#hygiène


S'abonner
| | radar

Pourquoi il faut passer un savon aux éponges à maquillage

Pixabay / Guilherme Gomes

D’après une étude britannique publiée dans Journal of Applied Microbiology et relayée par Forbes, les produits de maquillage usagés présentent des taux de contamination bactérienne alarmants. Neuf produits testés sur dix contenaient des niveaux importants de bactéries potentiellement pathogènes, telles que des entérobactéries ou des staphylocoques. Les pires nids à germes sont les éponges à maquillage («beauty blender»), que 93% des utilisateurs confient ne jamais laver.

Pourquoi c’est préoccupant. De tels taux de contamination sont susceptibles de provoquer des infections cutanées ou des maladies bactériennes en cas d’ingestion ou de contact avec les yeux. La chercheuse à l’origine de cette étude conseille de laver ses cosmétiques régulièrement avec du savon – en particulier les éponges à maquillage –, de respecter les dates limites d’utilisation et de ne jamais partager son maquillage avec d’autres personnes.

link

À lire sur Forbes

| | interview

«La quête des toilettes de demain n'est pas qu'un sujet drôle ou rebutant»

Le caca a mauvaise presse. Il est le tabou qu’on veut au plus vite évacuer, le déchet ultime qu’on souhaiterait inodore et invisible. Il est pourtant au cœur d’une bataille économique mondiale et d’une révolution technologique et culturelle dont Genève est l’épicentre. Pour Heidi.news, Arnaud Robert a arpenté la planète à la recherche des latrines de demain et anime ce 19 novembre à Genève une conférence sur la révolution des toilettes. Interview.

Vous avez passé beaucoup de temps sur les toilettes pour ce reportage. Qu’est-ce que cela a changé dans votre vie?

Arnaud Robert – (Rires) Dans mon quotidien, pas grand chose. Mais c’était un moment rare dans ma carrière. J’ai plongé dans un sujet dont je ne connaissais rien –avec une marge de manœuvre immense– et j’en suis ressorti avec la conviction que les toilettes, ce n’est pas juste un sujet drôle et un peu rebutant. Mon fil rouge était assez simple: parcourir les deux pays les plus peuplés du monde (Chine et Inde) et rencontrer l’un des hommes les plus riches du monde (Bill Gates) pour raconter une histoire. Celle de «La révolution des toilettes». Au final, c’est l’avenir du monde qui se joue autour, dans et sur les toilettes.