#physique quantique


Abonnez-vous
| | news

Une étude montre que la mécanique quantique s'applique au-delà de ce qu'on pensait

Image d'illustration | Robert Couse-Baker/Flickr/Creative Commons

Une équipe viennoise, en collaboration avec plusieurs chercheurs dont des chimistes de Bâle, viennent de montrer que les lois de la mécanique quantique s’appliquent même à de grosses molécules de plus de 2000 atomes. Leurs travaux ont été publiés dans Nature Physics.

Pourquoi c’est important. Les lois de la nature ne devraient pas dépendre de l’échelle d’observation. Et pourtant, la mécanique quantique, qui décrit si bien les objets microscopiques, semble inopérante dans notre monde macroscopique. Vérifier si la mécanique quantique s’applique toujours pour des objets de plus en plus gros permet de tester l’aspect universel de cette théorie.

| | radar

Google aurait atteint la «suprématie quantique». Et après?

Image d'illustration | Steve Jurvetson/Flickr/Creative Commons

Dans la course à l’ordinateur quantique, Google vient de frapper très fort. La firme a discrètement mis en ligne sur le site de la Nasa, l’un de ses partenaires de recherche, un article en préprint selon lequel elle aurait, grâce à un processeur à 53 qubits, atteint la «suprématie quantique», c'est-à-dire un seuil théorique où la fiabilité et la puissance de calcul rendent cette technologie plus intéressante que l’informatique traditionnelle. Google parle même «d’étape cruciale». Le Financial Times (FT) l’a découvert avant qu’il ne soit mis hors ligne, raconte Gizmodo dans un article critique.

Pourquoi c’est important, mais aussi à nuancer. Selon l’étude, qui devrait par la suite être publiée dans une revue académique, le processeur quantique de Google s’est montré capable de réaliser, en seulement trois minutes et vingt secondes, un calcul qui aurait pris 10’000 ans sur le supercalculateur américain le plus rapide. La nouvelle a reçu un accueil contrasté, relate le FT dans un second article. Certains concurrents, comme IBM, déplorent le caractère invérifiable de l’annonce de Google. D’autres reconnaissent qu’avoir réussi à réduire le «bruit» quantique, et donc le taux d’erreur des qubits, relève d’une vraie prouesse. Mais les applications concrètes de ce système n’existent pas encore, rappelle Gizmodo.

link

Lire l'article publié dans Gizmodo

| | news

IBM déploie des ordinateurs quantiques à 53 qubits dans son centre de New York

Photo du centre IBM Q auThomas J Watson Research Center à Yorktown Heights, près de New York | IBM

IBM a annoncé ce mercredi étendre les capacités de son service d’informatique quantique IBM Q, près de New-York. Sa puissance de calcul passera de 20 qubits à 53 qubits à partir de mi-octobre. Elle sera, comme c’est déjà le cas pour IBM Q, accessible à distance, via le cloud, aux clients d’IBM.

Pourquoi c’est intéressant. Dans la course à l’informatique quantique, plusieurs sociétés restent encore au coude à coude, parmi lesquelles l’américain IBM, le canadien D-wave, mais également Google, qui avait dévoilé en 2018 une machine à 72 qubits. L’annonce d’IBM doit donc être interprétée en termes de business plutôt que de percée technologique.

| | radar

La Chine mise très gros pour gagner la révolution quantique

Patent fillings for quantum technology by country | Patinformatics LLC/Washington Post

La Chine place massivement ses pions dans le domaines des technologiques quantiques, tant en libérant des milliards de dollars pour soutenir des projets de recherches qu’en tentant de faire revenir des spécialistes exilés en Occident, raconte le Washington Post dans une enquête très complète.

Les enjeux. Le pays est aussi celui dont les scientifiques et ingénieurs déposent le plus de brevets dans le domaine. La course se focalise notamment maintenant sur la construction d’un ordinateur quantique multifonctionnel. Pour l’heure, deux entités américaines (Google et IBM) sont toujours en tête, mais la Chine rattrape vite son retard.

link

Lire l'enquête du Washington Post

| | reportage

L'ordinateur quantique se dévoile dans les laboratoires d'IBM à Zurich

Dans les laboratoires dédiés à l'informatique quantique d'IBM, près de Zurich | S.S. pour Heidi.news

Revisiter l’informatique traditionnelle à l’aune des bizarreries de la physique quantique: c’est la promesse de l’informatique quantique, domaine de recherche en pleine effervescence où IBM se place en pointe. Heidi.news a pu visiter les laboratoires européens de la firme, basés à Zurich.

Pourquoi c’est important. L’ordinateur quantique implique une architecture technique radicalement différente: contrairement au bit, qui se trouve soit dans l’état 0, soit dans l’état 1, le qubit — ou bit quantique — peut se trouver simultanément dans les deux états. La promesse est de taille: rien de moins qu’un changement de paradigme qui permettrait, à terme, de résoudre des problèmes mathématiques aujourd’hui trop complexes pour les supercalculateurs. Mais d’ici là, la route est longue, et semée d’embûches.