#vaccin


S'abonner
| | news

Dès jeudi, la RDC servira de terrain de test pour le deuxième vaccin contre Ebola

Tenues de protection contre Ebola en train de sécher au centre de transit de Beni, au Nord-Kivu. | Keystone / Hugh Kinsella Cunningham

Dès jeudi 14 novembre, un second vaccin sera utilisé pour lutter contre la fièvre hémorragique Ebola en République démocratique du Congo (RDC). Développé en Belgique par Johnson & Johnson, ce vaccin (Ad26.ZEBOV/MVA-BN-Filo) est expérimental. Il sera utilisé en complément du rVSV-ZEBOV-GP de Merck, le premier vaccin utilisé pour combattre la fièvre épidémique Ebola.

Pourquoi on vous en parle. Cet été, la fracassante lettre de démission d’Oly Ilunga, ministre congolais de la santé, avait allumé la mèche: l’introduction d’un nouveau vaccin, dont l’efficacité n’a pas encore été testée en condition réelle chez l’humain, sert-il vraiment l’intérêt des Congolais? La controverse s’est propagée auprès des nombreux acteurs impliqués dans les campagnes de vaccination contre Ebola.

| | twitter

En cette journée nationale de la grippe, il est possible de se faire vacciner pour 30 francs

Ce vendredi 8 novembre partout en Suisse, vous pouvez vous faire vacciner pour seulement 30 francs, en vous rendant chez un médecin participant ou dans une pharmacie (sans rendez-vous).

Pourquoi on vous en parle. La vaccination est recommandée pour les personnes qui présentent des risques de complications: malades chroniques ou atteints d’affections respiratoires, femmes enceintes, enfants nés prématurément et les plus de 65 ans. Selon l’OFSP, la population à risque devrait se protéger avant que le seuil épidémique ne soit atteint, soit idéalement dès aujourd’hui.

| | news

Si vous voulez vous faire vacciner contre la grippe, c'est maintenant!

Dose de vaccin contre la grippe. | KEYSTONE / Gaetan Bally

La vague de grippe n’a pas encore commencé en Suisse. C’est donc le bon moment pour se faire vacciner comme le signale l’OFSP ce lundi 28 octobre. Selon cet office fédéral, la population à risque devrait se protéger avant que le seuil épidémique soit atteint, soit idéalement d’ici le 8 novembre, journée nationale de vaccination.

Pourquoi on vous en parle. 210’000 consultations pour la grippe ont été enregistrées en Suisse pendant la saison 2018/2019. La vaccination est recommandée pour les personnes présentant des risques de complications: malades chroniques ou atteints d’affections respiratoires, femmes enceintes, enfants nés prématurément et les plus de 65 ans.

| | twitter

Vaccin contre Ebola: déjà sur le terrain et en route pour le marché

L’Agence européenne du médicament a recommandé ce vendredi 18 octobre l'octroi d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour Ervebo (rVSVΔG-ZEBOV-GP), un vaccin contre Ebola fabriqué par le laboratoire pharmaceutique Merck et déjà massivement utilisé en République démocratique du Congo.

Les 236’000 personnes déjà vaccinées jusqu’ici l’ont été selon une procédure dite d'«usage compassionnel». Celle-ci permet d’administrer le vaccin avant son autorisation de mise sur le marché en cas d’urgence.

| | news

Pourquoi le vaccin de la grippe millésime 2019 pourrait rater sa cible

Vaccin contre la grippe. | Keystone / Diether Endlicher

L’office fédéral de la santé publique (OFSP) a officiellement ouvert la saison de la grippe la semaine passée (semaine 40). La campagne de vaccination helvétique va débuter le 15 octobre.

Pourquoi on vous en parle. En Suisse, l’épidémie génère entre 112’000 et 275’000 consultations annuelles. Ces virus changent chaque année et le vaccin saisonnier est élaboré en fonction de la dernière poussée de fièvre qui a eu lieu cet été en Australie, lors de l’hiver austral. Entre janvier et juin 2019, plus de 70’000 cas et 147 morts y ont été recensés. Promesse d’une flambée grippale dans l’hémisphère Nord cet hiver? Et quelle fiabilité pour le vaccin 2019? On fait le point.

| | news

La Suisse est confrontée à une pénurie de vaccins contre la rage

Image d'illustration | Gaëtan Bally / Keystone

Depuis la fin du mois d’août, la Suisse fait face à une pénurie de vaccins contre la rage. Le Mérieux de Sanofi est en rupture de stock. Et les stocks de Rabipur de GSK sont insuffisants insuffisante et ne permettent pas de répondre à la demande. Pour faire face à cette situation, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) adapte ses recommandations.

Pourquoi c’est problématique. La rage est une maladie virale qui tue 59'000 personnes par an, selon l’Organisation mondiale de la santé. Transmise dans 99% des cas par des morsures de chien, elle touche principalement l’Asie et l’Afrique. En Suisse, le vaccin est recommandé pour les personnes qui travaillent avec des animaux potentiellement infectés et pour les voyageurs qui se rendent dans certaines régions à risque. C’est aussi le même produit qui sert de traitement, le seul disponible, pour les personnes qui ont été exposées au virus.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | twitter

Un deuxième vaccin expérimental contre Ebola sera introduit en RDC dès la mi-octobre

Les autorités sanitaires de la République démocratique du Congo (RDC) ont autorisé un deuxième vaccin expérimental pour lutter contre Ebola. Les tests vont débuter à la mi-octobre.

Administré en deux fois, à 56 jours d’intervalle, il est destiné à des populations vivant dans des régions où la transmissions du virus n’est pas active. Il s’agit d’un outil supplémentaire pour augmenter la protection de la population. L’utilisation de ce vaccin est recommandée par le Groupe stratégique consultatif d’experts de l’OMS.