#toxoplasmose


S'abonner
| | news

Toxoplasmose: les souris infectées n'ont plus peur de rien

Infectée par la toxoplasmose, la souris n'a plus peur de jouer avec son prédateur. | Shutterstock

Le Flux Santé s'intéresse aussi à la santé animale. Chloé Laubu, docteure en biologie du comportement animal, se penche sur une étude permettant de comprendre pourquoi les souris adoptent parfois un comportement suicidaire face à leurs prédateurs.

Des chercheurs de l’Université de Genève publient ce 14 janvier un article dans la revue Cell Reports qui montre que les souris infectées par le parasite de la toxoplasmose n’ont plus peur… de rien!

Pourquoi c’est important. Des études antérieures ont de nombreuses fois mis en évidence que les souris infectées par le parasite Toxoplasma gondii développaient une attirance pour les chats, leurs prédateurs. Un comportement suicidaire qui profiterait au parasite. Jusqu’à présent, on pensait que cette altération de la peur des rongeurs était spécifique aux chats. Dans cette étude, les chercheurs révolutionnent cette idée et montrent que l’inhibition de la peur des rongeurs est bien plus générale.

| | radar

Les chats mettent en danger les loutres de mer

Image d'illustration | Christels / Pixabay

Les loutres de mer, en Californie, sont de plus en plus souvent victimes de la toxoplasmose. Elles attraperaient cette maladie via les chats domestiques retournés à la vie sauvage, selon une étude repérée par le New York Times.

Pourquoi on vous en parle. Toxoplasma gondii est une parasite fréquent chez les chats dans l’organisme desquels il se reproduit. Il peut cependant infecter d’autres mammifères, comme l’homme, ou ici la loutre, et y provoquer des lésions cérébrales importantes. C’est à travers les déjections des félins, transportées par la pluie dans la mer, que ce parasite atteindrait les loutres.

link

Lire l'article dans New York Times (EN)

| | radar

On saura bientôt recréer le cycle de la toxoplasmose chez la souris... au grand soulagement des chats

Le parasite de la toxoplasmose ne se reproduit que dans le système digestif du chat | Creative Commons

Toxoplasma gondi est un parasite au cycle de vie complexe. Il ne se reproduit que dans le système digestif du chat, mais libéré dans ses déjections, il peut de là coloniser une vaste variété d’oiseaux et de mammifères, dont l’humain, où il cause la toxoplasmose. Cette multitude d’hôtes complique son étude… mais des recherches américaines ont peut-être trouvé la clé, raconte The Atlantic. L’enjeu: produire des souris génétiquement modifiées capables d’accueillir le parasite dans leurs intestins, comme le félin.

Pourquoi c’est important. Aux États-Unis les chercheurs étudiant la toxoplasmose ont pendant plusieurs décennies dû élever—et sacrifier sur l’autel de la recherche— non seulement des souris, mais aussi des chats, afin de reproduire le cycle d’infection parasitaire. Or, en tant qu’animal-modèle, le chat est bien plus mal connu que la souris. Pouvoir recréer l’intégralité du cycle parasitaire avec un seul animal représenterait une percée qui simplifierait l’étude de la maladie.

link

Lire l'article de The Atlantic (EN)