#santé sexuelle


S'abonner
| | radar

Une journée pour promouvoir le préservatif... et en rire

Le 13 février est la journée internationale du préservatif, #InternationalCondomDay. L’occasion de sensibiliser les gens aux pratiques sexuelles sans risque, la veille de la Saint-Valentin: distribution de préservatifs et tests de dépistage de MST gratuits à la clé dans plusieurs régions du monde. L’occasion, aussi, de rire des nombreux mèmes relayés sur les réseaux sociaux et d’écouter la parodie du clip de Lizzo «Truth Hurts» créée par l’AIDS Healthcare Foundation (AHF) et rebaptisée «Safer Works» pour l’événement. Le média en ligne Forbes quant à lui publie un article sur les quinze erreurs à ne pas commettre pour célébrer cette festive journée et rappelle qu’un préservatif correctement utilisé a une efficacité de 98%.

Pourquoi on en parle. La journée nationale du préservatif a été créée aux Etats-Unis à la fin des années 1980 par un groupe de soutien aux patients atteint du VIH afin de promouvoir l’utilisation du préservatif et d’informer sur les pratiques sexuels à risques. Transformée en journée internationale depuis 2009 sous l’impulsion de l’AHF, la plus grande organisation à but non lucratif de lutte contre le sida dans le monde, le 13 février est devenu un moyen innovant et léger de rappeler l’importance de se protéger lors de rapports sexuels.

link

À lire sur Forbes

| | news

Quand l’orgasme et le plaisir font deux: des chercheurs se penchent sur le sexe nul

Nu couché, d'Auguste Renoir (1883).

Le septième ciel n’est pas sans nuages. Des chercheuses de la Queen’s University (Canada) se sont penchées sur l’orgasme à l’occasion d’une vaste étude qualitative portant sur plus de 700 adultes, d’identités sexuelles et de genre variées. Leurs travaux montrent que le paroxysme du plaisir n’est pas toujours très… plaisant. Certains relatent même des expériences très négatives.

Pourquoi c’est intéressant. L’orgasme est souvent considéré comme la raison d’être d’une partie de jambes en l’air. Mais ces travaux montrent qu’il est sans doute aussi complexe et ambivalent que le plaisir sexuel en général. Un orgasme peut être très mal vécu, notamment lorsqu’existe un conflit latent dans la relation, ou une forme de contrainte.

| | radar

Le sommet international de Nairobi sur la santé reproductive suscite la polémique

Un centre de planning familial dans le bidonville de Kibera, à Nairobi, en 2009. | Keystone / Khalil Senosi

L’International Conference on Population and Development (ICPD25) a débuté mardi 12 novembre au centre de conférence international Kenyatta, à Nairobi. Organisé sous l’égide du Danemark et du Kenya, le sommet international vise à améliorer la santé des jeune filles et des mères. L’ICPD25 se tient vingt-cinq après la conférence fondatrice du Caire, en 1994, dont le but était de limiter la croissance de la population mondiale. Il durera trois jours.

Pourquoi on vous en parle. En 1994, les 179 pays participants au sommet du Caire s’étaient notamment accordés sur une conception de la santé reproductive qui évite de faire la promotion de l’avortement. La tenue de ce nouveau sommet a provoqué de vives réactions de la part du Vatican et de certaines ONG catholiques, qui y voient une tentative de remettre en cause ce fragile consensus.

link

Daily Nation