#musique


S'abonner
| | news

Le plaisir musical, un subtil accord entre incertitude et surprise

Alberto R. Salas/Flickr/Creative Commons

Les neurosciences savent depuis longtemps que le plaisir musical se nourrit de la violation de nos attentes, c’est-à-dire du fait que nos oreilles occidentales attendent un certain enchainement harmonique, et qu’une déviation de ce schéma procure un pic de plaisir. Mais plus précisément? Des chercheurs ont démontré que l’accord parfait est un subtil équilibre entre notre incertitude à prédire la suite d’un enchaînement et l’étonnement qu’il procure.

Pourquoi c’est intéressant. Les plaisirs artistiques constituent une forme de satisfaction très complexe. «Bien que les compositeurs le sachent de manière intuitive, la façon dont l’attente suscite le plaisir dans la musique était encore inconnue», explique Stefan Koelsch, qui a dirigé cette étude. Un mystère que ses travaux, parus dans Current Biology élucident en partie.

| | radar

Les musiciens sont en mauvaise santé

Le stress et la précarité lié au mode de vie des artistes ont un impact sur leur santé | Pexels / Pixabay

La première enquête réalisée en France sur la santé des musiciens et des professionnels de la musique, réalisée par un collectif d’artistes et relayée par Le Figaro, révèle la difficulté pour nombre d’entre eux de vivre de leur passion. Selon les réponses de 503 personnes interrogées, la pression permanente et la grande précarité du secteur impactent gravement la santé physique et mentale des artistes.

Pourquoi c’est important. Près de 30% des répondants admettent une addiction à des drogues. L’omniprésence de l’alcool dans les milieux festifs pose aussi problème: près de la moitié déclarent avoir des difficultés à limiter leur consommation en raison de la pression sociale. La difficulté à allier vies personnelle et professionnelle, les horaires décalés et le stress figurent aussi au rang des facteurs mis en avant par les musiciens.

link

Lire l'article sur Le Figaro

| | news

Le cerveau humain réagit à la musique, mais pas celui des macaques

Des neuroscientifiques observent l'activité du cerveau. | Martin Ruetschi / Keystone

À l’écoute de sons harmonieux et du langage, notre cerveau réagit différemment de celui du macaque, montre une étude publiée dans Nature Neuroscience (EN).

Pourquoi c’est important. Les comparaisons biologiques entre les êtres humains et d’autres mammifères mettent en évidence de nombreuses similitudes, en matière d’émotions, de ressentis, de sentiments et même de capacités cognitives. Mais la musique serait l’apanage de l’espèce humaine.

| | news

A song of Ice and Fire: a musical composition of climate change

Part of an old dusty cello | Dejan Krsmanovic/Creative Commons

Climate change is coming. This isn’t a Disney musical but a gloomy composition reflecting the ongoing warming of our planet. Lucy Jones, a seismologist focused on climate change, composed a baroque piece using global temperature data, from 1883 to 2015, for the musical score.

How was it composed. In the musical piece, the crescendos significantly intensify as the temperature data from the last decades rise. Each measure of the sheet represents a real-world year while each semitone corresponds to a 0.03°C increase.