#recherche

| | radar

Pourquoi est-il plus facile d'accomplir des prouesses dans l'espace que sur Terre?

Creative Commons

Le 21 juillet 2019, cela fera 50 ans que l’homme a foulé le sol lunaire pour la première fois. La prouesse américaine ne doit rien au hasard: elle a réuni volonté de fer, investissements pharaoniques et expertise de toutes les disciplines pour relever le défi dans un temps limité. Depuis, on a tâché de reproduire cette recette pour des projets sur la terre ferme: vaincre le cancer, stopper le réchauffement climatique… avec un succès mitigé, relate Nature.

Pourquoi ça coince. Cette approche est freinée par des phénomènes humains, trop humains, qui limitent son efficacité: les parties-prenantes n’ont pas toutes le même intérêt à coopérer, ce qu’illustre l’exemple des pétroliers face au changement climatique. Un problème d’objectifs divergents qui concerne aussi les relations entre pays riches et pays en développement.

link

Lire l'article publié sur le site de Nature (EN)

| | radar

Le physico-chimiste Thomas Ebbesen reçoit la médaille d'or du CNRS

CNRS

La médaille d'or du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) est l’une des plus hautes distinctions scientifiques françaises. Mercredi matin, elle a été attribuée à Thomas Ebbesen.

Qui est ce lauréat? Thomas Ebbesen est né en 1954 en Norvège. Spécialiste des nanosciences, ce scientifique franco-norvégien a travaillé sur des sujets qui couvrent des domaines aussi divers que les sciences des matériaux carbonés, l'optique, la nano-photonique et la chimie moléculaire. Depuis 2012, Thomas Ebbesen est directeur de l’Institut d’études avancées de l’université de Strasbourg (USIAS).

| | news

La médecine moderne est-elle biaisée en défaveur des femmes?

Montage d'après Creative Commons

La médecine moderne soigne-t-elle moins bien les femmes que les hommes? Oui, selon la journaliste britannique Caroline Criado Perez, qui a récemment consacré un ouvrage (en anglais) à cette question. Un extrait long en a été repris par le site Longreads (EN).

Pourquoi c’est important. Les symptômes de certaines maladies, comme l’infarctus, peuvent différer grandement chez l’homme et chez la femme. Or, dans les esprits, ces conditions restent associées aux symptômes masculins, ce qui entraîne des retards de prise en charge chez les femmes, qui s’avèrent dans certains cas fatals: aux États-Unis, une femme souffrant de crise cardiaque a plus de probabilité d’y rester qu’un homme.

link

Lire l'article sur Longreads (EN)

| | news

Sauver la planète de la crise climatique en volant moins: la grande prise de conscience des universités romandes

Un avion de la compagnie Swiss à l'aéroport de Zurich (Image d'illustration) | CHRISTIAN BEUTLER/KEYSTONE

De nombreux scientifiques prennent l’avion plusieurs fois par an pour présenter leurs recherches dans des conférences. Mais, urgence climatique oblige, ce qui était longtemps une évidence fait désormais débat. Un symposium organisé par l’Académie suisse des sciences est consacré à ce sujet brûlant ce vendredi à Berne.

Ce qui est en train de changer. Depuis quelques mois, la thématique prend de l’ampleur dans le milieu académique suisse. Quelle est la part du transport aérien dans le bilan carbone des universités? Qui en est à l’origine? Et que faire pour le réduire? Les hautes écoles romandes analysent leurs habitudes et prennent des mesures.

| | radar

Tous les détails, en graphiques, du futur programme européen de la recherche Horizon Europe

| | radar

La Suisse consacre 22,6 milliards par an à la recherche

La Suisse a dépensé 22,6 milliards de francs pour la recherche et le développement en 2017, soit 2% de plus qu’en 2015, année du précédent relevé, indique l’Office fédéral de la statistique. Cette légère augmentation est portée par les dépenses des hautes écoles, notamment pour la recherche fondamentale.

Les détails. Les investissements pour la recherche et le développement représentent 3,4% du PIB suisse. Deux tiers, soit 15,6 milliards de francs, proviennent des entreprises. Les dépenses des hautes écoles atteignent 6,2 milliards de francs.