#SpaceX


S'abonner
| | radar

SpaceX réussit son test de «décollage raté» de sa fusée habitable Crew Dragon

Après la simulation de défaillance du lanceur (et alors que la capsule est en sécurité), les restes de carburants explosent | Flickr/Steve Jurveston

Ce dimanche 19 janvier à 16h30 (CET), la société SpaceX, de l’entrepreneur Elon Musk, a réussi une manoeuvre-test cruciale consistant à mettre en sécurité sa capsule habitable Crew Dragon (vide pour l’occasion) dans le cas où le décollage de son lanceur Falcon9 s’est mal passé, détaille le site spécialisé GeekWire.

Pourquoi c’est important. Ce test était le dernier avant que la Crew Dragon n’emmène des humains vers la Station spatiale internationale; la pression était donc immense, d’autant plus que SpaceX restait notamment sur un échec sur un autre test (moins important) l’automne dernier. Ce vol habité sera le premier réalisé avec des astronautes américains à bord d’une fusée américaine, depuis la fin des navettes spatiales en 2011. Selon Elon Musk, qui s’est déclaré très satisfait par la réussite de cet exercice, ce vol devrait avoir lieu entre mars et juin prochain. Sur l’image, on voit les restes du lanceur et de ses carburants qui explosent, la capsule, en sécurité, se trouvant hors cadre de la photo.

| | radar

SpaceX possède désormais le plus grand réseau de satellites commerciaux

SpaceX

Lundi dernier, l’entreprise spatiale d’Elon Musk a mis en orbite 60 nouveaux satellites Starlink supplémentaires, portant leur nombre à 180. La firme prévoit d’atteindre 12’000 satellites au total pour la constellation.

Où est le problème? Plusieurs critiques reprochent à la firme de perturber les observations astronomiques. Courant décembre, SpaceX a annoncé qu’elle allait modifier le revêtement de surface des satellites pour limiter les nuisances, sans certitude que cela fonctionne du premier coup. Les yeux se tournent désormais du côté des astronomes afin de savoir si ces modifications sont suffisantes ou non.

link

Lire l'article du MIT Tech Review

| | radar

SpaceX va modifier ses satellites Starlink afin de limiter les nuisances pour les astronomes

Vue depuis un satellite de la constellation Starlink | Official SpaceX Photos/Flickr

Heidi.news l’avait plusieurs fois évoqué: la constellation de satellites Starlink, qui comptera à terme 30’000 petits satellites de télécommunications, dérange déjà les astronomes... et cela, alors qu’elle ne compte pour l’instant que 120 satellites! En cause, les matériaux utilisés à la surface des appareils, qui réfléchissent trop la lumière. SpaceX a annoncé travailler, relate SpaceNews, sur un nouveau revêtement de surface afin de limiter l’impact sur les observations pour les prochains lancements.

Pourquoi c’est intéressant. Gwynne Shotwell, directrice des opérations de SpaceX, a reconnu que ce problème était une surprise totale pour la firme: personne n’y avait pensé. Le traitement appliqué aux prochains satellites Starlink qui seront mis en orbite reste toutefois expérimental: elle a reconnu ne pouvoir prédire si cela allait fonctionner du premier coup, ou non. «Nous voulons nous assurer de tout faire pour que les enfants puissent continuer à observer l’espace avec un télescope», a-t-elle déclaré au média américain. Les astronomes professionnels lui en seront, eux aussi, reconnaissants.

link

Lire l'article de SpaceNews

| | radar

La fusée Starship de SpaceX échoue lors des premiers tests de pression cryogénique

Une impressionnante fumée dégagée par la fusée après une explosion. Mercredi 20 novembre, le premier prototype de la fusée Starship de l’entreprise SpaceX, baptisé «MK1», a explosé pendant un test de remplissage. Il s’agissait de remplir les réservoirs d’ergols cryotechniques pour s’assurer que le fuselage peut résister à ses conditions de fonctionnement dans l’espace, ou la température peut être très basse.

L’incident n’est pas dramatique, mais il pourrait ralentir les ambitions de SpaceX. La firme fondée par Elon Musk souhaite en effet passer aux premiers tests orbitaux dans quelques mois, et utiliser ce vaisseau pour aller sur la Lune, voire sur Mars. Dans un communiqué, SpaceX relativise: «L’objectif de ce test était de faire monter les systèmes à la pression maximale, son issue n’est donc pas complètement une surprise. Il n’y a aucun blessé, et cela n’occasionnera pas de contretemps sérieux.»

| | radar

La constellation Starlink continue de gêner les observations des astronomes

Cliff Johnson, Clara Martínez-Vázquez, DELVE Survey

Les 60 nouveaux satellites venus rejoindre début novembre la constellation Starlink, de SpaceX — l’enjeu étant d’améliorer la couverture internet par satellite — ne font pas que des heureux. A commencer par des astronomes professionnels dans un observatoire du nord du Chili, qui voient déjà certaines de leurs observations compromises par la constellation de 120 satellites, raconte le New Scientist.

Pourquoi c’est important. En juin, après le lancement des premiers satellites de la constellation, l’Union internationale astronomique s’inquiétait déjà de la pollution lumineuse provoquée par ces satellites en orbite basse. Elon Musk avait alors rétorqué que Starlink ne serait, à terme, pas visible la nuit. Le problème semble en tout cas se poser pour l’Observatoire interaméricain du Cerro Tololo (CTIO), qui a déclaré dans un communiqué considérer ces satellites comme une «nuisance». La firme SpaceX, qui aurait l’intention de lancer jusqu’à 30’000 de ces petits satellites, affirme pour sa part être prête à relever l’orbite de ses satellites pour limiter leur impact sur les activités astronomiques.

link

Lire l'article publié par le New Scientist

| | radar

Déploiement réussi pour les 60 nouveaux satellites de la constellation Starlink de SpaceX

Soixante nouveaux satellites en orbite pour la constellation Starlink. C’était la mission, accomplie avec succès, d’un nouveau lancement SpaceX ce lundi 11 novembre. La charge utile était propulsée par un lanceur réutilisable Falcon 9. L’objectif? Connecter davantage de populations à internet. Mais le risque, relevait Heidi.news dans un précédent article, reste d’accroître, avec la densité de satellites dans l’espace, le risque de collision. La firme d’Elon Musk prévoit de mettre en orbite jusqu’à 12 000 satellites Starlink à terme.

| | radar

Elon Musk dévoile Starship, son vaisseau spatial pour atteindre la Lune et Mars

L'engin a été dévoilé dimanche matin à Boca Chica Village, au Texas | SpaceX

Une immense fusée argentée scintillant au milieu d’une plaine texane: c’est l’image d’un des événements du week-end. Elon Musk a dévoilé à Boca Chica Village son vaisseau spatial Starship, construit pour aller sur la Lune voire, un jour peut-être, coloniser Mars. Les premiers tests orbitaux pourraient avoir lieu d’ici six mois, a-t-il annoncé.

Pourquoi c’est fou. Cette capsule géante capable d’emporter plusieurs personnes doit être installée au sommet d’un lanceur Falcon Heavy, testé en février 2018 – il s’agit de la plus grosse fusée jamais lancée depuis l’ère Apollo. Mieux, elle serait réutilisable, pouvant se poser à la verticale, comme l’explique le New York Times, dans un excellent article faisant le point entre réalité et annonces médiatiques. De son côté, l’administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine, applaudit, mais rappelle aussi à Elon Musk qu’il doit construire pour l’Agence spatiale américaine des capsules pour rejoindre la Station spatiale internationale: «It’s time to deliver!» – «C’est le moment qu’elles arrivent» –, résume-t-il en soulignant le retard de cette commande contractée en 2014 déjà.

link

Lire l'article du New York Times

| | radar

Elon Musk révèle des images de sa fusée interplanétaire Starship, qui doit être dévoilée le 28 septembre

C’est ce 28 septembre à Boca Chica (au Texas) qu’Elon Musk, le fantasque patron de SpaceX, doit présenter le prototype de son lanceur spatial Starship, dont il vient de révéler, dans des tweets, quelques images de la structure primaire en partie assemblée.

Pourquoi c’est intéressant. Outre le fait que chaque annonce d’Elon Musk est très largement suivie, tant la navette Starship, montée sur l’étage inférieur nommé Super Heavy, ont été pensés pour être complètement réutilisables après s’être posés en douceur. Ces engins représentent, pour l’entrepreneur, les meilleurs moyens spatiaux pour coloniser la Lune, puis Mars.

| | radar

Face à l'inaction de SpaceX, l'ESA a dû déplacer un satellite pour éviter une collision avec Starlink

C’est une première dans l’histoire de l’Agence spatiale européenne (ESA). Celle-ci a réalisé une manœuvre d’évitement sur le satellite Aeolus. Son risque de collision avec l’un des satellites de la constellation Starlink, mis en orbite il y a quelques mois par SpaceX, était de un pour 1000, soit dix fois plus que le seuil accepté. L’événement pourrait ouvrir un nouveau chapitre de la géopolitique du ciel, puisque SpaceX a refusé de déplacer son satellite, malgré l’antériorité d’Aeolus, lancé en 2018. Holger Krag, directeur en charge des débris spatiaux à l’ESA, explique à Forbes que cet événement pose la question des règles du trafic spatial: qui doit céder la priorité?

link

Lire notre article de présentation de la constellation de satellites Starlink

| | radar

Le prototype de navette Starhopper de SpaceX réussit son dernier vol d'essai

Le prototype Starhopper, préfigurant ce que devrait être la future navette Starship de SpaceX, est parvenu à décoller ce mardi 27 août. Il réussit ainsi son deuxième et probablement dernier vol d’essai. Pour la suite, il laissera place à des prototypes plus avancés.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

La capsule Crew Dragon de SpaceX aurait explosé en raison d'une fuite de peroxyde d'azote

La capsule Crew Dragon, lors d'un test similaire à celui qui l'a vu exploser en avril dernier | SpaceX

L’explosion de la capsule Crew Dragon de SpaceX, survenue en avril dernier lors d’un test, serait liée à la fuite d’un oxydant, le peroxyde d’azote, raconte un article de Futura-Sciences. Cette panne est maintenant réparée, mais l’entreprise fondée par Elon Musk n’exclut pas que d’autres éléments soient également en cause.

Pourquoi c’est important. La capsule Crew Dragon doit permettre de transporter, dans les années à venir, deux à quatre astronautes jusqu’à la Station spatiale internationale. Le premier vol habité était initialement prévu dans la seconde moitié de 2019. Cet accident repousse cette échéance au premier trimestre 2020 au plus tôt.

link

Lire l'article complet de Futura-Science

| | radar

SpaceX a placé en orbite, d'un coup, les 60 satellites de Starlink pour l'internet spatial

La nuit passée, une fusée Falcon 9 de SpaceX a déployé dans l’espace pas moins de soixante satellites de télécommunications. La firme d’Elon Musk ambitionne d’en lancer à terme près de 12’000 en orbite basse, au sein de sa constellation Starlink, un service d’accès à internet qui sera accessible depuis n’importe quel point du globe.

Pourquoi c’est important. L’accès à internet — et la téléphonie— par satellite sont vus comme le nouvel eldorado par les industriels. Selon nos calculs, ce sont 15 000 à 25 000 satellites qui pourraient être lancés d’ici cinq à dix ans si tous les projets sont menés à leur terme. Une profusion qui pourrait créer de sérieux embouteillages dans l’espace et multipliera les risques de collisions.

link

Relire l'article détaillé de Denis Delbecq écrit à la veille de ce lancement

| | radar

SpaceX suffers second blow after Dragon Crew test fails

NASA

NASA admits to a second failed test for SpaceX’s Crew Dragon within a month. At a US House of Representatives hearing on May 8th, NASA’s Chief of human spaceflight Bill Gerstenmaier revealed a failure during a parachute test.

Why it is relevant. This news comes three weeks after an unrelated Crew Dragon ground test destroyed a capsule during an engine test on April 20th in Cape Canaveral. SpaceX was due to launch its crewed shuttle during the next two months. However it now seems an unlikely achievement before 2020.