#tribune


Abonnez-vous
| radar

Comment recentrer l’Afrique au coeur des débats qui la concerne?

C’est l’interrogation à laquelle tente de répondre le philosophe camerounais Achille Mbembé, fondateur des «Ateliers de la pensée» qui viennent de se terminer à Dakar. Ré-ancrer l’Afrique et ses forces créatrices sur son territoire afin de dépasser un «universalisme de surplomb», c’est le défi qui se pose aujourd’hui aux penseurs du continent.

link

Le Monde Afrique

| | opinion

Santé, environnement, recherche: la méthode scientifique oubliée des médias

Nous, scientifiques, journalistes et citoyen(ne)s préoccupé(e)s, réunis au sein du Collectif NoFakeSciences et avec l’appui de plus de 200 co-signataires, lançons un cri d’alerte sur le traitement de l’information scientifique dans les médias ainsi que sur la place qui lui est réservée dans les débats de société. A l’heure où la défiance envers les médias et les institutions atteint des sommets nous appelons à une profonde remise en question de toute la chaîne de l’information afin que les sujets à caractère scientifique puissent être restitués à tous et à toutes sans déformation sensationnaliste ni idéologique et que la confiance puisse être restaurée sur le long terme entre scientifiques médias et citoyen(ne)s.

Pourquoi c’est important. Dans une démocratie, les journalistes portent une lourde responsabilité, puisque de la liberté dont ils et elles disposent, ainsi que de la qualité de l’information livrée, dépend la qualité du débat public et des choix qui en découlent. La méthode scientifique, de son côté, permet de produire des connaissances fiables pouvant servir de base de réflexion pour les politiques publiques portant sur des questions complexes telles que l’alimentation, la santé publique ou l’écologie. Il apparaît alors évident que scientifiques et journalistes doivent travailler main dans la main : les premier(e)s ne devant pas s’isoler médiatiquement par crainte de voir leurs travaux déformés, les second(e)s ne pouvant se permettre de travestir ni le travail des premier(e)s, ni les faits.