#planétologie


S'abonner
| | radar

La première cartographie de Titan dévoilée grâce à la sonde Cassini

NASA/JPL-Caltech/University of Arizona/University of Idaho

C’est une première: Titan, le plus grand satellite naturel de Saturne, a été entièrement cartographié par la sonde Cassini, qui a méticuleusement observé les abords de la géante gazeuse entre 2004 et 2017. Et ses paysages sont d’une diversité spectaculaire: lacs de méthane, cratères, plaines… Ces résultats, publiés dans la revue Nature Astronomy, sont décrits dans un article journalistique dans Nature.

Pourquoi c’est intéressant. Titan dispose d’une atmosphère: comme sur Terre, le vent souffle sur les plaines et il y pleut — mais du méthane, pas de l’eau. Cela en fait néanmoins un endroit stratégique dans le système solaire où rechercher des traces de vie, rappelle Rosaly Lopes, planétologue à la Nasa. Prochaine étape: 2024 (ou 2026) et l’envoi à la surface du drone américain Dragonfly, qui pourra fournir des informations inédites.

link

Lire l'article publié par Nature

| | news

Ces missions spatiales qui tentent de percer les mystères de Vénus

La sonde spatiale japonaise Akatsuki, qui observe l'atmosphère de Vénus depuis 2015 | JAXA

Cette semaine, Genève est la capitale internationale des planètes. Il s’y tient, du 15 au 20 septembre, un congrès international conjoint de l’Europlanet Society et de l’American Astronomical Society. Plusieurs spécialistes y ont discuté des missions d’exploration en cours et à venir de Vénus, voisine de la Terre.

Pourquoi c’est compliqué. Malgré sa proximité, Vénus reste encore bien mystérieuse. Il règne des conditions climatiques infernales à sa surface (plus de 460°C et plus de 90 fois la pression de notre planète!) qui compliquent l’envoi d’un atterrisseur en limitant sa durée de vie sur place. Pourtant, en la sondant depuis l’espace à l’aide d’orbiteurs, elle livre peu à peu quelques secrets.

| | news

Glaciation il y a 466 millions d’années: et si c’était dû à l’explosion d’un énorme astéroïde?

Roche sédimentaire étudiée à Kinnekulle, en Suède. | Birger Schmitz

Les météorites, déjà probablement à l’origine de la disparition des dinosaures, seraient-elles aussi responsables de la glaciation de la Terre il y a environ 460 millions d’années? C’est l’hypothèse d’une étude publiée dans Science Advances.

Pourquoi c’est intéressant. Comprendre les évolutions du climat et de la biodiversité dans le passé permet non seulement de mieux comprendre notre planète, mais également d’enrichir les modèles climatiques actuels.

Nos offres de fin d'année

| | news

Pourquoi la Nasa et l'ESA veulent dévier un astéroïde en 2022

Vue d'artiste d'AIDA, mission commune de la Nasa et de l'ESA qui doit évaluer s'il est possible de dévier la course d'un astéroïde double | Nasa

Un congrès international de sciences planétaires réunit la Europlanet Society et la American Astronomical Society (AAS) à Genève du 15 au 20 septembre. A cette occasion, les agences spatiales américaine et européenne ont précisé les contours des futures missions qui devraient tenter de dévier la trajectoire d’un astéroïde-double, Didymos, situé à plus de 11 millions de kilomètres de la Terre. Une première dans l’histoire de l’humanité!

Pourquoi c’est important. Un tel scénario évoque des fictions à succès, comme les films Armageddon ou Deep impact. Pourtant, la trajectoire de Didymos ne pose aucun risque de collision avec notre planète! Mais il est suffisamment proche pour qu’on puisse y envoyer un impacteur. L’enjeu est de mener un exercice de défense planétaire inédit, en évaluant notre capacité à détourner efficacement la trajectoire d’un astéroïde, si l’un d’entre eux devait un jour se diriger tout droit vers la Terre.

| | twitter

Destination Mars: le site où se posera le robot européen en 2021 dévoilé par l'ESA

Des scientifiques de l’Université TU Dortmund (DTM) ont généré des images en 3D animées de la région de Mars où se posera en 2021 le robot russo-européen ExoMars, renommé il y a peu Rosalind Franklin. Cette plaine, nommée Oxia Planum, est formée de minéraux consitués à une époque plus humide de la planète rouge, il y quatre milliards d’années.

Pourquoi c’est intéressant. Connaître au mieux quel sera la configuration du terrain où se posera le rover est évidemment crucial pour éviter tout crash. Les chercheurs de la DTM se sont basés sur les images collectées par la caméra HiRISE, à bord de la sonde de la Nasa Mars Reconnaissance Orbiter. Puis ils y ont appliqué une technique innovatrice de mélange d’image, nommée «Shape from shading», pour faire apparaître des reliefs. Ces images ont été présentées à l’European Planetary Science Congress, qui se tient cette semaine à Genève.

| | twitter

Une caméra bernoise dévoile les dunes polaires de Mars

Cette image a été prise par la caméra CaSSIS, à bord de la sonde Exomars Trace Gas Orbiter (TGO), de l’Agence spatiale européenne (ESA). Elle révèle l’activité géologique agitée de la surface de la planète rouge, avec ses avalanches sèches de sable et ses éruptions de poches de gaz.

Ce cliché a été publié à l’occasion du European Planetary Science Congress, qui se déroule toute cette semaine à Genève.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Les images d'un astéroïde lointain révèlent l'histoire de notre système solaire

Les nouvelles images de l’astéroïde Ryugu, prises par le robot franco-allemand Mascot qui voyage sur le dos de la sonde japonaise Hayabusa-2, apportent des clés de lecture sur la formation du système solaire. Des résultats publiés dans la revue Science.

link

Lire aussi l'article du Figaro

| | news

Des terres rares découvertes par des scientifiques suisses sur une exoplanète lointaine

Des terres rares, éléments chimiques particuliers entrant dans la composition d’appareils électroniques, ont été découvertes par des scientifiques genevois et bernois autour d’une planète gazeuse située à 650 années-lumière de la Terre.

Pourquoi c’est important. C’est moins l’objet de la découverte qui est intéressant, que la capacité des scientifiques à être parvenus à déceler ces éléments avec les instruments terrestres actuels. Cette avancée est de très bon augure pour la traque aux biosignatures de la vie ailleurs dans l’Univers.

| | radar

Itokawa, the asteroid that could explain the origin of Earth's water

L'astéroïde Itokawa | JAXA

Japanese Hayabusa spacecraft was sent to asteroid Itokawa to capture dust samples and brought them back on earth in 2010. Scientists at Arizona State University (ASU) announced on May, 1st that they found traces of water in them.

Why it is important. Scientists struggle to find the origin of water found on Earth. The presence of this element in asteroids was first confirmed in 2010, through spectral analysis of infrared telescope images. This new result is the first direct evidence of water on asteroids. Furthermore, the nuclear signature of the water discovered in Itokawa is indistinguishable from Earth’s water property. ASU's scientists assessed that stony asteroids made of silicates like Itokawa could have delivered up to half of Earth’s water supply early in our planet’s formation history.

link

Read article on space.com