#justice


S'abonner
| radar

Condamné pour avoir «liké» du contenu diffamatoire sur Facebook

Image d'illustration | Pexels

Les actions que nous réalisons sur les réseaux sociaux peuvent avoir de lourdes conséquences. Un quadragénaire suisse est en train de le découvrir. Ce 20 février, le tribunal fédéral confirme en appel le jugement de cet homme condamné à des jours-amendes pour avoir «liké» et partagé des contenus diffamants contre Erwin Kessler, fondateur de l'association contre les usines d'animaux.

Pourquoi c’est important. La Cour rappelle que la propagation de tels propos, dans la vraie vie ou en virtuel, constitue en soi un délit. De fait, «liker» et partager du contenu participe à la propagation du contenu. Toutefois, la Liberté précise que pour propagation il y a si le contenu partagé ou «liké» été transmis à une personne tierce. Une condition qui doit être vue au cas par cas, puisque cela dépend de la maintenance du fil d'actualité et des paramètres de l'utilisateur.

link

La Liberté

| | radar

Des algorithmes meilleurs que les humains pour prévoir les récidives?

La réforme de la justice pénale américaine envisage l'utilisation d'algorithmes pour évaluer les risques de récidive. Credit: Keystone-ATS

L’intelligence artificielle tente d’infiltrer même la justice pénale. Non sans mal. Il y a deux ans des chercheurs de l’Université de Dartmouth avaient conclu que les machines ne sont pas meilleures que les humains pour prévoir les récidives. En affinant leur méthodologie, des chercheurs de Stanford et Berkeley arrivent maintenant à la conclusion inverse dans une étude publiée par ScienceAdvances. Dans leur comparaison, les prévisions des algorithmes sont justes dans 89% des cas contre 60% pour les humains.

Pourquoi c’est intéressant En 2016, une étude de ProPublica montrait que les algorithmes prédisent des risques de récidive plus important pour les accusés noirs que blancs. Dans le cadre d’une recherche sur ces biais racistes, il était montré qu’un logiciel dédié n’évaluait pas mieux ces risques que les humains. La méthodologie a depuis été affinée: l’algorithme a désormais accès aux mêmes informations que celles dont dispose la justice. Ces résultats interviennent dans un calendrier particulier: la généralisation de ces algorithmes est envisagée dans le cadre de la réforme du système pénal américain.

link

Lire l'article de ScienceAdvances

| radar

Procès Weinstein: au tour de l’accusation

Le procès pour viol de l'ancien producteur de cinéma s’approche de son terme. Ce vendredi à la Cour suprême de New York, l’accusation donnera ses arguments de clôture. Le verdict est attendu la semaine prochaine.

link

Washington Post

| radar

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo demande sa libération sans condition

Acquitté de crimes contre l’humanité, Laurent Gbagbo demande aujourd’hui devant la CPI sa libération inconditionnelle. Il lui est notamment interdit de quitter Bruxelles. Alors qu’une période de réconciliation s’ouvre en Côte d’Ivoire à l’approche de la présidentielle de 2020, son retour serait «facteur de grave désordre», selon les avocats de la défense.

link

RFI

| radar

La Cour internationale de justice somme la Birmanie de prévenir un génocide

Les juges de la CIJ ordonnent à la Birmanie de protéger la minorité des Rohingyas, majoritairement musulmane. Ils demandent que soit empêchée «la soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction totale ou partielle», dont «les mesures visant à entraver les naissances».

link

Le Monde

| | news

Procès Credit Suisse: «Condamner ces jeunes en aurait fait des martyrs de la cause climatique»

Manifestation en marge de l'ouverture du procès, le 07 janvier 2020 à Renens | Jean-Christophe Bott | Keystone

Le verdit est enfin tombé. Ce lundi 13 janvier, les 12 jeunes activistes qui ont manifesté dans la filiale lausannoise de Credit Suisse en novembre 2018 ont été finalement acquittés au Tribunal de Renens. Entre les dommages et intérêts demandés et les frais de justice, ils risquaient plus de 20’000 francs chacun. Les frais seront finalement à la charge de l’Etat.

Les activistes dénonçaient dans leur action les investissements dans les énergies fossiles de Credit Suisse, qu’ils estimaient aller à l’encontre de la lutte contre le changement climatique. Jean Laville, directeur adjoint du think tank Swiss Sustainable Finance et associé du cabinet de conseil Conser, spécialisé dans l'investissement durable, explique pour Heidi.news les liens entre économie et climat.

| | radar

Des familles suisses portent plainte dans l’affaire de la Depakine

Pixabay / Hans Braxmeier

Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung révèlent que les parents de dix enfants suisses ont engagé une action en justice civile contre certains de leurs médecins et le groupe pharmaceutique Sanofi, dans l’affaire de la Depakine. L’assurance invalidité est aussi partie prenante de l’affaire. Les plaignants dénoncent un défaut d’information sur ce médicament anti-épileptique qui, prescrit chez la femme enceinte, peut produire d’importants retards de développement psychomoteur chez l’enfant.

Pourquoi on vous en parle. Les risques de la Depakine (valproate de sodium) chez la femme enceinte sont connus depuis longtemps mais n’ont été clarifiés qu’au milieu des années 2000. En France, le fabricant Sanofi, les autorités sanitaires et médicales sont accusés d’avoir minimisé ou sous-estimé les risques, en échouant à informer correctement les patientes. Avec seulement 39 cas rapportés à ce jour, la Suisse échappait jusqu’à présent à la polémique. Mais cette plainte collective pourrait bien lui donner plus d’ampleur, et les premières critiques à l’encontre de Swissmedic ont déjà commencé à se faire entendre.

link

À lire dans Le Matin Dimanche

| | radar

Que signifie pour la recherche la peine de prison du créateur des bébés Crispr?

He Jiankui | The He Lab

Le scientifique à l'origine des «bébés Crispr» a été condamné à trois ans de prison en Chine et à une interdiction d’exercer. La revue scientifique Nature s'interroge sur l'impact de cette décision de justice sur la recherche, l'édition génétique et les règles éthiques.

Pourquoi c’est important. Même si l’article de recherche (non publié) relatif aux bébés Crispr comporte une dizaine d’auteurs, seuls les trois premiers sont concernés par ce jugement. Plusieurs chercheurs chinois craignent que la décision ne mette en danger la recherche relative aux techniques d’édition génétique, y compris lorsqu’il s’agit d’éditer des cellules somatiques adultes, plutôt que des cellules embryonnaires.

link

Lire l'article de Nature

| radar

Nétanyahou peut-il former un gouvernement malgré ses démêlés avec la justice?

Keystone

A la veille d'une audience devant la Cour suprême censée statuer sur sa capacité à former ou non un gouvernement tout en étant inculpé, Benyamin Nétanyahou a intimé à la Cour de ne pas interférer dans le processus politique. Le premier ministre a jusqu'à demain pour demander l'immunité, qu'il ne peut recevoir tant qu'un nouveau gouvernement ne sera pas formé.

link

The Jerusalem Post

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| radar

Le long combat contre les violences domestiques en Russie

Al Jazeera/JC.

Le pays est le dernier des 47 membres du Conseil de l’Europe à n’avoir aucune législation contre les violences domestiques, qui sont pourtant un véritable fléau dans la société russe. D’arpès un organisme national de statistiques, en 2012, une femme russe sur cinq était confrontée à la violence familiale.

Pourquoi ça pourrait changer. Des dizaines de tentatives ont échoué mais encore et toujours, un groupe de femmes puissantes (juristes, activistes, féministes) se bat pour que ces violences soient enfin criminalisées, avec un nouveau projet de loi. Avec pour mission principale de faire passer les violences conjugales sous la définition de crime.

link

Al Jazeera

| radar

Le Père Noël, ce délinquant multirécidiviste

(ERIK S. LESSER / EPA)

Les enfants du monde entier lui vouent un culte, pourtant le Père Noël viole chaque année la loi: contrebande en bande organisée, tapage nocturne, contrefaçon, introduction par effraction et survol de zones interdites. S’il était capturé, de quelles peines écoperait-il?

Pourquoi c’est surprenant. La question est posée par le journal Le Monde. Toute une liste d’infractions est passée en revue. Et le bilan pourrait être très lourd, puisqu’il risquerait, selon le droit français, 31 ans de prison et un peu plus de 23 millions de francs d’amende. Oui, le Père Noël est une ordure.

link

Le Monde

| radar

La justice hongkongaise, l’autre champ de bataille de la contestation anti-Pékin

Médecin, infirmière, enseignant, ingénieur ou étudiant, 97 personnes comparaissent ce lundi devant un tribunal de Hong Kong lors d’une seule et même audience. Ils sont poursuivis pour avoir pris part à une «émeute» fin septembre. Depuis juin, près de 6’000 personnes ont été arrêtées, et les procès débutent, Pékin voulant faire de la justice une arme de répression.

link

Mediapart

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| radar

Au Soudan, premier anniversaire de la contestation qui a fait fait chuter Omar el-Béchir

Le 19 décembre 2018, le gouvernement soudanais triplait le prix du pain créant un soulèvement populaire de quatre mois jusqu’à la destitution du dictateur le 11 avril. Il y a cinq jours, sa première condamnation en justice tombait: deux ans de «résidence surveillée» pour corruption. Il doit encore être jugé pour «crimes de guerre», «crimes contre l’humanité» et «génocide» au Darfour.

link

France 24

| radar

Migrants morts dans un camion: le chauffeur comparaît

Une cour britannique auditionne aujourd’hui le chauffeur du véhicule réfrigérant où ont été retrouvé les corps de 39 citoyens vietnamiens. Maurice Robinson plaide coupable pour son rôle dans une affaire d’immigration illégale.

link

The independent

| radar

En France, ouverture du procès en appel du cardinal Barbarin

Pour son premier jour devant la justice, l'archevêque de Lyon a défendu la même position qu'en première instance, où les juges l'avaient déclaré coupable d'avoir gardé le silence sur les agressions sexuelles commises sur de jeunes scouts par le père Bernard Preynat. «Je n'arrive pas bien à voir en quoi je suis coupable», a maintenu Barbarin, se disculpant de toute faute et esquivant les questions qui fâchent.

link

Libération