#hygiène


S'abonner
| | question

Connaît-on la durée de persistance du nouveau coronavirus sur un masque?

DR

Votre question complète. Via les réseaux sociaux, vous nous demandez si l’on connaît la «durée de vie» du nouveau coronavirus à la surface d’un masque.

La réponse d’Yvan Pandelé, journaliste (non masqué) au Flux santé. Cher lecteur, il n’y a pas de question bête – à la différence des réponses, mais nous allons essayer d’éviter cet écueil. Il n’existe pas de recherche qui, à notre connaissance, se soit penché directement sur le sujet pour Covid-19, mais certains travaux existent. En deux mots: en cas de contamination du masque, le virus peut sans doute persister plusieurs heures, voire plus.

Il est de toute façon recommandé de changer de masque au maximum toutes les quatre heures et d’éviter de toucher sa surface.

| | question

Coronavirus: les seules règles à respecter sont-elles les mesures d’hygiène et l’éloignement des personnes à risque?

Une affichette informe d'une zone de protection autour du conducteur des transports publics genevois. Genève, le samedi 14 mars 2020. | KEYSTONE / Salvatore Di Nolfi

Votre question. La situation actuelle provoque de nombreuses questions auprès de nos lecteurs. Un lecteur nous a récemment demandé:

| | radar

Le savon, meilleur allié contre le coronavirus

Images d'illustration | Pixabay

À l’ère de l’IA et de la métagénomique, on en viendrait presque à oublier les fondamentaux. Pas le New York Times, qui revient sur les vertus du savon et explique son fonctionnement. Les particules de savon ont la faculté de détruire l’enveloppe lipidique des bactéries et virus enveloppés, comme le nouveau coronavirus. Les débris sont ensuite emprisonnés dans de minuscules bulles savonneuses puis évacués avec l’eau du rinçage. L’action mécanique est aussi importante, de sorte qu’un bon lavage de main vaut toutes les solutions hydro-alcooliques du monde – et c’est moins cher.

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | radar

Pourquoi il faut passer un savon aux éponges à maquillage

Pixabay / Guilherme Gomes

D’après une étude britannique publiée dans Journal of Applied Microbiology et relayée par Forbes, les produits de maquillage usagés présentent des taux de contamination bactérienne alarmants. Neuf produits testés sur dix contenaient des niveaux importants de bactéries potentiellement pathogènes, telles que des entérobactéries ou des staphylocoques. Les pires nids à germes sont les éponges à maquillage («beauty blender»), que 93% des utilisateurs confient ne jamais laver.

| | interview

«La quête des toilettes de demain n'est pas qu'un sujet drôle ou rebutant»

Le caca a mauvaise presse. Il est le tabou qu’on veut au plus vite évacuer, le déchet ultime qu’on souhaiterait inodore et invisible. Il est pourtant au cœur d’une bataille économique mondiale et d’une révolution technologique et culturelle dont Genève est l’épicentre. Pour Heidi.news, Arnaud Robert a arpenté la planète à la recherche des latrines de demain et anime ce 19 novembre à Genève une conférence sur la révolution des toilettes. Interview.

Vous avez passé beaucoup de temps sur les toilettes pour ce reportage. Qu’est-ce que cela a changé dans votre vie?