#vaches


S'abonner
| | news

Pourquoi des chercheurs japonais ont déguisé une vache en zèbre

Exemple ayant permis de compter le nombre de piqûre sur une vache. | Plos One

Le Flux Santé se penche aussi sur la santé animale. Chloé Laubu, docteure en biologie du comportement animal, s'est penché sur la protection des vaches zébrées dans son nouvel article.

Les vaches peintes avec des rayures noires et blanches se font moins attaquer par les mouches piqueuses. C’est ce que démontrent des chercheurs japonais dans un article publié début octobre dans la revue PLoS ONE.

Pourquoi c’est intéressant. De nombreuses hypothèses ont été proposées pour expliquer l’évolution des rayures noires et blanches des zèbres (camouflage pour les prédateurs, thermorégulation). Celle qui, jusqu’à maintenant, récolte le plus de preuves en sa faveur est l’hypothèse de la protection contre les attaques d’insectes. Ainsi, les chevaux munis d’une tunique à rayures noires et blanches attireraient moins les insectes piqueurs. Le motif rayé perturberait le système visuel des insectes du fait d’une illusion d’optique liée à la modification de la polarisation de la lumière. La transposition au modèle bovin de l’avantage des rayures apporte une confirmation à cette hypothèse et ouvre aussi des perspectives pour réduire l’utilisation des pesticides dans les élevages.

| | radar

Faire paître des vaches ou mettre les sols en cultures: la compétition fait rage dans les champs suisses

Des vaches en Suisse, dans un champ sec | Jean-Christophe Bott/Keystone

Il n’y a pas que dans une arène de corrida que l’homme peut entrer en concurrence avec le bovin. Dans les champs, l’agriculture fourragère destinée aux vaches laitières peut entrer en concurrence directe avec les cultures pour la consommation humaine, montre une étude suisse.

Pourquoi c’est important. La surface de terres arables disponibles tend à diminuer en Suisse. Il devient essentiel de disposer d’outils permettant d’arbitrer l’usage des terres et d’optimiser l’alimentation animale.