#informatique quantique

| | radar

Pourquoi il faut garder ouverte la course à l'ordinateur quantique

Un chercheur manipule un ordinateur quantique | IBM Research

En quelques années, l’informatique quantique est devenu bien plus qu’un intérêt de recherche universitaire. Les sociétés privées (comme IBM ou D-wave) et les gouvernements ont compris qu’il s’agissait d’un enjeu stratégique. Nous assistons, avertissent plusieurs chercheurs dans une tribune publiée sur Nature, à un clivage de la recherche entre pays, entreprises et universités. In fine, en verrouillant ce domaine émergent sous des brevets et en drainant les laboratoires publics de ses talents, elle ralentit.

Pourquoi c’est important. Le timing de cette recomposition n’est pas anodin: elle intervient au moment où la loi de Moore —selon laquelle la vitesse des microprocesseurs double tous les 18 mois— montre des signes d'essoufflement. En parallèle, le machine learning et l’intelligence artificielle ont ouvert la porte à des applications très prometteuses, pour lesquelles la principale limite reste la puissance de calcul disponible.

link

Lire l'article publié sur le site de Nature

| | news

L'informatique quantique menacera-t-elle un jour nos standards de cryptographie?

Image d'illustration | Jannete Mark/Creative Commons/Flickr

L’informatique quantique, par sa promesse de démultiplier la puissance de calcul disponible, attise de grands espoirs, mais aussi les craintes des professionnels de la cryptographie. Le risque: rendre caducs des algorithmes aujourd’hui standards. Une étude réalisée par deux chercheurs (dont un chercheur de Google), relayée par nos confrères du MIT Technology review (EN), a estimé à partir de quel seuil.

Pourquoi c’est important. Les systèmes cryptographiques garantissent—entre autres— la sécurité des transactions bancaires. Ils doivent être raisonnablement difficiles à briser par les ordinateurs actuels. Or, de nombreux algorithmes de chiffrement exploitent la difficulté à factoriser (c’est-à-dire écrire sous forme de multiplication) facilement un très grand nombre… Un problème mathématique dont l’informatique quantique, par son architecture différente, pourrait ne faire qu’une bouchée dans les années à venir.

| | reportage

L'ordinateur quantique se dévoile dans les laboratoires d'IBM à Zurich

Dans les laboratoires dédiés à l'informatique quantique d'IBM, près de Zurich | S.S. pour Heidi.news

Revisiter l’informatique traditionnelle à l’aune des bizarreries de la physique quantique: c’est la promesse de l’informatique quantique, domaine de recherche en pleine effervescence où IBM se place en pointe. Heidi.news a pu visiter les laboratoires européens de la firme, basés à Zurich.

Pourquoi c’est important. L’ordinateur quantique implique une architecture technique radicalement différente: contrairement au bit, qui se trouve soit dans l’état 0, soit dans l’état 1, le qubit — ou bit quantique — peut se trouver simultanément dans les deux états. La promesse est de taille: rien de moins qu’un changement de paradigme qui permettrait, à terme, de résoudre des problèmes mathématiques aujourd’hui trop complexes pour les supercalculateurs. Mais d’ici là, la route est longue, et semée d’embûches.