#plantes


S'abonner
| | radar

Certains produits à base de plantes peuvent interférer avec les traitements anticancéreux

L'aubépine peut retarder le processus de coagulation lors de la prise d'anticancéreux. | Manfred Richter / Pixabay

Lors de la Advanced Breast Cancer Fifth International Consensus Conference, qui se déroule du 14 au 16 novembre à Lisbonne, des chercheurs et médecins ont débattu de la dangerosité possible de la phytothérapie pendant un traitement anti-cancéreux. L'ail, le gingembre et les comprimés de ginkgo, par exemple, peuvent retarder la guérison des plaies cutanées lors d’un cancer du sein.

Pourquoi on vous en parle. De nombreux produits peuvent interférer avec l'hormonothérapie ou la chimiothérapie. Ainsi, certains prolongent le processus de coagulation sanguine. Cela peut entraîner des plaies plus longues à guérir et plus cicatricielles. Il est donc important que les patients consultent leur médecin avant d'essayer des thérapies complémentaires.

link

Lire l'article en entier sur la BBC

| | radar

Non, les plantes ne purifient pas votre intérieur

Image d'illustration. | Keystone / Milada Vigerova

Remplir votre cocon de plantes en pot peut vous rendre plus heureux et plus productif mais ne va certainement pas améliorer la qualité de l’air. C’est la conclusion d’une étude publiée dans le Journal of Exposure Science & Environmental Epidemiology et relayée par Science Alert ce vendredi 8 novembre. Selon les chercheurs, il faudrait 680 plantes dans une maison de 140 m² pour obtenir le même effet de purification qu’un courant d’air entre deux fenêtres ouvertes…

L’origine de cette fausse idée. Ce mythe a pris racine en 1989, lorsque la Nasa a mené une étude pour voir si les plantes pouvaient filtrer les produits cancérigènes dans les stations spatiales. Pour l’expérience, l’agence avait placé une plante dans une pièce hermétique d’un mètre cube et le résultat était sans appel: en une journée, 70% des polluants avaient disparu. Mais ces résultats ne sont pas généralisables à un lieu de vie classique.

link

Lire l'article sur Science Alert (EN)