#paléontologie


Abonnez-vous
| | radar

Des empreintes de Néandertaliens découvertes sur une plage normande

L'une des empreintes fossilisées découvertes | Dominique Cliquet

Pas moins de 257 empreintes de pas fossilisées âgées de 80’000 ans, attribuées à l’homme de Néandertal. C’est la moisson réalisée en Basse-Normandie (France) par une équipe de paléontologues. Auparavant, on ne connaissait que neuf empreintes fossiles de ce cousin de notre espèce, raconte le New Scientist. Il s’agirait d’un groupe social avec de nombreux enfants, ce que révèle la diversité de la taille des traces.

Pourquoi c’est important. Connu depuis les années 1960, le lieu de ces fouilles, le site du Rozel, est menacé de disparaître à cause de l’érosion. Divers ossements d’animaux ont également été retrouvés, qui suggèrent des activités de boucherie. Des fouilles de sauvetage sont entreprises chaque année depuis 2012. L’espoir est désormais de mettre au jour des vestiges humains.

link

Lire l'article sur le site du New Scientist (EN)

| | news

Ce que la trace d'un ver fossile révèle de l’émergence du règne animal

Vue d'artiste de Yilingia spiciformis | Dr. Zhe Chen, Nanjing Institute of Geology and Paleontology

Il y a des pas qui marquent l’histoire, comme ceux d’Armstrong sur la Lune. Et peut-être ceux de cet animal préhistorique semblable à un ver, dont le fossile, vieux de 550 millions d’années (Ma), semble suivi de la trace de son déplacement. Cela suggère que cet animal, quoique très primitif, était capable de mobilité!

Pourquoi c’est important. Ce fossile date de l’Édiacarien, il y a plus de 540 millions d’années. Cette période précède le Cambrien, lui-même caractérisé par une explosion de la biodiversité. Ces formes de vie annoncent le foisonnement ultérieur des espèces animales, mais leur analyse est âprement discutée par les experts.

| | radar

Le doute plane sur l'âge du plus ancien Homo sapiens d'Europe

Les deux crânes fossiles retrouvés ont été respectivement datés à -170'000 et à - 210'000 ans | K.Harvati et al / Nature

Le paléoanthroplogue Jean-Jacques Hublin, directeur du département d’évolution humaine à l’institut Max Planck, a émis dans La Recherche plusieurs doutes sur l’âge présumé du plus ancien Homo sapiens d’Europe, qui a fait l’objet d’une publication en juillet dernier.

Pourquoi c’est important. Découvert dans la grotte d’Apidima, en Grèce, un crâne du genre Homo avait été daté à 210’000 ans et attribué à l’espèce Homo sapiens dans une étude publiée dans Nature. Or d’après Jean-Jacques Hublin, la méthode de datation utilisée ne peut s’appliquer correctement sur ce type de fossile. De plus, la morphologie du crâne pourrait tout autant correspondre à un néandertalien primitif.

link

Lire l'article dans La Recherche

| | news

Ce visage de la préhumanité a 3,8 millions d’années, et représente Australopithecus anamensis

Le crâne d'Australopithecus anamensis | Dale Omori, avec l'autorisation du Cleveland Museum of Natural History

Ce crâne a 3,8 millions d’années. Découvert en 2016 en Éthiopie, il constitue un objet exceptionnel: d’abord par son état presque complet, mais aussi parce qu’il montre le visage d’Australopithecus anamensis, la plus ancienne espèce d’australopithèque connue, pour laquelle la communauté scientifique ne disposait que de traces fragmentaires. Il est présenté dans la revue Nature.

Pourquoi c’est exceptionnel. Ces restes préhumains présentent certaines caractéristiques morphologiques d’espèces plus anciennes et d’autres d’australopithèques plus récents. Leur datation indique aussi une cohabitation d’au moins 100’000 ans avec Australopithecus afarensis (une espèce notamment représentée par Lucy). Ces résultats remettent en cause la vision linéaire traditionnelle de l’origine du genre Homo, où chaque espèce aurait succédé à une autre sans chevauchement.

| | news

La présence humaine aurait accéléré le déclin des ours des cavernes

Crâne d'ours des cavernes de la grotte Buso Doppio del Broion en Italie | Matteo Romandini

La diminution de la population des ours des cavernes coïncide avec l’arrivée de l’homme moderne en Europe, il y a 40’000 à 35’000 ans. C’est ce que conclut une étude basée sur l’ADN mitochondrial de 123 fossiles, publiée ce jeudi dans Scientific Reports.

Pourquoi on vous en parle. Les causes de la disparition de la mégafaune préhistorique européenne (lions et ours des cavernes, mammouths, rhinocéros laineux…) fait débat au sein de la communauté paléontologique. Entre autres, la part exacte de la responsabilité de l’homme ne fait pas l’unanimité.

| | news

Les derniers néandertaliens d'Eurasie seraient issus d'une seule population d'Europe de l'Ouest

Crâne néandertalien provenant de la carrière Forbes, en Espagne. | Lukas Bokelmann et al.

Les néandertaliens d’Europe de l’Ouest ont remplacé les autres populations eurasiatiques il y a environ 100’000 ans. C’est la conclusion que tire l’Institut Max Planck, en Allemagne, d’après une étude génétique publiée en deux fois, d’abord dans Science Advances fin juin puis dans PNAS ce lundi.

Pourquoi on en parle. La chronologie exacte du peuplement des différentes régions d’Eurasie par Néandertal reste encore mystérieuse pour les paléontologues, d’où l’intérêt de ces études.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

Une nouvelle espèce de dinosaure à l'étonnant nez en forme de bec de canard a été identifiée

La nouvelle espèce a été baptisée Aquilarhinus palimentus en raison de son nez aquilin | ICRA Art

Surprenant animal que ce fossile découvert aux États-Unis dans les années 1980. Les paléontologues ont d’abord pensé qu’il appartenait au genre Gryposaurus (littéralement, “au nez crochu”), hypothèse contredite par des travaux récemment publiés, rapportés par Phys.org.

Pourquoi c’est important. D’abord considéré comme un hadrosauridé (terme qui regroupe tous les dinosaures “à bec de canard”) d’une espèce connue, le fossile appartient finalement à une espèce plus ancienne datant d’il y a 80 millions d’années, baptisée Aquilarhinus palimentus.

link

Lire l'article sur Phys.org (EN)

Commandez notre Revue

L'Etivaz, le génie fromager

| | radar

Un oiseau de 99 millions d'années et au doigt étonnamment long découvert dans de l'ambre birman

Les paléontologues chinois pensent qu'Elektorornis, une nouvelle espèce d'oiseau fossile, utilisait son doigt étonnamment long pour récupérer des larves dans les troncs d'arbres. | Zhongda Zhang

Elektorornis, un petit oiseau âgé de 99 millions d’années, vient d‘être découvert par une équipe chinoise dans un morceau d’ambre birman. Sa particularité? La longueur peu commune de son doigt central.

Pourquoi c’est étonnant. Un doigt aussi fin et long est unique chez les oiseaux, fossiles ou actuels. Il faut aller chercher chez un lémur, l’aye-aye, pour trouver une morphologie similaire. Le petit primate utilise son doigt pour attraper des larves et des insectes dans les troncs d’arbres. Les paléontologues chinois pensent qu’Elektorornis en faisait de même.

link

Lire l'article dans The Guardian

| | news

Les premiers humains seraient sortis d'Afrique bien plus tôt qu'on ne le pensait

Les deux crânes fossiles retrouvés ont été respectivement datés à -170'000 et à - 210'000 ans | K.Harvati et al/Nature

Ces deux fossiles, découverts dans une grotte grecque, étaient connus depuis les années 1970. Mais incomplets et déformés par le passage des années, ils demeuraient un mystère. Celui-ci a peut-être été élucidé. Des chercheurs allemands les ont datés à 170’000 et 210’000 ans avant notre ère. Le premier serait un Neandertal, et le second un Homo sapiens, ce qui en ferait le plus vieux représentant de cette espèce jamais retrouvé en Europe! Leurs travaux ont été publiés dans Nature.

Pourquoi c’est important. À quel moment nos ancêtres Homo sapiens sont-ils sortis d’Afrique et ont commencé à coloniser l’Europe et l’Asie? 160’000 ans plus tôt qu’on ne le pensait, selon cette étude.

| | radar

Un oiseau d'une demi-tonne peuplait déjà l'Europe lors de l'arrivée des premiers hommes

Pachystruthio dmanisensis pesait environ 450 kg, et peuplait la Crimée il y a plus de 1,5 million d'années (Image d'illustration) | Andrey Atuchin

Avec un poids s’élevant de 90 à 150 kg, l’autruche est considérée comme un poids lourd chez les oiseaux. Et pourtant, il y avait jadis plus gros, bien plus gros: Pachystruthio dmanisensis, un géant de 450 kg et bon coureur retrouvé en Crimée par une équipe de paléontologues.

Pourquoi c’est surprenant. Ce n’est pas tout : selon eux, l’oiseau peuplait l’Europe de l’est il y a plus de 1,5 million d’années, et a donc co-existé sur le continent européen avec des ancêtres de l’homme moderne! Les chercheurs ignorent encore si d’un point de vue évolutif, cette espèce est plus proche des autruches actuelles que des autres oiseaux.

| | news

Dispute autour de l'origine de la couleur des œufs d'oiseaux et de dinosaures

L'origine de la couleur des œufs d'oiseaux fait l'objet d'un fort débat scientifique | Pixabay

Fin 2018, une étude publiée dans Nature soutenait l’hypothèse d’une origine unique pour la couleur des œufs des oiseaux et des dinosaures présentant le plus fort degré de parenté avec eux, les eumaniraptoriens. Ce mercredi, toujours dans Nature, deux biologistes de l’université de Gand, en Belgique, réfutent les conclusions de cette étude.

Pourquoi on vous en parle. La couleur des œufs a un fort intérêt écologique chez les oiseaux, du camouflage à la reconnaissance par les parents. La possibilité que certains dinosaures aient pu avoir des œufs colorés serait donc une information importante sur leur mode de vie.

| | radar

Une tête de loup géant vieille de 40'000 ans a été retrouvée en Sibérie

La tête de la bête, qui mesure tout de même 40 cm de long, a été conservée dans le permafrost sibérien | Albert Protopopov

Le Siberian Times raconte une découverte incroyable faite à l’été 2018 en Sibérie: la tête coupée de 40 cm de long d’un loup géant préhistorique. Des chercheurs japonais viennent de dater la dépouille de l’animal à 40 000 ans, soit la fin du Pléistocène.

Pourquoi c’est une première. C’est la première fois que l’on retrouve une dépouille de loup géant adulte de cette époque dans un tel état de préservation: ses crocs, sa fourrure et même son cerveau sont presque intacts.

| | news

Une population préhistorique sibérienne disparue se retrouve dans l’ADN des premiers américains

Ces deux dents de lait de 31'000 ans appartiennent à un groupe aujourd'hui disparu, les Anciens Sibériens du Nord | Martin Sikora

Le peuplement préhistorique de l’Eurasie est un sujet complexe. Entre vagues successives de migrations, remplacement de populations et hybridations entre groupes, difficile de démêler une chronologie précise d’évènements qui se sont étalés sur des milliers d’années. Une équipe internationale vient cependant d’apporter sa pierre à l’édifice en étudiant le peuplement de la Sibérie Nord Orientale au travers d’échantillons d’ADN fossile, dont deux dents de lait vieilles de 31 000 ans, trouvées dans la région, sur le site Yana.

Pourquoi c’est intéressant. Il s’avère que les deux dents appartiennent à un groupe d’Homo sapiens encore inconnu. Génétiquement proche des chasseurs-cueilleurs européens, il serait issu d’une ancienne migration ayant rapidement peuplé l’Eurasie.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | news

Une nouvelle espèce éclaire l’origine du T. rex

Reconstitution d’un Suskityrannus hazelae de la fin du crétacé (au premier plan) | Andrey Atuchin

Des chercheurs ont découvert, au Nouveau-Mexique (Etats-Unis), les fossiles vieux de 92 millions d’années de deux jeunes tyrannosaures d’un nouveau genre, Suskityrannus hazelae. Ces squelettes, dont les crânes mesurent entre 25 et 32 centimètres, sont décrits dans un article de Nature Ecology & Evolution. Malgré leur petite taille, ils possèdent des pattes adaptées pour la course et une mâchoire puissante.

Pourquoi on en parle. Le Tyrannosaurus rex a prospéré à la fin du Crétacé supérieur, il y a 80 à 66 millions d’années. Mais ses origines restent mystérieuses. On disposait de fossiles de ses ancêtres datant de plus de 100 millions d’années. Mais aucun vestige des vingt millions d’années suivantes, sans doute en raison de la montée des océans dans ce qui était l’Amérique à cette époque. Les S. hazelae seraient donc le chaînon manquant dans l’évolution des tyrannosaures.

| | news

Researchers discover remains of a giant prehistoric predator in a museum drawer

Artistic reconstruction of Simbakubwa kutokaafrika | Mauricio Anton

22 million-year old teeth from a huge unknown carnivore have been accidentally found in a kenyan museum. They were stored in a drawer at the end of the seventies.

Why it is important. For decades, some discovered fossils were considered as useless by palaeontologists which focused in specific bones. But plenty of these remains have been kept. The discovery in Kenya confirms that museum cellars hides treasures.