#psychologie


S'abonner

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | Idées

Le sable, du Sahara ou de Mars, entre fin du monde et invitation au voyage

Claude-Inga Barbey
| | News

Face à la pandémie, où tracer la frontière entre propos critiques et complotistes?

Manifestation contre les restrictions sanitaires, à Zoug | URS FLUEELER/KEYSTONE

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre la crise sanitaire. L'information a néanmoins un coût, si cet article vous a plu n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | Question

Qui est Olivier Vuillemin, Suisse présenté comme expert scientifique dans Hold-Up?

Capture d'écran du film Hold-Up |Tprod
| | News

«Hold-up»: les leviers cognitifs qui expliquent le succès du film

Capture d'écran du film | Thana TV/Tprod/Tomawak

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement de tous nos lecteurs, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie en cours. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

| | Idées

Les rouages sociaux de l’imaginaire complotiste

Laurence Kaufmann

Les rumeurs et les fake news ne naissent pas de la prétendue crédulité de personnes adeptes de complots. Elles surgissent quand un rapport social est inégalitaire et quand la démocratie échoue à offrir un espace d’échanges libres. Cet article de Laurence Kaufmann, Dre en sciences sociales et professeure à Université de Lausanne, a d’abord été publié par la Revue d’information sociale. Il est reproduit ici avec son autorisation.

| | Interview

«Seule la vérité pourra aider les Libanais à dépasser ce traumatisme»

Un homme dans une manifestation de familles endeuillées à Beyrouth, le 4 septembre 2020. | Keystone / EPA / Nabil Mounzer

A Beyrouth, l’explosion sur le port n’a laissé personne indemne. Selon les premiers résultats d’une étude de l’Université américaine de Beyrouth (à paraître), les deux-tiers des Beyrouthins souffrent de troubles du sommeil ou de dépression mineure à modérée. Nadine Ghanimeh, psychologue et psychothérapeute, exerce depuis 12 ans dans un cabinet privé à Beyrouth. Selon elle, pour comprendre la réaction des habitants, il faut remettre l’explosion dans le contexte libanais, où les réponses sont absentes et la résilience a ses limites.