#Italie


S'abonner

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | news

Comment le coronavirus frappe de plein fouet migrants et demandeurs d'asile en Italie

Les médecins à bord du Sea Watch-3 prennent la température des passagers avant qu'ils ne débarquent et soient placés en quarantaine à Messine. Ici le 27 février 2020. (Valerio Muscella/TNH)

Depuis que la plus grande et la plus meurtrière des épidémies de coronavirus en Europe a poussé le pays à prendre des mesures de confinement strictes, l'avenir de dizaines de milliers de migrants et de demandeurs d'asile en Italie - tout comme celui de millions d'Italiens - est devenu plus incertain. Cet article est issu d'un partenariat avec The New Humanitarian. Lire la version originale en anglais ici

Depuis le 21 février dernier, date où les premiers cas ont été reconnus officiellement, près de 69’927 personnes en Italie ont été testées positives au COVID-19 (en date du 24 mars) et plus de 6’000 décès ont été enregistrés. Tout le pays vit sous une stricte quarantaine. Des mesures qui limitent notamment les opérations d’aide aux migrants et aux demandeurs d'asile, eux-mêmes menacés par le virus.

Par exemple, tous ceux qui se trouvaient à bord de deux navires de sauvetage ayant recueillis des centaines de migrants en Méditerranée ont été soumis à une quarantaine obligatoire de deux semaines, après avoir accosté dans les ports italiens. Et dans toute l'Italie, les services d'intégration des migrants et des demandeurs d'asile ont également été temporairement suspendus ou fortement réduits.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news