#Molière


S'abonner
| | opinion

Molière a-t-il écrit lui-même ses oeuvres? Un débat loin d'être clos

Jacques Savoy est professeur à l'Institut d'informatique de l'Université de Neuchâtel. Spécialiste de stylométrie, il a notamment participé à l'identification de l'auteur se cachant sous le pseudonyme Elena Ferrante, et analysé la rhétorique des candidats aux présidentielles américaines de 2016 (et prédit au passage la victoire de Donald Trump).

Dans un article publié le 28 novembre dernier, nous pouvions lire que «Même les algorithmes l'affirment notre langue est celle de Molière». La paternité des pièces telles que l'Avare, le Malade imaginaire ou le Bourgeois gentilhomme est disputée dans la communauté scientifique entre Molière et P. Corneille. Avec le recours à des outils statistiques et les ordinateurs, nous pouvons analyser ces œuvres avec des algorithmes ou des nouvelles méthodes. Toutefois il faut s'assurer que ces méthodes fonctionnent correctement et qu'elles soient vérifiées. Les algorithmes et ordinateurs ne sont pas reconnus pour être infaillibles. Sur la base d'un article publié par deux universitaires français dans une revue américaine, on aboutit à la conclusion que P. Corneille n'est pas l'auteur des pièces de théâtre connus sous le nom de Molière.

Pourquoi le débat est encore ouvert. Alors Molière est-il bien l'auteur de ses pièces de théâtre? La réponse est négative pour trois raisons. D'abord la démonstration repose sur une nouvelle méthodologie qui n'a pas été confirmée par la communauté internationale. C'est un peu comme une visite chez votre médecin. Celui-ci vous propose d'établir son diagnostic sur un nouveau test qui n'a pas été validé ou calibré. Ensuite, les fameuses pièces de Molière ne sont pas prises en compte comme Tarfuffe, l'École des Femmes, ou les trois pièces nommées ci-dessus. Enfin, les méthodes proposées par les tenants de P. Corneille n'ont pas été démontrées comme fausses. De plus, ces approches en faveur de P. Corneille ont été utilisées pour démontrer que derrière Emile Ajar on retrouvait bien le nom de Romain Gary. Dans le cas d'Elena Ferrante, ces mêmes algorithmes ont donné la même réponse que celle produite par sept autres groupes internationaux de recherche. Il existe donc bien des arguments très solides en faveur de P. Corneille. Le débat n'est pas clos.