#longévité


S'abonner
| | radar

La baisse de l’espérance de vie pourrait influencer les élections américaines

Donald Trump en campagne à Dallas, Texas, pour les élections 2020. | Keystone / Larry W. Smith

Pour la première fois depuis les années 1950, l’espérance de vie diminue aux Etats-Unis, notamment dans les «swing-states».

Pourquoi c’est inquiétant. Les overdoses, les suicides ou encore l’obésité sont parmi les principales causes de cette augmentation de la mortalité qui touche surtout les gens d’âge moyen des classes les plus défavorisées.

link

Quartz

| | chronique

«Nos enfants apprennent les couches géologiques de notre planète, mais pas ce qui leur permet de rester en bonne santé!»

Béatrice Hirsch est infirmière responsable des soins dans un EMS genevois. Auparavant, elle a travaillé trente ans aux Hôpitaux universitaires de Genève (en médecine interne) ainsi que trois ans dans l'humanitaire. Elle donne des pistes de réflexions suite à l'étude de l'Université de Genève publiée lundi 12 novembre sur «Vieillir en bonne santé».

Une étude de l’université de Genève, publiée hier, nous dit que parmi les années de vie gagnées grâce à l’amélioration générale de l’espérance de vie, la plupart le sont en bonne santé! C’est une excellente nouvelle que nous pouvons savourer dans le pessimisme ambiant.

Mais – et bien sûr qu’il y a un mais! – le bémol est qu’il existe des inégalités suivant le niveau de formation et on peut constater que les personnes qui n’ont suivi que la formation obligatoire gagnent beaucoup moins d’années de vie en bonne santé que celles qui ont suivi une formation tertiaire. Alors, nous devons nous poser la question de comment faire pour diminuer ces inégalités.

| | twitter

L'espérance de vie mondiale se porte bien, mais pas partout

Le tweet de Simon Kuestenmacher a été très commenté et partagé durant ce premier week-end du mois d’octobre. Il montre que la longévité au niveau mondial ne cesse de croître depuis les années 1960. Cette carte indique également l’impact des guerres et des épidémies sur la durée de vie.

Le bonne nouvelle, connue, doit pourtant être pondérée par la diminution de l’espérance de vie dans certains pays.

Nos offres de fin d'année

| | news

L'enzyme de jouvence existe... chez la souris

photo d'illustration | Keystone

Allonger l’espérance de vie et réduire les signes du vieillissement est au cœur des recherches de nombreux laboratoires dans le monde. S’ils n’ont pas encore découvert la recette de l’élixir de jouvence universel, des chercheurs américains publient des résultats expérimentaux très prometteurs.

Pourquoi c’est intéressant. De précédents travaux avaient déjà découvert le rôle d’une molécule, appelée NAD+, dans les processus de vieillissement. Ces nouveaux travaux mettent en évidence les propriétés anti-âge d’une seconde enzyme, qui augmente la production de NAD+, ce qui aurait des effets à la fois sur les signes de vieillissement et la durée de vie.