#vieillissement


S'abonner
| | radar

Cette start-up veut rallonger la vie de votre chien

Image d'illustration | Wikimedia Commons

A Boston, Rejuvenate Bio compte traiter plusieurs maladies du chien liées à l’âge. L’entreprise vient d’obtenir les droits mondiaux exclusifs pour une combinaison de thérapies géniques développées à Harvard et au Broad Institute.

Les détails. Cofondée par l’emblématique et controversé biologiste George Church, cette jeune pousse vise à terme le développement de traitements anti-vieillissement chez l’humain, une fois les approches validées sur nos animaux de compagnie. La société va notamment se concentrer sur la maladie de la valve mitrale, qui touche 7 millions de chiens aux Etats-Unis et qui provoque un arrêt cardiaque. Une étude pilote va être lancée pour prouver l’efficacité de son traitement.

link

Harvard - Office of Technology Development

| | radar

La solution des banques japonaises contre les arnaques qui visent leur clientèle vieillissante

Des personnes âgées aux Japon. | Flickr

Le vieillissement de la population est un fléau au Japon, et concerne aussi la gestion clientèle des banques. Une population particulièrement exposée aux arnaques. Selon les chiffres de la police japonaise, 78% des victimes d'escroquerie au Japon en 2018 avaient plus de 65 ans.

Pourquoi c’est utile. Une entreprise a développé une application dédiée aux services financiers pour les personnes âgées. Elle permet d'identifier les premiers signes de déclin cognitif en analysant les habitudes de dépenses à l'aide de données bancaires ouvertes. Elle enverra des alertes aux membres de la famille si elle détecte des dépenses inhabituelles, afin de les protéger contre la fraude.

link

Asia Nikkei

| | radar

Les robots, antidotes à la solitude des seniors?

SHIZUO AMBAYASHI/AP/Kesytone/Démonstration du obot Qoobo conçu pour apaiser les ersonnes âgées notamment.

Elle apporta un jour à sa mère placée en institut gériatrique un chat robot ronronnant et bruyant conçu comme un compagnon pour les personnes âgées. «Ce n'est pas un substitut aux soins», assure cette dame dont la mère est décédée en juin dernier à 95 ans. «Mais c'était quelqu'un que ma mère pouvait embrasser et par qui elle pouvait être accepté. C'était devenu un ami fiable», relate le New York Times.

Pourquoi on en parle. A l'heure où l'espérance de vie tend à s'allonger, cette tribune questionne la place grandissante des robots pour s'occuper des générations vieillissantes. Elle s'interroge aussi sur ce qu'est l'humain, le soin, l'éthique et la dignité.

link

New York Times

| | radar

Adapter les logements pour permettre aux séniors de rester chez eux devient une priorité

5% des habitants en Suisse ont 85 ans ou plus. | Keystone / Christof Schuerpf

Selon une étude publiée début novembre, les séniors sont de plus en plus nombreux à vouloir rester chez eux plutôt que de partir vivre en EMS. Ce lundi 18 novembre, la RTS évoque les difficultés et les moyens mis en places pour que les personnes âgées puissent adapter leur logement. En effet, jusqu’ici, les propriétaires étaient frileux à l’idée d’effectuer des travaux afin de permettre au locataire de rester plus longtemps dans leur logement. Ce sont les occupants de longue date qui paient les plus petits loyers.

Pourquoi on vous en parle. La population vieillit. Alors qu’aujourd’hui 5% des habitants ont 85 ans ou plus, ils seront plus de 10% de la population dans 25 ans. De plus, 60% des personnes âgées qui habitent seules utilisent plus d’un tiers de leur rente pour le logement. Différents cantons se questionnent sur la possibilité d’octroyer des subventions aux séniors pour l’adaptation de leur logement. Afin de terminer une étude sur l’aménagement d’un appartement existant à moindre frais, les chercheurs de la Haute école de santé et de la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève recherchent des participants dans les cantons de Vaud et du Valais.

link

Lire l'article en entier sur RTS

| | interview

Andréa Pfeifer: «Il y a de bonnes chances de traiter Alzheimer grâce aux travaux sur une nouvelle protéine»

Andréa Pfeifer, fondatrice et directrice de l'entreprise lausannoise AC Immune, lors de l'introduction en bourse au Nasdaq en septembre 2016. | Nasdaq

La journée mondiale d’Alzheimer (le 21 septembre) oblige à dresser un constat difficile: il n’existe toujours pas de traitement et les coûts liés à la maladie risquent de faire exploser les systèmes de santé. Des médicaments actifs sur une protéine, baptisée Tau et jusqu’ici jugée moins prioritaire, pourraient changer la donne. L’entreprise lausannoise AC Immune a reçu ce 20 septembre un financement de 30 millions de francs pour poursuivre les recherches sur cette protéine. Sa fondatrice et directrice Andréa Pfeifer explique pourquoi cette manne est capitale.

Pourquoi il y a urgence. Dans le monde, un nouveau cas de démence, le plus souvent lié à Alzheimer, est diagnostiqué toutes les trois secondes. Cela signifie que d'ici 2050 le nombre de personnes atteintes de démence devrait plus que tripler, pour atteindre 152 millions. Avec un coût mondial qui passera d'environ 1000 milliards de dollars à 2000 milliards de dollars d'ici 2030.

| | radar

Un complément alimentaire sensé ralentir le vieillissement sème le doute

Steve Buissinne / Pixabay

Un complément alimentaire peut-il réellement permettre de vieillir plus lentement? C’est la question que se pose le NewScientist après la mise en vente en ligne récente de la pilule Rejuvant par la firme floridienne Ponce De Leon Health (PDLH).

Pourquoi cela pose question. Afin de commercialiser plus rapidement son produit, PDLH l’a déclaré comme complément alimentaire plutôt que comme médicament. Cela lui a permis de ne pas attendre certains tests notamment d’efficacité et de sécurité. Pour l’heure, les analyses n’ont été réalisées que sur des vers et des souris, mais pas sur l’humain.

link

Lire l'article dans NewScientist

| | news

L'enzyme de jouvence existe... chez la souris

photo d'illustration | Keystone

Allonger l’espérance de vie et réduire les signes du vieillissement est au cœur des recherches de nombreux laboratoires dans le monde. S’ils n’ont pas encore découvert la recette de l’élixir de jouvence universel, des chercheurs américains publient des résultats expérimentaux très prometteurs.

Pourquoi c’est intéressant. De précédents travaux avaient déjà découvert le rôle d’une molécule, appelée NAD+, dans les processus de vieillissement. Ces nouveaux travaux mettent en évidence les propriétés anti-âge d’une seconde enzyme, qui augmente la production de NAD+, ce qui aurait des effets à la fois sur les signes de vieillissement et la durée de vie.