#soins infirmiers


S'abonner
| | Interview

Hautes écoles recherchent futurs infirmiers de toute urgence

Des infirmières présentent leur profession au Salon des métiers et de la formation en 2016 à Lausanne. | Keystone / Leo Duperrex

La Suisse formerait moins de la moitié de personnel soignant dont elle a besoin chaque année pour répondre à la demande. Les responsables de formation espéraient que la mise en lumière des soignants durant l’épidémie susciterait un engouement pour les soins infirmiers. Un an plus tard, force est de constater qu'il n'en est rien. Pour la première fois de leur histoire, les Hautes écoles de santé romandes ont même décidé de prolonger la période d'inscription face au manque de candidats. Un signal d’alarme pour Marie-Laure Kaiser, directrice de la Haute école de santé de Genève.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

| | Portrait

«Cette année, la majorité de mes patients sont décédés»

5/5 Durant toute la semaine, Heidi.news s'intéresse aux soins infirmiers. Ces métiers ne se pratiquent pas de la même manière en milieu scolaire, aux soins intensifs, en soins à domicile, en EMS ou encore en psychiatrie. Autant de secteurs qui ont tous un point commun: ils ont été chamboulés par l'épidémie. Aujourd'hui, rencontre avec Anne-Laure Gracianette, infirmière aux soins intensifs des HUG.

| | Portrait

«J’ai été coupée des réalités de mes jeunes élèves»

Valérie Benz Duborgel, infirmière scolaire au secondaire II. | Photo:Sarah Zeines

4/5 Durant toute la semaine, Heidi.news s'intéresse aux soins infirmiers. Ces métiers ne se pratiquent pas de la même manière en milieu scolaire, aux soins intensifs, en soins à domicile, en EMS ou encore en psychiatrie. Autant de secteurs qui ont tous un point commun: ils ont été chamboulés par l'épidémie. Aujourd'hui, rencontre avec Valérie Benz Duborgel, infirmière scolaire au secondaire II.

| | Portrait

«L'EMS a été épargné pendant la première vague, mais les choses se sont corsées en octobre»

3/5 Durant toute la semaine, Heidi.news s'intéresse aux soins infirmiers. Ces métiers ne se pratiquent pas de la même manière en milieu scolaire, aux soins intensifs, en soins à domicile, en EMS ou encore en psychiatrie. Autant de secteurs qui ont tous un point commun: ils ont été chamboulés par l'épidémie. Aujourd'hui, rencontre avec Pascale Covin, responsable des soins dans un EMS.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | Portrait

«Les dommages collatéraux du Covid risquent de remplir nos services de psychiatrie»

Laurence Grumet, infirimère au Département de psychiatrie des HUG. | Photo: Sarah Zeines

2/5 Durant toute la semaine, Heidi.news s'intéresse aux soins infirmiers. Ces métiers ne se pratiquent pas de la même manière en milieu scolaire, aux soins intensifs, en soins à domicile, en EMS ou encore en psychiatrie. Autant de secteurs qui ont tous un point commun: ils ont été chamboulés par l'épidémie. Aujourd'hui, rencontre avec Laurence Grumet, infirmière au Département de psychiatrie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

| | Portrait

«Au cours des douze derniers mois, j’ai pu voir à quel point ce virus peut être impitoyable»

Rémi Linossier, infirmier à l'IMAD. | Photo: Sarah Zeines

1/5 Durant toute la semaine, Heidi.news s'intéresse aux soins infirmiers. Ces métiers ne se pratiquent pas de la même manière en milieu scolaire, aux soins intensifs, en soins à domicile, en EMS ou encore en psychiatrie. Autant de secteurs qui ont tous un point commun: ils ont été chamboulés par l'épidémie. Aujourd'hui, rencontre avec Rémi Linossier, 32 ans, infirmier à l’unité Covidhome de l’Institution de maintien à domicile (IMAD), à Genève.

| | Idées

Miser sur une formation au rabais pour les infirmières: une obsolescence programmée

Mario Desmedt

Pour pallier la pénurie d'infirmiers, le Valais a ouvert en mars une filière francophone Ecole supérieure (ES) en soins infirmiers, à Monthey. Moins sélective que la filière Haute école spécialisée (HES) usuelle, la formation ES est ouverte aux étudiants sans maturité (CFC ou diplôme d'ECG) et peut se faire en deux ans, au lieu de trois. Mario Desmedt, directeur des soins à l’hôpital ophtalmique Jules-Gonin, y voit un très mauvais pari sur l'avenir.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | News

A quoi servira le campus santé vaudois, future interface des métiers de soignants

Le campus santé à proprement parler sera constitué de trois bâtiments, l'un en forme de cercle, l'un en forme de - et le dernier en forme de +, en référence au sang et à ses rhésus positifs et négatifs. | Source: Commune de Chavannes-près-Renens
| | News

Les soignants ont actuellement de bonnes cartes en main sur le plan politique

Infirmière en grève le 22 mai 2018 à Fribourg. | Keystone / Anthony Anex

Les 15 et 16 septembre, le Parlement se penchera sur le sujet du renforcement des soins infirmiers. L'épidémie du coronavirus a mis en lumière la nécessité d'améliorer le statut de ces professions. Vu l'intérêt public de ce sujet, il est exceptionnellement publié en accès libre. Heidi.news vit de ses abonnés, sans publicité. Rejoignez-nous, à partir de 16 francs par mois!

| | Radar

200 ans de soins infirmiers: certains maux de la profession persistent

Litogravure de Florence Nightingale s'occupant d'un malade. | Creative Commons

La crise du coronavirus donne une résonance particulière aux soins infirmiers, dont on célèbre la Journée internationale ce 12 mai, alors que l'OMS a déclaré 2020 «décennie mondiale des infirmières et des sages-femmes». Comment les soignants font face? Quelles sont leurs difficultés, leurs perspectives? Heidi.news s'est penché sur ces questions.

| | News

Deux sœurs infirmières, aux HUG et en EMS, racontent leur coronavirus

Danièle et Béatrice Hirsch, sœurs jumelles et infirmières. | Heidi.news / Annick Chevillot

La crise du coronavirus donne une résonance particulière aux soins infirmiers, dont on célèbre la Journée internationale ce 12 mai, alors que l'OMS a déclaré 2020 «décennie mondiale des infirmières et des sages-femmes». Comment les soignants font face? Quelles sont leurs difficultés, leurs perspectives? Heidi.news s'est penché sur ces questions.

| | News

Une nouvelle génération d’infirmières et infirmiers après la pandémie de coronavirus?

Une infirmière devant le service de soins intensifs de l'hôpital universitaire de Gießen et Marburg en Allemagne. | Keystone / Frank Rumpenhorst

La crise du coronavirus donne une résonance particulière aux soins infirmiers, dont on célèbre la Journée internationale ce 12 mai, alors que l'OMS a déclaré 2020 «décennie mondiale des infirmières et des sages-femmes». Comment les soignants font face? Quelles sont leurs difficultés, leurs perspectives? Heidi.news s'est penché sur ces questions.

| | News

Les étudiants en soins infirmiers massivement mobilisés face au coronavirus

Personnel soignant au CHUV. Photo: Keystone.

Notre nouvelle newsletter gratuite, le Point Coronavirus vient remplacer pour quelques semaines le Point Sciences. Chaque jour, elle vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux. Ce nouveau rendez-vous quotidien donne la parole aux soignants qui se dévouent sur le front du Covid-19.