| | radar

Vos clichés d’IRM permettent de vous identifier

Au-delà des zones cérébrales, les IRM capturent également les contours du crâne et du visage | Pixabay / Toubibe

Des chercheurs de la Mayo Clinic ont démontré que les données d’imagerie cérébrale permettent de remonter à l’identité d’une personne. Ils s’en ouvrent dans une lettre au NEJM et c’est le New York Times qui en parle. Sur la base de clichés d’IRM, ils ont modélisé des portraits en 3D de 84 de leurs sujets et vérifié, via un algorithme standard de reconnaissance faciale, qu’ils correspondaient aux vraies photographies. Huit participants sur 10 ont ainsi pu être identifiés – avec leur accord, évidemment.

Pourquoi on vous en parle. Les données médicales sont anonymisées pour éviter toute récupération à des fins malveillantes ou commerciales. Mais l’usage pour les données d’imagerie médicale, souvent partagées entre les institutions à des fins de recherche, consiste à simplement retirer les métadonnées individuelles. Preuve est faite que cette procédure est insuffisante pour préserver efficacement la vie privée.

link

À lire sur le New York Times

| | news

Des chercheurs romands exposent pourquoi le cerveau trinque quand le foie va mal

Valérie McLin, Cristina Cudalbu et Olivier Braissant dans le laboratoire du Centre d’imagerie biomédicale à l’EPFL. | Alain Herzog / EPFL

Une équipe pluridisciplinaire de chercheurs romands publie, ce 19 août, des résultats inédits sur l’encéphalopathie hépatique dans le prestigieux Journal of Hepatology. Ils établissent les liens entre les dysfonctionnements précoces du foie et les atteintes cérébrales.

Pourquoi c’est important. L’encéphalopathie hépatique (EH) est une complication neurologique grave due à l’insuffisance chronique du foie. Elle touche plusieurs milliers de patients en Suisse. Actuellement, il n’existe qu’un seul traitement: la greffe de foie. En comprenant comment et pourquoi le cerveau est atteint, il sera possible de développer des traitements simples à administrer, non-invasifs, bon marché et intervenant tôt dans le développement de la maladie.

| | vidéo

Une IRM de cent heures livre des images saisissantes du cerveau humain

Des chercheurs américains ont saisi, grâce à l'imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), des images du cerveau en trois dimensions d’une précision de 0,1 mm. Les manipulations ont duré plus de quatre jours.

Pourquoi on en parle. Il s’agit des images du cerveau les plus détaillées jamais obtenues. Elles devraient permettre de mieux comprendre comment certaines troubles, notamment le syndrome du stress post-traumatique, se répercutent par des changements anatomiques.