#matériaux

| | news

Une petite révolution dans le monde de la métallurgie accélère la mise au point d'alliages

Engrenage en verre métallique. Ce matériau est testé par la Nasa pour les robots destinés à explorer des astres glacés | Nasa JPL - Caltech

Des chercheurs de l’Institut de physique de l’Académie chinoise des sciences de Pékin ont développé une technique originale pour mettre au point de nouveaux alliages métalliques. Elle leur a permis de créer un verre métallique à base d’iridium, de nickel et de tantale, qui conserve ses propriétés mécaniques à haute température.

Pourquoi c’est important. La voie traditionnelle consiste à peser et fondre de petites quantités de métaux différents, puis à les mélanger, avant de tester les propriétés de l’alliage jusqu’à trouver celui qui présente les caractéristiques recherchées. Une méthode d’essai-erreur fastidieuse puisqu’il faut refaire ces opérations des centaines de fois en changeant les proportions. La technique mise au point à Pékin permet de fabriquer plus d’un millier d’alliages à la fois. C’est une petite révolution!

| | news

Sur les plages d’Hiroshima, des grains témoignent de l’horreur de l’explosion nucléaire

Hiroshima après l'explosion | U.S. Navy Public Affairs Resources

Découverts par hasard sur des plages au Japon, de petits débris s’avèrent être des matériaux formés et retombés lors l’explosion de la bombe atomique sur Hiroshima, le 6 août 1945.

Pourquoi c’est important. Beaucoup d’études ont été faites sur les retombées radioactives du bombardement nucléaire d’Hiroshima. Mais c’est la première fois que des matériaux, de petits grains aux formes multiples, sont identifiés. Ils proviennent très vraisemblablement de la ville elle-même, qui a été vaporisée par l’extrême chaleur de l’explosion nucléaire.

Commandez notre Revue

L'Etivaz, le génie fromager

| | news

«J’avais étudié des centaines d’échantillons de sable et jamais rien observé de pareil»

Une plage de l'île de Miyajima, non loin d'un lieu de prélèvement de sable contenant des débris de l'explosion d'Hiroshima | そらみみ - Creative Commons

Installé en Suisse, le géologue Mario Wannier raconte comment il est parvenu, avec ses collègues, à déterminer que des échantillons de sable de la région d’Hiroshima contiennent des débris de la ville pulvérisée en 1945 par une bombe atomique.

Pourquoi c’est important. Cette découverte fortuite, née de la passion de Mario Wannier pour l’étude du sable des plages d’Asie, confirme à quel point on connaît mal ce qui se passe au sol quand une bombe atomique explose.