#machine learning


Abonnez-vous
| | chronique

Les triomphes de l'intelligence artificielle ne doivent pas en occulter les limites

Il ne se passe pas une semaine sans qu’on entende l’un ou l’autre exploit d’une intelligence artificielle (IA): il se dit que l’IA ferait mieux que les radiologues professionnels pour lire les mammographies et dépister un cancer du sein, qu’elle va aider les recruteurs grâce à l’analyse automatisée du visage. D’aucuns craignent aussi qu’elle ne détruise nos emplois. Mythe ou réalité? Qu’y a-t-il dans le ventre de ces outils prédictifs et autres algorithmes de reconnaissance d’image?

Il est nécessaire voire urgent de faire la part des choses entre les promesses, qui relèvent parfois du fantasme pour «technoprophète», et la réalité de leur fonctionnement. Et surtout, il est utile de rappeler les limites inhérentes à cet ensemble de technologies.

| | news

Une ONG genevoise lauréate du prix Google AI Impact

Les algoritmes sont d'un secours précieux pour aider avocats et juristes à compulser la jurisprudence | Creative Commons

L’ONG genevoise HURIDOCS, qui met à disposition des bases de données publiques relatives à la défense des droits de l’homme, a reçu une bourse Google AI Impact, dotée d’un million de dollars. Cette initiative récompense les projets d’intelligence artificiels tournés vers le progrès social.

Pourquoi c’est important. Ces bases de données étaient jusque-là gérées et mises à jour manuellement, une entreprise chronophage s’avérant parfois source d’erreurs. HURIDOCS (pour HUman Rights Information and DOCumentation Systems) automatise leur utilisation.