#sciences forensiques


S'abonner
| | interview

Dans une enquête, «l’enjeu, ce n’est plus qui a laissé l’ADN, mais comment il est arrivé là»

Christophe Champod. | Felix Imhof / UNIL

Le bureau de Christophe Champod ressemble à s’y méprendre à celui des autres chercheurs de l’Université de Lausanne. A quelques détails près: dans un coin de la pièce, une caisse déborde de chaussures de toutes tailles. Sur une étagère, des pinces diverses et variées forment un petit tas. «C’est pour mes étudiants», s’amuse le professeur à l’Ecole de sciences criminelles.

| | radar

En Afrique du Sud, la science forensique et l’art rendent aux morts leur visage

L’université de Cape Town avait acquis des squelettes illégalement dans les années vingt. Le projet Sutherland Reburial cherche à reconstituer les visages de ces dépouilles volées afin de leur donner une identité et la dignité d’une sépulture.

link

The Conversation

| | news

Un professeur lausannois primé par l’Académie américaine des sciences forensiques

Christophe Champod. | Felix Imhof / UNIL

Christophe Champod, professeur à l’Ecole de sciences criminelles de l’Université de Lausanne, reçoit la médaille Douglas M. Lucas 2020. Cette distinction est attribuée tous les trois ans par l’Académie américaine des sciences forensiques.

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | news

A Novel DNA Kit Stands by Rape Victims

A professor of criminology worked with genome researchers to develop a DNA kit that allows female rape victims to collect traces of the rapist's genetic material as evidence even without a medical examination.

| | radar

Une «ferme des morts», dédiée à l'étude des cadavres humains, pourrait voir le jour au Royaume-Uni

Des experts en sciences forensiques exhument un crâne dans un cimetière en Bosnie-Herzégovine | AMEL EMRIC / EPA / Keystone

L’idée fait froid dans le dos, et pourtant: l’étude de la décomposition des morts humains pourrait faire progresser la médecine légale. Après les États-Unis en 1981 et les Pays-Bas — premier pays d’Europe à se doter de telles installations en 2017 —, c’est au tour du Royaume-Uni de se doter d’une «ferme des morts». Selon Nature, le site aurait déjà été sélectionné.

Pourquoi c’est controversé. Pour ses partisans, cette “ferme des morts” aiderait à résoudre certaines enquêtes criminelles en disposant d’informations plus précises. Mais pour ses détracteurs, il est aujourd’hui amplement suffisant de réaliser ce genre d’étude sur l’animal.

Interrogée par Nature, Sue Black, une anthropologue à l’université de Lancaster, confie son désarroi:

“Mon malaise s'accentue lorsque je suis invité à visiter l'un de ces lieux comme s'il s'agissait d'une attraction touristique.”

À quoi ça sert? Une “ferme des morts” est un site où les spécialistes des sciences forensiques peuvent étudier la décomposition d’un corps humain en milieu naturel, enterré ou en surface. Car la décomposition des os et des tissus humains varie selon les latitudes, en fonction des caractéristiques physico-chimiques du sol ou des conditions climatiques. On parle de “taphonomie” pour cette discipline qui étudie tous les processus qui interviennent de la mort jusqu’à la fossilisation d’un organisme.

Les questions légales. Les “fermes” utilisent à des corps légués à la science. Le site de recherches devra être approuvé par le Human Tissue Authority, un organisme public du ministère de la Santé britannique.

link

Lire l'article de Nature (EN)