#politique scientifique


S'abonner
| idées

Suis-je capable d’écrire? Est-ce possible de passer d’un coup de l’autre côté du miroir?

Géraldine Savary

Il y a une année jour pour jour, je siégeais au Conseil des États, comptant le nombre de femmes assises en face de moi (cinq) et de jours qui me séparaient de la fin de mon mandat de parlementaire. Je ne savais pas du tout ce que j’allais devenir. Aujourd’hui, grâce aux mobilisations engagées le 8 mars dernier, de six, les femmes sont passées à douze au Sénat et voilà que je tente un retour à mes premières amours, l'écriture. Comme quoi, tout peut arriver en une année…

| | interview

Michael Hengartner: «L'EPFL ne doit pas perdre l’envie de viser encore plus haut»

Michael Hengartner, biochimiste de 53 ans, et nouveau président du Conseil des Ecoles polytechniques fédérales depuis le 1er février 2020 | UniZH

Michael Hengartner préside depuis le 1er février 2020 le Conseil des écoles polytechniques fédérales (EPF), entité qui chapeaute l’EPF de Lausanne et l’ETH Zurich bien sûr, mais aussi quatre autres établissements de recherches en Suisse: le WSL, consacré au forêts et à la neige, l’Eawag dédié à l’eau, l’EMPA focalisé sur les matériaux et l’Institut Paul Scherrer (PSI) pour la physique synchrotronique et l’énergie. Ce biochimiste de 53 ans, père de six enfants, était auparavant recteur de l’Université de Zurich et président de la faitière swissuniversities. Entretien.

| | news

Dans les universités suisses, huit chercheurs sur dix n’ont pas de contrat fixe

Image d'illustration. | Gaëtan Bally / Keystone

Cet article a originellement été publié le 23 septembre 2019. Nous le republions à l'occasion du débat «La Suisse forme-t-elle trop de chercheurs?» diffusé le 17 février 2020 par la RTS.

Dans le système académique suisse, seuls les professeurs bénéficient de postes fixes, à quelques exceptions près. Après l’obtention d’un doctorat, ceux qui veulent poursuivre une carrière dans la recherche et gravir les échelons vers ce statut tant convoité cumulent souvent pendant de longues années des contrats à durée déterminée. Ils forment une armée de chercheurs qui enseignent et publient, sans qui la «machine universitaire» ne tournerait pas, mais qui se battent avec des conditions de travail difficiles et des perspectives incertaines

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | news

Jürg Stahl élu nouveau président du Conseil de fondation du Fonds national suisse

Jürg Stahl a siégé à la Commission de la science, de l'éducation et de la culture (CSEC) du Conseil national entre 2011 et 2015 | FNS / Nicolas Brodard

Le Conseil de fondation du Fonds national suisse (FNS) a élu Jürg Stahl à sa présidence. De 2011 à 2015, ce dernier a siégé à la Commission de la science, de l'éducation et de la culture (CSEC) du Conseil national, qu'il a ensuite présidé en 2017. Depuis trois ans, il est à la tête de Swiss Olympic.

| | radar

Une pointure scientifique d'Harvard arrêtée pour ses financements chinois

L'université d'Harvard | Flickr

Le directeur du département de chimie et biochimie de Harvard est derrière les barreaux pour n’avoir pas déclaré ses fonds de recherche en provenance de Chine – une obligation pour tout chercheur qui perçoit des subsides fédéraux.

| | radar

Levée de boucliers contre la nouvelle loi sur les EPF

La nouvelle loi sur les EPF sera débattue au parlement. | Ennio Leanza / Keystone

La Confédération prévoit de réviser la loi sur les EPF. Le Conseil fédéral a transmis son message au parlement sur ce sujet en novembre dernier. Mais le projet, qui se traduit par un renforcement du rôle du Conseil des EPF, l’organe de surveillance des écoles polytechniques fédérales de Lausanne et Zurich ainsi que de quatre importants centres de recherche (PSI, WSL, Empa, Eawag), est loin de plaire à tout le monde, raconte la NZZ am Sonntag. Dans une lettre au Conseil fédéral, les institutions concernées dénoncent une «mise sous tutelle» et une «limitation de l’indépendance scientifique».

| | news

La numérisation des collections de sciences naturelles votée à l'unanimité par le Conseil des Etats

Collections de fourmis d'Auguste Forel, Museum d'histoire naturelle de Genève | Martial Trezzini / Keystone

Le Conseil des Etats s’est penché ce jeudi 19 décembre sur l’opportunité de débloquer 12,4 millions de francs pour numériser les collections de sciences naturelles suisses. Un texte accepté dans la matinée à l’unanimité des parlementaires. Au total, 61 millions de pièces, selon le texte de la proposition, pourraient bénéficier de la numérisation. Mais le Conseil fédéral s'oppose à cette proposition.

| | news

Contrairement à Bruxelles qui a fermé son Institut Confucius accusé d'espionnage, Genève défend le sien

Le siège des instituts Confucius, à Pékin. | Imaginechina via AP Images

La semaine dernière, l’Université libre de Bruxelles a fermé son Institut Confucius. Le directeur de ce centre chargé de promouvoir la langue et la culture chinoise aurait recruté des étudiants et hommes d’affaires, des faits qu’il conteste. En Suisse, l’Université de Genève (UNIGE) assure son soutien à son Institut Confucius, ouvert en 2011.

| | radar

Le budget américain pour la recherche finalement en hausse pour 2020

Le Capitole à Washington DC. | JIM LO SCALZO /EPA /Keystone

La plupart des agences de recherche américaines devraient voir leur budget augmenter pour l’année fiscale 2020, qui se terminera le 30 septembre 2020. Le Congrès a publié les détails de son projet de loi final, à contre-courant des coupes réclamées par Donald Trump. Les National Institutes of Health (NIH) devraient ainsi recevoir 7% de plus qu’en 2019. La National Science Foundation (NSF), la NASA et l’Office of Science du Département de l’énergie devraient enregistrer respectivement des hausses de 2,5%, 3,4% et 6,3%, peut-on lire dans Science. Il est prévu que le Congrès accepte le projet avant le 20 décembre.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

La Confédération lance six nouveaux pôles de recherche nationaux

La professeure Gabriela Hug de l'ETH Zurich, le conseiller fédéral Guy Parmelin et le président du FNS Matthias Egger présentent les nouveaux PRN à la presse, lundi 16 décembre à Berne. | Peter Klaunzer / Keystone

La Confédération soutient six nouveaux pôles de recherche nationaux (PRN), sur des «thèmes d'importance stratégique pour l'avenir de la science et de la société suisses». Elle investira 100 millions de francs pour la première phase de leur exploitation, entre 2020 et 2023, a annoncé lundi 16 décembre le Département fédéral de la recherche.

| | news

Le Geneva Science and Diplomacy Anticipator veut anticiper les technologies du futur

Robot humanoïde Sophia (image d'illustration) | ENRIC FONTCUBERTA/EPA/EFE/KEYSTONE

Une initiative de plus entend tirer parti des forces de la Genève internationale, afin de favoriser des innovations à même de répondre aux défis scientifiques et technologique d’aujourd’hui et de demain. Il s’agit de la fondation Geneva Science and Diplomacy Anticipator (GESDA), annoncée le 20 février 2019 sur l’initiative conjointe du Conseil fédéral et du Canton de Genève. Elle sera opérationnelle à partir du 1er janvier 2020.

| | news

Qui sont les 42 scientifiques du nouveau parlement fédéral?

Le Conseil national le 3 décembre. | Anthony Anex / Keystone

La première session de la nouvelle Assemblée fédérale a démarré lundi 2 décembre. Plus jeune, plus féminin, plus vert, le parlement de cette 51e législature est aussi très scientifique, une tendance à laquelle Heidi.news avait consacré un article en novembre, en se concentrant sur les nouveaux arrivants. La rédaction s’est depuis penchée sur les profils des 246 parlementaires. Résultat: les deux chambres comptent 42 élus ayant suivi une formation dans une branche scientifique. Et 27 exercent une profession en lien avec les sciences.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | news

Antonio Loprieno quitte la présidence des Académies suisses des sciences

Antonio Loprieno. | Gaëtan Bally / Keystone

Nommé pour diriger l’Université Jacobs de Brême, en Allemagne, Antonio Loprieno quitte la présidence des Académies suisses des sciences, poste qu’il occupe depuis octobre 2017. Son départ interviendra fin janvier 2020. Marcel Tanner, l’actuel vice-président, reprendra la fonction par intérim.

| | news

Financer la recherche par tirage au sort? L’idée fait son chemin en Suisse

Image d'illustration. | Daniel Maurer /dapd/Keystone

Comment octroyer des fonds à la recherche de la manière la plus juste et la plus efficace? Des scientifiques estiment que le système en place dans de nombreux pays, qui repose sur l’évaluation par des experts (peer review), n’atteint pas pleinement ses objectifs. Comme réponse, ils proposent de procéder par tirage au sort, une réflexion qui existe aussi pour la publication d’articles scientifiques et les nominations à des postes académiques.

| | news

Les chercheuses pénalisées dans l’évaluation de leurs projets au Fond national suisse

Chercheuse en microbiologie. | Gaëtan Bally / Keystone

Les chercheuses qui déposent une demande de soutien pour leur projet de recherche au Fonds national suisse (FNS) reçoivent des évaluations moins favorables que leurs collègues masculins. C’est ce qui ressort d’une étude du FNS sur les biais dans le peer review (l’examen de ces requêtes par des experts externes).