#pollution lumineuse


S'abonner
| | interview

Didier Queloz: «Avec ses satellites Starlink, Elon Musk ne respecte aucune limite»

Le passage des satellites de Starlink devant un télescope de l'Observatoire inter-américain Cerro Tololo, en novembre 2019 | NSF’s National Optical-Infrared Astronomy Research Laboratory/NSF/AURA/CTIO/DELVE

Le 17 février, une fusée Falcon 9 de la société SpaceX a placé en orbite 60 nouveaux satellites, qui doivent intégrer un immense réseau, destiné à fournir un accès internet par satellite partout sur la planète. Ce lancement porte à 302 le nombre de satellites de cette constellation, nommée Starlink, mais avive l’énervement des astronomes. Dont Didier Queloz, astrophysicien aux universités de Cambridge et Genève, et Prix Nobel de physique 2019. Il ne mâche plus ses mots pour critiquer les actions d’Elon Musk, le patron de SpaceX. Entretien.

| | radar

Des astronomes appellent à une action en justice contre SpaceX pour pollution lumineuse

Une observation astronomique de la galaxie NGC 5353/4 entachée d'une douzaine de satellites Starlink | Victoria Girgis Lowell Observatory

Un groupe d’astronomes italiens, à travers une pré-publication dévoilée sur arXiv, précise les inquiétudes de la communauté scientifique vis-à-vis de la constellation de satellites Starlink, de SpaceX. 242 appareils sont déjà en orbite, qui nuisent trop souvent aux observations astronomiques, déplorent-ils. Ils explorent plusieurs modalités d’action en justice, par exemple porter l’affaire devant un tribunal américain, voire de justice international, raconte le New Scientist.

| | radar

La constellation Starlink inquiète les astronomes, amateurs et professionnels

Vue de la constellation Starlink, au dessus des Pays-Bas | Marco Langbroek

Des photos et vidéo montrent à quel point les soixante satellites lancés le 23 mai 2019 par Elon Musk sont visibles dans le ciel.