s’est tant imposée, au cours du dernier siècle, qu’elle a affecté les choix des collectivités locales en matière d’infrastructures de transport. Trop souvent, ces dernières ont d’abord été pensées pour son usage, même si la tendance est à l’infléchissement en ville. Tour d’horizon des approches envisageables.

| | news

Pourquoi les voitures électriques sont plus écologiques que les voitures classiques en Europe

Une place de parking équipée d'une borne de recharge électrique, à Bernex | MARTIAL TREZZINI/KEYSTONE

Cet article fait partie de notre dossier «Que changer pour le climat?».

Face aux problèmes sanitaires de la pollution et au changement climatique, les voitures électriques ont-elles vraiment l’avantage, lorsqu’on prend en compte tous les indicateurs écologiques, et que l’on considère leur fabrication en plus de leur utilisation? Cette question nous a été posée par plusieurs lecteurs au cours des dernières semaines. Éléments de réponse.

Pourquoi c’est important. Les initiatives visant à remplacer nos polluants véhicules à énergies fossile par leurs homologues électriques fleurissent partout dans le monde: Norvège, France, et dans certains Etats américains comme la Californie. La Suisse, elle, s’est fixé l’objectif d’atteindre 10% en 2020 pour les ventes de voitures électriques neuves (hybrides comprises), puis 15% en 2022. Pourtant, la voiture électrique est souvent parée de nombreux maux: l’extraction des minerais à la base de ses batteries pollue, elle dispose d’une moindre autonomie, son intérêt dépend des sources d’électricité utilisées… Ces critiques sont-elles justifiées par les chiffres?

| | radar

Pourra-t-on bientôt recharger une voiture électrique en moins de 10 minutes?

Représentation 3D de la baterrie | CHAO-YANG WANG GROUP

Charger l’équivalent de 320 kilomètres d’autonomie en moins de 10 minutes: c’est ce que promet la dernière batterie lithium-ion développée par une équipe de l’université de Pennsylvanie et présentée dans la revue Joule mercredi 30 octobre. Mais la méthode consistant à chauffer la batterie à 60°C pendant la charge ne fait pas l’unanimité, selon le Japan Times.

Pourquoi on en parle. Les voitures électriques sont encore trop dépendantes du long temps de charge que nécessite leur batterie. Une innovation comme celle annoncée dans Joule permettrait de passer outre cet obstacle. Mais sa commercialisation n’est pas pour demain: chauffer ainsi la batterie pourrait en effet l’exposer à des risques d’explosion.

link

Lire l'article dans Japan Times

| | news

Le véhicule électrique, pas toujours plus avantageux pour le climat aux Etats-Unis

Marco Verch/Creative Commons

Pour réduire son empreinte carbone et infléchir le changement climatique, on nous le répète à l’envi: il faut passer au véhicule électrique. Mais cette mesure n’a pas le même effet partout, avance une étude de chercheurs du MIT, à laquelle a pris part l’industriel Ford, publiée dans Environmental Science & Technology. Ils démontrent que dans plusieurs Etats américains, où l’électricité reste très carbonée, il peut être plus efficace à court terme, plutôt que d’opter pour l’électrique, de conduire un véhicule thermique plus léger!

Pourquoi c’est important. Le transport routier reste le deuxième contributeur mondial de gaz à effet de serre, 13,41 gigatonnes de CO2 émis dans le monde en 2016. Mais troquer le bidon de combustible fossile contre une batterie n’a rien d’une solution miracle: produire de l'électricité émet aussi du carbone, selon les sources utilisées dans le mix électrique. Et les conditions météorologiques peuvent limiter la performance des batteries.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Cinq fois plus de modèles de véhicules électriques seront disponibles d'ici 2025

Station pour voiture électrique à Bâle | GEORGIOS KEFALAS/KEYSTONE

Selon l’organisation européenne Transport et Environnement, une Fédération européenne pour le transport et l’environnement qui regroupe une cinquantaine d’organisations actives dans ce domaine, le nombre de modèles de véhicules électriques (y inclus les hybrides et les voitures à hydrogène) disponibles auprès des grands constructeurs devrait passer de 60 fin 2018 à 333 en 2025.

Ce à quoi on peut s’attendre. Le point de bascule du marché se situerait ainsi en 2021, quand sera introduite la norme européenne limitant à 95g/km les émissions des nouvelles voitures. En se basant sur les données du cabinet de conseil économique américain IHS Markit, qui fait autorité chez les constructeurs, les auteurs prévoient une production de voitures électriques multipliée par six d’ici 2025.