#hôpital


Abonnez-vous
| | news

Les soins hospitaliers alémaniques mieux classés que les romands

La qualité des infrastructures est le point fort des hôpitaux suisses | Gaetan Bally / Keystone

MedBelle, une start-up britannique de prise de rendez-vous en ligne, a évalué les institutions hospitalières de 100 villes à travers le monde. Tokyo, Boston et Londres tiennent le palmarès du classement. Le classement est disponible en ligne.

Pourquoi on vous en parle. Le «Best Hospital Cities Ranking 2019» ne se limite pas à classer des institutions spécifiques, mais a évalué le cadre médical global de 100 villes à travers le monde. La qualité ainsi que l’accessibilité des soins a été pris en compte. L'enseignement médical, le nombre de lits d'hôpitaux, le déficit d'infirmières et l'efficacité du traitement du cancer font partie des critères pris en compte.

| | news

Le plus grand centre de chirurgie ambulatoire de Suisse est prévu pour 2024 à Genève

Bertrand Levrat, directeur général des HUG, explique la structure du futur centre de chirurgie ambulatoire lors d'une conférence de presse donnée ce mercredi 9 octobre. | Hirslanden DR

Les hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et le groupe de cliniques privées Hirslanden ont annoncé lors d’une conférence de presse ce mercredi 9 octobre qu’ils s’associaient pour ouvrir un centre de chirurgie ambulatoire à Genève, dans le cadre d’un partenariat public-privé. Prévu pour accueillir son premier patient en 2024 au 22-24 avenue Beau-Séjour, le projet est le premier de cette envergure en Suisse.

Pourquoi on vous en parle. La chirurgie ambulatoire permet au patient de se faire opérer et de rentrer chez soi le jour même. Avec l’évolution des pratiques chirurgicales et les capacités de suivi du patient à domicile, sa pratique est en pleine expansion. Dans une optique de réduction des coûts, le «virage ambulatoire» est devenu une des priorités du secteur de la santé suisse.

| | radar

Les hôpitaux refusent d'envoyer les copies de factures aux patients

Centre de tri des factures d'une assurance-maladie. | Keystone / Gaetan Bally

Les hôpitaux suisses sont tenus par la loi sur l’assurance-maladie d’envoyer la copie de leurs factures aux patients, mais peu le font selon Medinside. Les hôpitaux les transmettent directement aux assurances-maladie, avec le soutien de H+, association faitière représentant 218 établissements (sur 281 en activité). Raisons évoquées pour ce refus: ce ne serait pas écologique et ce serait trop cher d’envoyer quelque 130 millions de documents papier par la poste.

Pourquoi ça pose problème. Lorsque les assurés reçoivent le décompte de leur assurance-maladie, ils contactent ces dernières n’ayant pas reçu de factures de l’hôpital et se les font envoyer par leur assurance. Ce transfert de charges va être empoigné par le Conseil fédéral qui désire obliger légalement les établissements hospitaliers à s’exécuter. Faute de quoi, ils seront amendables. La solution pourrait être un envoi par courrier électronique.

link

Lire l'article de Medinside (DE)

| | news

Comment la «Chambre des erreurs» permet de rassurer les patients en sensibilisant les soignants

La «Chambre des erreurs» mise en place par la Fondation Sécurité des patients Suisse. | Lucid GmbH

Dans le cadre de la première Journée mondiale de la sécurité des patients, ce 17 septembre, la Fondation Sécurité des patients Suisse lance une action interactive grâce à une «Chambre des erreurs» (aussi connu sous le nom de «Room of horrors»). Cette salle de formation permet de simuler des situations à risques et de stimuler la réflexion du personnel médical autour des questions de sécurité des patients. En Suisse romande, l’Hôpital neuchâtelois, site de La Chaux-de-Fonds, et les cliniques Cécil et du Bois-Cerf à Lausanne participent à l’action qui dure jusqu’au 22 septembre.

Pourquoi c’est important. En Suisse, «un patient sur dix subit une complication à l’hôpital», selon le tweet d’Alain Berset. De son côté, l’OMS estime qu’au niveau mondial quatre patients sur dix sont victimes de préjudices dans les structures de soins et 80% de ces cas seraient évitables.