#Les raisons d'espérer pour le climat


S'abonner
| | interview

Valentine Python: «Certains territoires totalement désertifiés ont pu être ressuscités»

Valentine Python, climatologue et conseillère nationale. | Alessandro della Valle / Keystone

A chaque semaine ses mauvaises nouvelles sur le front du climat. Comment garder confiance en notre capacité à enfin infléchir la donne? Nous avons demandé à plusieurs personnalités leurs raisons d'espérer pour le climat.

Valentine Python est climatologue et écologue. Après des études à l’Université de Neuchâtel, d’où elle est originaire, elle a obtenu un doctorat en Sciences de l’environnement à l’EPFL. Elle s’est ensuite consacrée en tant que consultante à la transmission du savoir et à l’introduction de l’écologie dans les programmes scolaires.

Entrée en politique en 2018, comme conseillère communale à la Tour-de-Peilz (VD) sous la bannière verte, la scientifique a été élue au Conseil national lors des dernières élections fédérales. Heidi.news lui a demandé quelles sont les raisons qui la font encore aller de l’avant face au déluge d’informations dramatiques concernant le climat.

| | interview

Jean Jouzel: «Je crois au dynamisme européen pour financer la transition climatique»

Jean Jouzel, à Paris en 2015 | Creative commons/Flickr/PS/Mathieu Delmestre

A chaque semaine ses mauvaises nouvelles sur le front du climat: les forêts brûlent, les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter... Comment garder confiance en notre capacité à enfin infléchir la donne? Nous avons demandé à plusieurs personnalités leurs raisons d'espérer pour le climat.

Aujourd’hui, nous posons la question au climatologue et glaciologue français Jean Jouzel. Ancien vice-président du Groupe scientifique du GIEC, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat de 2012 à 2015, le chercheur, membre de l'Académie des science en France, est reconnu mondialement pour ses travaux sur le réchauffement dès les années 1970.

Plus récemment, il s’est engagé aux côtés de personnalités politiques françaises sur le front de la transition écologique. Entretien sur les bonnes raisons de penser que la transition climatique est encore possible.

| | interview

Al Gore: «Face au réchauffement, je refuse de croire que l'humanité est destinée à s'auto-détruire»

Al Gore n'a rien perdu de sa verve dans sa lutte pour sensibiliser aux effets délétères des changements climatiques | DR

A chaque semaine ses mauvaises nouvelles sur le front du climat. Comment garder confiance en notre capacité à enfin infléchir la donne? Nous avons demandé à plusieurs personnalités leurs raisons d'espérer pour le climat.

Même après son film «An inconvenient truth», même devant le climatoscepticisme de l’actuel président américain, même face aux ratés de la COP25 à Madrid, il croit encore que l’humanité va agir pour lutter contre les changements climatiques. Al Gore nous répond en exclusivité, analysant le vent nouveau qui souffle grâce aux jeunes manifestants, mais aussi aux Etats-Unis au sein d’une population qui voit désormais les effets du réchauffement. Un article qui lance notre série d’entretiens avec des personnalités qui positivisent encore face aux problèmes climatiques.

Pourquoi c’est puissant. L’ancien vice-président américain ne mâche plus ses mots pour dénoncer les lobbies et les compagnies liés aux énergies fossiles. Il incite clairement à désinvestir dans ces domaines. Selon lui, c’est bien beau de miser sur les actions individuelles pour économiser l’énergie par exemple, mais ça l’est encore plus de bouleverser les politiques climatiques en faisant que, partout où c’est possible, les citoyens utilisent leur droit de vote pour changer la donne.