#moustiques


S'abonner
| | radar

Contre le paludisme, des moustiques génétiquement modifiés pour n'engendrer que des mâles

Keystone

Un essai clinique a donc été lancé par l'Institut de Recherche et Sciences de la Santé du Burkina Faso afin de modifier génétiquement les moustiques capables de transmettre le paludisme. Les insectes modifiés ne pourront plus engendrer que des mâles, qui eux-même ne pourront produire que des mâles. Or, ce sont les femelles moustiques qui piquent. Un article à lire dans le Guardian.

Pourquoi on vous en parle. La démarche consistant à modifier aussi radicalement le vivant, même à des fins sanitaires, fait polémique. Beaucoup craignent les conséquences d’une diffusion incontrôlée d’OGM dans le règne animal. Par ailleurs, quatre espèces de moustiques transmettent le paludisme au Burkina Faso, et une seule sera concernée par cette modification génétique.

link

The Guardian

| | news

A pathogen is just around the corner

Image d'illustration. | Jim Gathany / Keystone

The West Nile virus is known to infect birds, horses and humans. It has already been detected in neighbouring countries. When will it reach Switzerland?

Why it matters. The recent reports might have unsettled many a holidaymaker. In Greece, four people have already died this summer of an infectious disease that many may have never heard of: West Nile fever. In Romania, too, a person has succumbed to the viral disease transmitted by mosquitoes. 46 cases in total have also been reported The European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC)in Italy, Cyprus, Hungary and France (as of 8 August).

| | news

Un test grandeur nature en Chine pour l'éradication du moustique-tigre

Moustique-tigre. | Pixabay

Une équipe de chercheurs chinois est parvenue à faire chuter la population de moustiques-tigres de plus de 90% dans deux zones de test. Son approche: infecter des millions de moustiques-tigres mâles avec une bactérie, avant de les relâcher.

Pourquoi c’est important. Le moustique-tigre, dont les populations restent très difficiles à contrôler, est responsable de la propagation de nombreuses maladies, comme le virus Zika ou la dengue. Selon l’OMS, cette dernière a fortement progressé ces dernières années, menaçant désormais la moitié de la population mondiale.