#microbiome


S'abonner
| | radar

Plongée dans le monde des virus géants chasseurs de bactéries

Vue schématique d'un bactériophage typique (la tête contient l'ADN viral). | Pixabay

Les phages sont des entités virales qui s’attaquent aux bactéries, comme le savent déjà les lecteurs de Heidi.news grâce à l’exploration «Antibiotiques: les phages contre-attaquent». La microbiologiste Jill Banfield (Berkeley) et ses collaborateurs ont mis au jour tout un monde de phages géants jusqu’ici méconnus. Ils peuplent aussi bien les milieux naturels (dont des lacs français, peuplés d’enormephages…) que des organismes animaux, êtres humains compris. Ces travaux d’exploration génomique ont fait l’objet d’une publication récente dans Nature, et c’est The Atlantic qui en parle le mieux.

| | news

Et si nos microbes en disaient plus sur nos maladies que nos gènes?

Vue d'artiste *très libre* d'un microbe. | Pixabay / Gerd Altmann

Les microbes que nous hébergeons sont peut-être plus informatifs sur notre état de santé que notre propre patrimoine génétique. C’est l’idée-force d’une étude menée par des chercheurs en génétique de la Harvard Medical School et d’autres institutions associées. Les auteurs sont arrivé à cette conclusion en comparant les informations contenues dans le génome humain et dans le microbiome sur le risque de développer 13 maladies, telles que l’asthme et le diabète. Ces résultats ont été présentés le 2 janvier 2020 sur le site d’archives bioRXiv, destiné à diffuser des travaux préliminaires avant leur publication dans une revue scientifique.

| | news

Les bactéries de l'intestin, ou microbiote, affectent aussi le développement musculaire

Des bactéries E.coli dans l'intestin | Inserm/Cloup, Emilie/Nougayrede, Jean-Philippe

Le développement musculaire des souris dépend de leur microbiote intestinal, d’après des recherches publiées dans Science Translational Medicine. Une découverte dont les applications potentielles s’annoncent puissantes pour la médecine de demain.

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | news

Pourra-t-on bientôt se doper grâce à son microbiote?

Le marathon de l'UNICEF, à Genève en 2018. Le microbiote des sportifs pourrait participé à leurs efforts | Valentin Flauraud - Keystone

Nous ne sommes pas tous égaux face au sport et certains bénéficient d’une aide discrète. D’après des recherches menées par l’Université et l’École de médecine Havard, le microbiote de marathoniens s’adapte à l’effort et pourrait participer à leur performance, bien que l’importance de cet effet reste à mesurer.

| | news

Après la mort d’un patient aux Etats-Unis, faut-il avoir peur de la transplantation fécale?

Une colonie de bactéries Escherichia coli | Agricultural Research service - domaine public

Le jeudi 13 juin la FDA a annoncé le décès d’un patient à la suite d’une transplantation du microbiote fécal (EN). De quoi semer le doute sur l'innocuité de cette nouvelle thérapie.

| | news

Greffe fécale à Lausanne: comment les selles peuvent soigner

Bactéries Clostridium difficile | Domaine public

Lorsqu’une personne est en bonne santé, ses selles le sont aussi, au point de pouvoir obtenir le statut de médicament par Swissmedic. Le 23 mai dernier, une équipe du CHUV a réalisé une transplantation du microbiote fécale, à laquelle Heidi.news a pu assister à Lausanne.

| | news

Lonza développe des capsules de bactéries pour régénérer la flore intestinale

E. coli, l'une des nombreuses espèces de bactéries peuplant l'intestin. Image: DR

Parvenir, à l’aide de capsules inédites, à délivrer dans l’intestin humain des produits thérapeutiques vivants, tels des bactéries bénéfiques: c’est l’objectif de Lonza, qui s’allie pour ce faire avec l’entreprise danoise Chr.Hansen, spécialiste comme elle de l’industrie pharmacologique.

| | news

Vos bactéries intestinales parlent à votre cerveau. Mais que lui disent-elles ?

Bactéries intestinales / Image: Courtesy of Museums Victoria

Les milliards de bactéries présentes dans nos intestins (un ensemble nommé microbiome) pourraient influencer le fonctionnement du cerveau, et jouer un rôle important dans le développement d’affections comme les démences, l’autisme, les maladies d’Alzheimer et de Parkinson.