#ski


S'abonner
| | Interview

Antoine Flahault: «Je n'ai jamais pensé que le ski était un danger pour l’épidémie»

Dans la station de Villars-Gryon-Les Diablerets en février 2019. | Keystone / Anthony Anex

A l’issue de la saison de ski, plusieurs politiciens valaisans se sont réjouis d’avoir maintenu les stations ouvertes malgré l’épidémie. Antoine Flahault, directeur de l’institut de santé globale de l’Université de Genève, revient sur les conséquences épidémiologiques de l’ouverture des domaines skiables. Pour l’épidémiologiste, le choix de l’ouverture, très controversé, n’était pas une erreur.

| | News

Les résultats des tests menés dans les stations de ski vaudoises laissent les pistes ouvertes

Un agent de santé lors d'un prélèvement d'échantillon sur un moniteur de l'Ecole suisse de ski, le 5 février à Villars-sur-Ollon. | Keystone / Cyril Zingaro

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

| | Question

Pourquoi les stations de ski sont-elles ouvertes et les lieux culturels fermés?

Pixabay

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | News

Les Suisses pourront skier pendant les fêtes de fin d'année

Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé. | Keystone / Peter Schneider

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | News

Coronavirus: une petite station autrichienne sème le chaos

Paisible tout au long de l’été, la station tyrolienne d’Ischgl se transforme en Mecque de l’après-ski durant l’hiver. Photo: Basotxerri/CC/Wikimedia

Ce texte fait partie d'une série produite par les étudiants en Master de l’Académie du journalisme et des médias de l’université de Neuchâtel (AJM). Dans le cadre du séminaire de Journalisme international de Pierre Hazan, bouleversé par l'actualité et réalisé en vidéoconférence, ils ont planché, chacun confiné chez soi, sur le coronavirus et comment il affecte la vie dans différents endroits de la planète.