#réseaux sociaux


S'abonner
| radar

Condamné pour avoir «liké» du contenu diffamatoire sur Facebook

Image d'illustration | Pexels

Les actions que nous réalisons sur les réseaux sociaux peuvent avoir de lourdes conséquences. Un quadragénaire suisse est en train de le découvrir. Ce 20 février, le tribunal fédéral confirme en appel le jugement de cet homme condamné à des jours-amendes pour avoir «liké» et partagé des contenus diffamants contre Erwin Kessler, fondateur de l'association contre les usines d'animaux.

| | radar

Snapchat, garant de la santé mentale de ses utilisateurs?

Image d'illustration | Pixabay

Les personnes nées après 1995 rencontrent davantage de problèmes de santé mentale que leurs aînés. L’essor des smartphones, couplé à une diminution des interaction sociales dans la vie réelle, favoriserait la dépression des adolescents. Pour répondre à ce phénomène, Snapchat vient d’annoncer le lancement d’un nouvel outil appelé «Here For You», rapporte le magazine Usbek et Rica.

| | radar

Les universitaires britanniques surveillés sur les réseaux sociaux

Bâtiment principal de l'Université de Cardiff | Stan Zurek/Domaine public

Surveillance, intimidations et menaces. Les universitaires britanniques verraient de plus en plus leur liberté de parole sur les réseaux sociaux mise à mal par leurs établissements, révèle The Guardian. En jeu: la crainte des universités de voir leur image entachée aux yeux du public, notamment des étudiants.

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | radar

Coronavirus: la fake news involontaire d’un chercheur de Harvard

L'université d'Harvard. Photo: Keystone

Les réseaux sociaux sont un havre pour complotistes sincères, manipulateurs cyniques et experts autoproclamés. Mais que se passe-t-il quand la fausse information émane d’un spécialiste reconnu? Chercheur en santé publique à Harvard, Eric Feigl-Ding a massivement sur-interprété le niveau de contagiosité du coronavirus en parcourant trop rapidement un article scientifique.

| | radar

Comment le deepfake détruit le discours politique

Des bots de Harvard ont récemment trompé le gouvernement fédéral, qui avait lancé un sondage en ligne sur des questions d’assurance maladie. La démarche voulait démontrer que les machines peuvent infléchir le débat public en occupant la place des vraies personnes.

| | idées

Ce que Facebook a fait à mon cerveau pendant une décennie

Sarah Sermondadaz

Facebook a fêté cette année son quinzième anniversaire. Au départ confidentiel en Europe, le premier réseau social mondial a poursuivi au début des années 2010 son ascension fulgurante, avec des changements rapides pas toujours faciles à suivre pour les utilisateurs. En 2018, le scandale Cambridge Analytica, qui a vu les données personnelles de millions d’inscrits sur Facebook siphonnées à des fins de microciblage politique, marquait le début d’une nouvelle phase dans l’histoire du réseau: celle de la défiance des utilisateurs.

| radar

Facebook veut son propre système d’exploitation

Crédits: Keystone

La firme de Mark Zuckerberg repose sur Google et son OS Android pour faire tourner ses dispositifs de réalité virtuelle Oculus ou son système de vidéoconférence Portal.

| | radar

Le cerveau dépourvu face aux réseaux sociaux

Twitter, Facebook et WhatsApp. Crédits: KEYSTONE | MARTIN MEISSNER

Plus encore que notre vie privée, les réseaux sociaux menacent notre intégrité psychologique et sociale selon Tristan Harris, directeur du Center for Humane Technology. «Notre cerveau paléolithique n’est pas configuré pour la recherche de la vérité. Les informations qui confirment nos croyances déclenchent une sensation de bien-être; les informations qui les remettent en question n’ont pas cet effet.»

| | radar

Pour le patron de Twitter, l'avenir du bitcoin est africain

Jack Dorsey. Photo: Keystone

De retour d'Afrique où il vient d’achever une tournée en Ethiopie, au Ghana, au Nigeria et en Afrique du Sud, Jack Dorsey assure qu'il viendra résider sur le continent entre 3 et 6 mois en 2020.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| radar

«Bébé Yoda» est plus populaire que les candidats à la primaire démocrate

Bébé Yoda. Image: Keystone | AP Disney Plus

Depuis la diffusion du «Mandalorien», la dernière série Star Wars produite par Disney, le personnage du «bébé Yoda» est partout sur les réseaux sociaux. A tel point qu’on y parle deux fois plus de lui que de Bernie Sanders.

| radar

Une appli reconnue en partie responsable de la mort d'un rooftopper

Il était l'un des rooftoppers les plus populaires en Chine. Wu Yongning, 26 ans, filmait ses ascensions urbaines à couper le souffle, sans sécurité, et partageait ses prouesses sur les réseaux sociaux. En novembre 2017, il a chuté lors de l'ascension de gratte-ciel à Changsha.

| radar

Un tutoriel maquillage masque une critique de la répression des Ouïgours

Sur la plateforme TikTok, Feroza Aziz, une adolescente, a dissimulé, dans une vidéo de maquillage, un message dénonçant la répression de la minorité ouïgoure par Pékin.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| radar

Cachez ce troll que je ne saurais voir

KEYSTONE/ AP/ JEFF CHIU

Twitter permet désormais aux utilisateurs de cacher certains commentaires à leurs publications. Le réseau social veut ainsi lutter contre les incivilités et favoriser des échanges plus constructifs.

| radar

Pornhub, le nouveau média des contre-manifestants chinois

Twitter, Facebook et YouTube ont fermé des milliers de comptes accusés de relayer la désinformation de Beijing sur les manifestations de Hong Kong. Les loyalistes chinois relaient désormais leurs messages sur la célèbre plateforme de contenu pornographique. A lire sur Quartz.

link

Quartz

| radar

Deux ex-employés de Twitter auraient espionné pour l’Arabie Saoudite

Ils avaient accès aux données personnelles de millions d’utilisateurs. Le Département américain de la justice accuse deux anciens collaborateurs de Twitter d’avoir mis ces informations au service du renseignement saoudien, raconte le Washington Post.