#Irak


S'abonner
| radar

Bagdad donne son feu vert au renforcement des actions de l’Otan

Le gouvernement irakien a donné son accord à la reprise de certaines activités de la coalition internationale antidjihadiste. L'accord de Bagdad était la condition exigée par les alliés des Etats-Unis pour renforcer la mission de l'Otan en Irak.

link

Le Figaro

| idées

L'actualité vue par le Père Najeeb, archevêque de Mossoul

Père Najeeb

Bonjour, c’est Père Najeeb à Mossoul, en Irak, où je marche avec ma croix sur la poitrine dans des rues encore très dangereuses, mais avec un intense sentiment de liberté.

Je suis l’archevêque de ce territoire dévasté par Daech et très honoré d’être ce samedi le rédacteur en chef du Point du jour, la newsletter matinale de Heidi.news. J’étais en début de semaine à Genève pour parler de liberté, justement. Voici ce qui m’a marqué dans l’actualité.

| radar

Rejet du nouveau Premier ministre en Irak

Dès sa nomination samedi à ce poste, Mohammed Allaoui a été contesté par la rue. Les manifestants antigouvernementaux demandaient depuis des semaines qu'il soit indépendant du sérail politique qu'ils accusent de corruption et d'incompétence.

link

La Croix

| radar

Plus de 50 morts aux funérailles de Ghassem Soleimani

Keystone

Mardi 8 janvier, le général iranien Ghassem Soleimani, tué par une frappe américaine le 3 janvier à Bagdad, a été enterré dans sa ville natale de Kerman dans le sud-est de l’Iran.

Des funérailles qui ont tourné au drame. Une bousculade a causé plus de 50 morts et 200 blessés.

link

CNN

| radar

L’armée américaine s'apprête-t-elle à quitter l'Irak?

Keystone

Moins de deux jours après un vote du Parlement irakien exhortant le gouvernement à expulser les troupes étrangères, le flou règne. Suite à la révélation d'une lettre, authentifiée par l'AFP, où elle indiquait «repositionner» ses forces en vue d’un retrait «sécurisé et efficace», l'armée américaine a annoncé que la missive avait été envoyée par erreur. Les Etats-Unis sont de retour en Irak depuis 2014 et la formation de la coalition contre l’EI.

link

France 24

| radar

Attaque de l'ambassade américaine en Irak: la Suisse convoquée à Téhéran

En l'absence de relations diplomatiques entre l'Iran et les Etats-Unis, c'est la Suisse qui représente les intérêts de Washington à Téhéran. C'est à ce titre que le chargé d'affaires suisse à Téhéran a été convoqué hier par le ministère des affaires étrangères iranien. Raison de cette convocation: des frappes aériennes américaines contre des bases des Brigades du Hezbollah dimanche dernier ont provoqué des manifestations violentes mardi à Bagdad. L'ambassade américaine a été envahie par des milliers de manifestants pro-Iran. Le président américain Donald Trump a menacé de faire payer le «prix fort» à l'Iran qu'il accuse d'être derrière cette attaque.

link

24 Heures

| radar

Irak: l'ambassade américaine attaquée

Keystone/AP Photo/Khalid Mohammed.

Des milliers de manifestants et de militants pro-Iran ont attaqué l'ambassade américaine à Bagdad mardi, parvenant même à pénétrer son enceinte avant d'être dispersés par des grenades lacrymogènes. Un fort regain de tensions qui fait suite aux bombardements US qui avaient tué la veille des dizaines de combattants loyaux à l'Iran.

link

Le Point

| radar

En Irak, le sentiment anti-américain se renforce après la mort de 25 combattants pro-Iran

En Irak, la mort de combattants pro-Iran dans des raids de représailles américains suscitent l’indignation. Tandis que Badgad menace de «revoir» ses relations avec Washington et que des députés appellent à bouter les soldats américains hors d’Irak, dans les rues des manifestants brûlent des drapeaux des Etats-Unis. Vendredi dernier, 36 roquettes avaient frappé une base américaine dans le centre du pays.

link

Time

| radar

En Irak, le président menace de partir

Alors que la crise politique continue en Irak et que la rue ne flanche pas contre la corruption et l’influence iranienne notamment, le chef de l’Etat Barham Saleh a donné jeudi un gage à la contestation en mettant sa démission dans la balance. En cause, l’intransigeance de la coalition pro-Iran qui souhaite placer l’un des siens au poste de Premier ministre, ce que Saleh refuse.

link

Le Monde

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| radar

Irak: négociations avant la désignation du futur premier ministre

Hier soir, les partis politiques irakiens négociaient encore le nom du futur premier ministre, que le président Barham Saleh s’est engagé à proposer au vote du Parlement au plus tard jeudi. Face à eux, les manifestants restent intransigeants, exigeant une refonte complète du système.

link

Al Jazeera

| radar

En Irak, les députés acceptent la démission du gouvernement

Réclamée depuis des semaines par les manifestants, la démission d'Adel Abdel Mahdi et de son gouvernement a été acceptée par le Parlement irakien hier. La répression a fait par ailleurs un nouveau mort à Bagdad et les manifestations ont pris l’allure de processions funéraires, y compris dans les régions sunnites jusqu’ici restées à l’écart de la contestation.

link

RFI

| radar

Place Tahrir, coeur battant de la contestation irakienne

Keystone

A Bagdad, les 18 étages de la tour du «restaurant turc» offrent une vue imprenable sur la place Tahrir qui s’étend à ses pieds et où, depuis le début du soulèvement populaire irakien fin octobre, une cité se développe doucement. On y débat, regarde le foot ou des films d’auteur et surtout, on rêve d'un Irak débarrassé de son régime corrompu et où le confessionalisme aurait disparu.

Chaque jour, des milliers de personnes viennent en soutien aux quelques centaines de jeunes qui gardent l’immeuble. Ils sont les gardiens de la «cité idéale». Le Monde le raconte.

link

Le Monde

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| portfolio

L'image du jour

Keystone

Presque deux mois après le début de la contestation qui secoue l'Irak, le mouvement populaire a vécu hier l'une de ses journées les plus sanglantes. 31 manifestants ont été tués par les forces de l'ordre, principalement dans le sud du pays où des bâtiments officiels, dont le consulat d'Iran, ont été attaqués. Depuis le début de la répression, plus de 380 personnes ont perdu la vie et quelque 15'000 autres ont été blessées .

| portfolio

L'image du jour

Keystone

Après une nuit meurtrière près du consulat iranien de Kerbala, la contestation a repris un tour violent hier à Bagdad où les forces de l’ordre ont tiré sur les manifestants avec des balles réelles, élevant le nombre de victimes à au moins 270 depuis le 1er octobre. Récemment, la colère des protestataires -qui réclament «la chute du régime»- se concentre sur l’Iran, l’une des deux puissances actives en Irak avec les Etats-Unis.