#Russie


S'abonner
| radar

Sommet sur l’Ukraine à Paris

Pour la première fois, les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Volodymyr Zelensky se sont rencontrés à Paris pour évoquer le processus de paix en Ukraine, sous la houlette d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel. La France et l’Allemagne, médiateurs dans la crise ukrainienne depuis les accords de paix de Minsk en 2015, espèrent ainsi relancer les négociations après trois ans de paralysie. Après une rencontre à quatre, MM. Poutine et Zelensky ont échangé en tête à tête.

link

Libération

| radar

La Russie exclue des Jeux Olympiques et des Championnats du monde

Keystone

La décision est historique. Hier, l’Agence mondiale antidopage a exclu la Russie des JO pour quatre ans et de la Coupe du monde 2022 de football, punissant ainsi Moscou d’avoir récidivé dans la triche en falsifiant des données de contrôles. La Russie prévoyant de faire appel auprès du Tribunal arbitral du sport, l’affaire n’est pas terminée pour autant.

link

L'Equipe

| radar

La Russie bannie des stades pendant 4 ans?

L'Agence mondiale antidopage, réunie à Lausanne, doit se prononcer ce lundi sur d'éventuelles sanctions contre la Russie accusée d'avoir falsifié des données électroniques de contrôle antidopage. Avec ses multinationales de l'énergie (Gazprom) ou du secteur bancaire (VTB), l'économie russe a investi le champ du sponsoring des fédérations internationales sportives.

link

L'Equipe

Nos offres de fin d'année

| radar

Un sommet pour raviver la paix en Ukraine

Les présidents français, russe et ukrainien, ainsi que la chancelière allemande, se réunissent ce lundi en France dans une rencontre au «format Normandie», la première depuis 2016. Ils reprendront les discussions consacrées à la résolution du conflit qui fait rage dans l’est de l’Ukraine depuis 2014. Il a fait plus de 13'000 morts (dont plus de 3'000 civils) et plusieurs millions de déplacés, selon le Haut-commissariat des Nations unies.

link

Guardian

| radar

Inauguration du gazoduc «Power of Siberia»

Le gazoduc entre la Russie et la Chine «Power of Siberia» est inauguré ce lundi. Il devrait acheminer chaque année 38 milliards de m3 de gaz naturel entre les deux pays, lorsqu'il atteindra sa pleine capacité, de quoi contribuer à satisfaire la demande en énergie propre dans plusieurs régions du nord-est de la Chine et du delta du Yangtsé. Pour Poutine, c'est l'occasion de se défaire de sa dépendance au marché européen.

link

Bloomberg

| | radar

Une nouvelle étude confirme l'origine russe du nuage radioactif observé en Europe en 2017

Un bâtiment du complexe nucléaire de Maïak | Domaine public

D’où vient l’étrange nuage au ruthénium 106, isotope radioactif n’existant pas à l’état naturel, détecté à l’automne 2017 dans plusieurs pays européens? Un épais faisceau d’indices convergeait déjà vers le complexe nucléaire russe de Maïak, par delà l’Oural. Une nouvelle étude scientifique, publiée par la revue PNAS et relayée par L’Express, enfonce encore le clou.

Pourquoi on en parle. Il ne s’agit pas de la première publication scientifique à désigner la Russie: cet été, une autre étude pointait déjà l’usine de Maïak. Il s’agit ici d’un travail de modélisation de l’atmosphère, qui visait à évaluer la propagation des composés radioactifs en fonction de leur origine géographique. Dans un deuxième temps, ces simulations ont été comparées avec les mesures réalisées après l’incident, afin de vérifier leur bonne concordance: 72% des valeurs simulées sont en ligne avec les mesures réelles. Rappelons toutefois que les concentrations observées sont trop faibles pour présenter un risque pour les populations.

link

Lire l'article de L'Express

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Cette espèce fossile clarifie le passage des poissons aux vertébrés terrestres

Parmastega aelidae (à gauche) dans son environnement naturel | Mikhail Shekhanov / Ukhta Local Museum

Parmastega aelidae: c’est le nom d’une nouvelle espèce de vertébrés fossile, datant d’environ 372 millions d’années. Présentée dans Nature, elle correspond à unes des premières étapes de l’évolution des tétrapodes, c’est-à-dire les vertébrés possédant quatre pattes et qui finiront par conquérir la terre ferme.

Pourquoi on vous en parle. D’autres espèces proches, légèrement plus anciennes sont déjà connues, mais seulement par quelques fragments osseux qui ne permettent pas d’en dire beaucoup sur leur morphologie. Avec 11 individus représentés par de nombreux restes crâniens ainsi que par leurs omoplates et clavicules (qui ensemble forment la ceinture scapulaire), Parmastega serait donc le plus ancien tétrapode aussi bien préservé, donnant de nouvelles précisions sur cette étape de transition évolutive entre poissons et les vertébrés terrestres.

| | radar

Pourquoi la Russie a finalement décidé d'adopter l'accord de Paris

Vladimir Poutine. | Pavel Golovkin / Keystone

La Russie, quatrième émetteur mondial de gaz à effet de serre, a adopté définitivement lundi l’accord de Paris, qu’elle avait signé en 2016. Bloomberg revient sur cette annonce, intervenue peu avant l’ouverture du Climate Action Summit de l'ONU. L’article analyse les raisons qui ont poussé Vladimir Poutine, qui continue à contester les origines humaines du réchauffement climatique, à changer de position.

Pourquoi c’est intéressant. La Russie, dont l’économie paie les sanctions occidentales instaurées suite à la crise ukrainienne, ne peut plus se permettre d’ignorer la pression internationale. Le coût de l’inaction est devenu trop élevé. Avec la hausse des standards environnementaux dans le monde entier, Moscou court le risque de voir ses exportations évincées des marchés si elle ne suit pas. Si l’annonce est réjouissante, les militants écologistes se montrent prudents: les actions envisagées ne sont pour l’instant pas claires. De plus, la Russie continue d’ouvrir des champs de pétrole et de gaz et accélère sa production de charbon.

link

Lire l'article de Bloomberg (EN)

| | radar

Un test de missile à l'origine de l'accident nucléaire survenu jeudi en Russie, selon Washington

Vladimir Poutine au milieu de plusieurs de ses ministres et généraux.| Michael Klimentyev / Keystone

Jeudi 8 août, un accident nucléaire s’est produit sur la côte nord de la Russie, tuant sept personnes. Depuis, comme le rapporte le New York Times, les suspicions vont bon train quant à sa nature exacte, notamment chez les officiels américains qui avancent notamment l’hypothèse d’un essai de missile à propulsion nucléaire qui aurait mal tourné.

Pourquoi c’est important. Régulièrement annoncé par Vladimir Poutine comme le symbole du renouveau militaire russe, le projet de missile à longue-portée avec propulsion nucléaire permettrait à la Russie d’atteindre n’importe quel point du globe. Il rendrait par ailleurs obsolètes les défenses anti-missiles américaines. Admettre un accident dans les tests de ce missile pourrait indiquer une faiblesse technologique dans le plan d’armement russe.

link

Lire l'article complet dans le New York Times (EN)

| | news

L'origine mystérieuse du nuage de ruthénium sur l'Europe en 2017 semble liée à un accident nucléaire à Maïak, en Russie

Le centre nucléaire de Mayak, en Russie, serait à l'origine d'une contamination au ruthenium ayant touché toute l'Europe | Carl Anderson

Le nuage radioactif détecté fin 2017 à travers toute l’Europe proviendrait bien du complexe nucléaire de Maïak, en Russie. Cette conclusion est le fruit du travail d’une équipe internationale importante qui publie ses résultats ce 29 juillet dans la revue PNAS.

Rappel des faits. En octobre 2017, une pollution au ruthenium-106 était détectée en Europe. Bien qu’en des concentrations ne présentant pas de risque pour la santé humaine et l’environnement, les quantités observées impliquaient un relâchement important dans l’atmosphère. Le complexe de Maïak, déjà connu pour divers cas d’accidents et de relâchements de matériel radioactif dans l’environnement, avait été pointé du doigt par un rapport de l’institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) au début du mois de novembre 2017. Jusqu’à ce jour, la Russie n’a reconnu aucun accident dans ses installations.