#météorologie

| | twitter

Juillet 2019, mois le plus chaud jamais mesuré sur la planète, selon les satellites Copernicus

Température mesurée pendant la canicule de 2003 à Gland | LAURENT GILLIERON/KEYSTONE

La palme du mois le plus chaud jamais mesuré à l’échelle de la planète revient au mois de juillet 2019, qui remplace ainsi dans les annales le précédent mois le plus chaud, à savoir juillet 2016. C’est ce qu’a annoncé le service européen Copernicus, entre autre chargé de suivre le changement climatique à l’aide de données satellitaires. La carte ci-dessous montre ainsi l’accroissement de la température à la surface du globe entre juillet 2019 et la moyenne des mois de juillet pour la période 1981-2010.

link

Lire le communiqué sur le site de Copernicus (EN)

| | radar

La vague de chaleur européenne bat tous les records et accélère la fonte de l'Arctique

Les températures montent de plus en plus en Europe, battant tous les records et menaçant à la fois la santé publique et les glaces de l'Arctique | Weatherbell.com

Au thermomètre: 42,2°C. C’est la température atteinte ce jeudi à Paris du fait de l’épisode caniculaire qui frappe à nouveau l’Europe de l’Ouest cette semaine, battant ainsi aisément le précédent record de 40,3°C en place depuis 1947.

Pourquoi c’est important. Paris n’est pas seule à souffrir de la chaleur. À travers toute l’Europe, les records tombent. De si hautes chaleurs ont alors un impact important sur la santé, notamment des jeunes enfants, des personnes âgées et des travailleurs en extérieurs. La vague de chaleur se déplaçant vers le Nord, elle pourrait entraîner une accélération de la fonte des glaces de l’Arctique, déjà malmenées par le changement climatique.

link

Lire l'article complet dans The Washington Post

Commandez notre Revue

L'Etivaz, le génie fromager

| | radar

La météo américaine se dote d'un nouvel outil de prévision, déjà critiqué par des spécialistes

Le cyclone Alberto, en 2018 | NASA Earth Observatory

Le National weather service, la météo américaine, vient de mettre en service un nouveau modèle de prévision du temps. Une évolution qui lui permettra de se hisser au niveau des meilleurs modèles du moment.

Pourquoi on vous en parle. L’élaboration de ce nouveau modèle américain ne s’est pas faite sans encombres, raconte Science News, (EN) qui souligne que certains météorologues d’outre-Atlantique jugent cette mise en service prématurée.

| | twitter

En Californie, un radar météorologique a détecté... un nuage de coccinelles

Mardi soir, les prévisionnistes de Californie du sud ont détecté un bien étrange nuage qui se déplaçait rapidement vers le sud du comté de San Bernardino, à l’est de Los Angeles. Quelle ne fut pas leur surprise de découvrir sur place qu’il s’agissait en réalité… d’un essaim de coccinelles, se déplaçant à environ 2000 m d’altitude, couvrant une superficie de 100 km².

Pourquoi un tel envol? Certaines espèces de coccinelles, comme Hippodamia convergens, originaire d’Amérique du Nord, migrent de la Sierra Nevada vers les plaines, où elles se repaissent de pucerons, dès que les températures dépassent 18°C, explique le LA Times (EN). Mais dès le début de l’été, les populations de pucerons déclinent, et les coccinelles retournent alors vivre en altitude. On ignore encore s’il s’agit de l’espèce représentée dans l’essaim. Rappelons que la Californie abrite environ 200 espèces de coccinelles différentes.

| | news

En mai, la banquise Arctique a nettement reculé

Le Centre américain de données sur la neige et la glace a publié son analyse de la situation en mai dans l’océan Arctique. Avec une température moyenne au dessus de la normale, avec un écart atteignant parfois 7°C, la superficie de banquise atteint le second niveau le plus faible pour un mois de mai en 40 ans de survol de la région par satellite.

| | news

La téléphonie 5G pourrait dégrader la qualité des prévisions météorologiques

Carte mondiale de la vapeur d'eau | NOAA

La future téléphonie 5G, n’en finit pas de faire couler de l’encre. Contestée dans de nombreux pays pour sa dangerosité supposée, cette norme inquiète aussi les météorologues. Aux Etats-Unis par exemple, certaines fréquences utilisées risquent de perturber les observations par satellite et de dégrader les prévisions météo.

Pourquoi c’est important. La météorologie s’appuie sur des modèles qui sont nourris, en temps réel par des observations, notamment par satellite. Depuis l’espace, certaines fréquences de signaux radio permettent de mesurer la quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère. Si des sources terrestres venaient émettre dans ces fréquences, les mesures seraient perturbées, conduisant à des erreurs de prévision.

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

Les chasseurs de tornade américains embauchent des drones

Photo spectaculaire d'une tornade dans l'Iowa en 2008 | AP

Aujourd’hui commence aux États-Unis un ambitieux programme d’études des tornades, nous racontent Nature News et le Washington Post. Quatre drones seront déployés dans les grandes plaines, pour étudier les tornades de l’intérieur. Le projet mobilise une cinquantaine de scientifiques.

Pourquoi c’est important. Chaque année, les États-Unis sont frappés par plus de 1200 tornades, dont certaines sont les plus dévastatrices au monde, avec des vents dépassant parfois 400 km/h. La prévision de ces phénomènes orageux localisés mais très erratiques reste imprécise.

| | news

Weather forecasts will cover even more days in the future

Rochers de Naye | Keystone

The weather forecast is becoming increasingly accurate. Its precision has improved since scientists started applying computers to this task sixty years ago. Meteorologists claim to have gained one day per decade: A six-day forecast today is as good as a four-day forecast in 1999.

Why it matters. Experts cannot foresee an end to this trend in the near future. The potential is far from tapped. However, at some point, progress in weather forecasting will reach a limit.