#histoire


Abonnez-vous
| news

Chute du Mur de Berlin : 9 lectures pour ce week-end anniversaire

Photo: LIONEL CIRONNEAU KEYSTONE / AP

Voilà un anniversaire qui inspire la presse. Une génération est passée depuis cette fameuse nuit du 9 novembre 1989, de quoi provoquer une quantité de réflexions et de points de vue passionnants sur cet événement désormais bien ancré dans l'Histoire avec un grand H.

Étagères vides et checkpoints. Slate se penche sur la vie en Allemagne avant la chute du mur de Berlin. Trente ans après, Berlinoises et Berlinois racontent les années passées dans une capitale scindée en deux.

| | news

La rage, cette maladie terrifiante ayant inspiré les histoires de loups garous

Image d'illustration. | Pixabay / Mohamed_hassan

Agitation incontrôlable, hallucinations, yeux brillants et bave aux lèvres… Les symptômes de la rage chez l’humain ne manquent pas de frapper l’imagination. Pour le site The Conversation, l’historienne canadienne Jessica Wang (université de Colombie britannique) revient sur cette maladie terrifiante, décrites dans les chroniques américaines du XIXe siècle comme ayant pour effet de transformer les hommes en bêtes enragées. Des descriptions où surnage le thème de l’animalité malveillante et de la perte d’humanité, en continuité avec les récits de loups garous.

Pourquoi c’est intéressant. D’autres maladies comme l’hypertrichose (pilosité abondante) ou la porphyrie (faciès déformé) ont pu être rapprochées des histoires de loups garous. Mais la médecine duXXe siècle a vidé ces manifestations cliniques de leur charge inquiétante ou surnaturelle. Et le thème de la sauvagerie animale ne fait plus recette. Au contraire, l’idée d’une continuité profonde entre l’homme et l’animal semble sur le point de s’imposer dans les représentations populaires. Les vieux mythes ancestraux en sortiront-ils renouvelés?

link

À lire sur The Conversation

| | news

On a cru à tort que la fièvre typhoïde était de l'histoire ancienne

Image d'illustration | Shutterstock / Jarun Ontakrai

La médecine a cru la fièvre typhoïde éradiquée au mitan du XXe siècle, grâce au développement de l’hygiène et de la vaccination. Mais la maladie est restée endémique en Asie du Sud-est et en Afrique subsaharienne. Elle commence à ressurgir épisodiquement dans les pays riches. Pour deux historiens d’Oxford, qui s’en ouvrent sur le site The Conversation, ce retour de bâton aurait pu être évité si les pays occidentaux avaient pris la mesure du problème, au lieu d’arrêter les campagnes de prévention à leurs frontières.

Pourquoi on vous en parle. On observe depuis les années 80 l’apparition de fièvres typhoïdes multirésistantes, en particulier en Asie et en Afrique. La famille de bactéries responsable (Salmonella typhi H58) continue de s’adapter à la pharmacopée en usage en développant de nouvelles résistances sans perdre les anciennes, ce qui la rend de plus en plus difficile à traiter. D’où la nécessité impérieuse d’un renforcement des mesures préventives dans les pays concernés.

link

À lire sur The Conversation

| | radar

Comment la Chine est devenue une puissance scientifique de rang mondial

Statue de Mao devant une université chinoise | Flickr

Le saviez-vous: la Chine est le pays qui publie aujourd’hui le plus d’articles scientifiques! Ceux-ci sont simplement souvent ignorés par la communauté ou les journalistes, car en chinois. L’essor de la Chine comme puissance scientifique s’est pourtant fait extrêmement rapidement, en à peine un peu plus d’un siècle, comme le relate magnifiquement un long article historique de Nature.

Qu’y apprend-on? Que les désastres qu’a connu le pays au XIXe siècle (guerres de l’opium, famines, etc.) ont servi de détonateur à l’explosion de l’inventivité chinoise. Que l’époque communiste a ensuite contraint les chercheurs à faire avec les moyens du bord mais avec aussi beaucoup d’ingéniosité, comme Tu Youyou, Prix Nobel de médecine pour ses travaux sur l’artémisine contre la malaria. Que la révolution culturelle a mis une gros frein à ces élans. Mais que la mort de Mao en 1976 a relancé, entre autre, les efforts scientifiques et technologiques. Qui connaissent les succès que l’on sait aujourd’hui, en physique quantique, en génomique, ou en recherche spatiale.

link

Lire l'article de Nature

| | news

La Venice Time Machine de l'EPFL lâchée par les Archives d'Etat de Venise: le projet fortement remis en cause

Venice Time Machine | DR

EXCLUSIF - Le grand projet de l'EPFL a été lâché par son principal partenaire, a appris notre envoyé spécial à Venise.

Coup dur pour l’immense projet Venice Time Machine, basé à l’EPFL, et qui veut tirer profit des technologies numériques pour faire parler les documents historiques de Venise et reconstruire le développement urbain et social de la Sérénissime à travers les siècles: les Archives d’Etat ont indiqué vouloir cesser leur collaboration, a appris Heidi.news!

Pourquoi c’est gênant. C’est sur la base de 80 km de livres et de documents d’archives stockés dans des bibliothèques et datant du XVIe au XIXe siècle que les spécialistes en humanités digitales de l’EPFL, notamment, ont commencé à faire revivre virtuellement la Cité des Doges. Des prototypes de moteurs de recherche utilisent notamment des nouvelles méthodes de reconnaissances des écritures manuelles. Sans ces sources de base, c’est tout le projet, qui a récemment acquis une vaste dimension européenne, qui se voit remis en question. Cette annonce tombe alors que se tient ce mardi à Venise la conférence de la fondation ArtTech, dont la Venice Time Machine est l’un des projets phare, également à l’origine de notre grande exploration sur le potentiel de ces technologies.

| | question

Quelle est la différence entre intelligence artificielle faible et forte?

Sur la page Instagram de Heidi.news, un lecteur nous a posé la question.
Sarah Sermondadaz, journaliste pour Heidi.news, y répond.

Image d'illustration. | Jens Schlueter / KEYSTONE

Votre question complète. Sur Instagram, un lecteur nous demande quelle est la différence entre intelligence artificielle (IA) faible et IA forte, afin de mieux évaluer les promesses de ces nouvelles technologies.

La réponse de Sarah Sermondadaz, journaliste scientifique. L’histoire de l’informatique est parsemée de ce type d’oppositions, explicites ou implicites. Quelques exemples:

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Au XVIIIe siècle, la croisade vaudoise contre la masturbation

L''excellent blog «Echos des Lumières» raconte comment la lutte contre l’onanisme fut l’un des principaux chevaux de bataille du XVIIIe siècle, afin d’endiguer une pratique jugée immorale par les médecins des Lumières.

Pourquoi c’est aussi une histoire romande. Deux Vaudois ont été particulièrement actifs dans cette croisade. Le pasteur Jean-Philippe Dutoit-Mambrini, natif de Moudon, dénonçait en 1760 «cette infernale épidémie qui répand son infection de proche en proche.» Et surtout le médecin vaudois Samuel Auguste Tissot qui connut la gloire avec son «Onanisme» de 1769, véritable best-seller pour son époque, traduit en anglais et en italien, et réédité jusqu’en 1813.

Commandez notre Revue

Votre cerveau a été piraté

| | news

Alan Turing, un génie des mathématiques détruit par l'intolérance

La statue d'Alan Turing, une pomme dans la main, au mémorial de Sackville Park | Lmno - Creative Commons

Le New York Times rend hommage au mathématicien britannique Alan Turing aujourd’hui, sous une forme inhabituelle: le quotidien publie une nécrologie pour réparer un “oubli”, il y a 65 ans. Le quotidien publie ce mois-ci plusieurs nécrologies de figures LGBT, en réponse à l’intolérance croissante de nos sociétés.

Pourquoi c’est important. On doit beaucoup à Alan Turing, qui a notamment conduit l’équipe qui a vaincu Enigma, la machine à coder les messages des nazis, et posé les concepts de l’ordinateur moderne. Mais, parce qu’il était homosexuel, Turing a été traité en criminel et obligé de se soumettre à une castration chimique. Il s’est suicidé le 7 juin 1954.

| | news

A well-known illustration by the natural scientist Alexander von Humboldt was misinterpreted

The "Tableau physique" drawing by Alexander von Umboldt

There is hardly any scientific illustration that has an aura comparable to «Tableau Physique» by the German natural scientist, Alexander von Humboldt from 1807. His paper included an illustration of the altitude-related distribution of plants on the Andes, based on records from a research trip. This kind of illustration was pioneering and set a precedent; it helped, among other things, to introduce ecology as a science in the further course of events. Many subsequent studies referred to the Tableau Physique.

What is the trouble. However, a team led by Pierre Moret of the Université de Toulouse now writes in the Proceedings of the National Academy of Sciences that the famous graphic was often misinterpreted.

| | radar

Le mythe des poissons à ventouse de Cléopâtre résiste-t-il à l'expérience?

Représentation fantaisiste de la bataille d'Actium par Lorenzo A. Castro, en 1672 | Domaine Public

Le Monde (FR) raconte comment des expériences de physique se sont penchées sur une légende millénaire. Elle raconte que les bateaux de Cléopâtre, défaits à Actium (Grèce) en 31 av. J.-C., avaient été freinés par des poissons à ventouse, des rémoras.

Pourquoi on vous en parle. Cela fait des siècles que les historiens se prennent la tête avec cette affaire. Des physiciens français intrigués par l’histoire ont décidé d’en avoir le cœur net.

| | radar

Has the Voynich manuscript really been deciphered?

A page from the Voynich manuscript | Public domain

What the hell was written in the Voynich manuscript, an apparently coded illustrated document from the 15th century? A British academic raises a new hypothesis: the manuscript would have been written in proto-Romance, a kind of «linguistic missing link» between Latin and modern Neo-Latin languages (such as Spanish, French, Italian…).

Why it remains uncertain. Across the years, many theories about the language used in the manuscript have spawned— and then proven wrong. Some of the researcher’s peers are not convinced by the new interpretation.

| | radar

L'histoire du lanceur d'alerte qui perdit la première guerre climatique aux États-Unis

John Wesley Powell | National Archives at College Park

Sur The Atlantic, nous vous recommandons ce fascinant portait de John W. Powell, explorateur devenu lanceur d'alerte climatique, qui dénonça – en vain – les ravages humains et écologiques de la conquête de l'Ouest américain au XIXème siècle.

Pourquoi c’est actuel. Pour légitimer cette conquête territoriale, les esprits savants de l’époque martelèrent l’idée bien peu scientifique que forcément, «la pluie suit la charrue». Ces mêmes esprits savants professèrent aussi que la fumée des trains et la dynamite pouvaient déclencher les précipitations. Ces croyances magiques et cette politique de l’autruche ont surtout envoyé des milliers de fermiers s'épuiser à cultiver des zones trop arides. Tout ressemblance avec la situation actuelle…

link

Lire l'article de The Atlantic

| | radar

Grandeur et décadence des empires européens vues comme des divisions cellulaires

Au cours des XVIIIe, XIXe et XXe siècles, la Grande-Bretagne, la France, le Portugal et l'Espagne contrôlaient de vastes territoires à travers le monde, en combinant force maritime, contrôle économique et force brute. Cette vidéo des designers portugais Pedro Cruz et Penousal Machado retrace l'ascension et la chute de ces quatre plus grands empires maritimes, de 1776 et la guerre d'indépendance américaine, jusqu'en 2009.

Pourquoi c’est original. Le duo illustre le processus de décolonisation qui a duré des siècles comme une sorte de mitose, les nations nouvellement indépendantes se séparant des puissances coloniales. Selon Pedro Cruz, les corps mous et cellulaires utilisés pour la visualisation sont destinés à transmettre la volatilité de ces empires dans le temps.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | radar

500 ans après sa mort, faut-il relativiser le mythe Léonard de Vinci?

Montage de dessins de Léonard de Vinci | Creative Commons

Il y a 500 ans s’éteignait un artiste florentin devenu l’emblème de la Renaissance, combinant les figures du savant, de l’artiste et de l’inventaire: Léonard de Vinci. Un mythe en grande partie construit par les commentateurs ultérieurs du 19e et 20e siècle, rappelle l’historien des sciences français Pascal Brioist dans une interview accordée au Monde.

Ce que disent les historiens. De son vivant, les écrits et dessins de Léonard de Vinci n’ont pas circulé. Ses manuscrits ont été redécouverts puis publiés en 1883 par l’historien d’art allemand Jean-Paul Richter. Une époque contemporaine des succès de Jules Verne, au cours de laquelle le mythe du progrès battait son plein. On lui prête abusivement la paternité de certaines machines inventées par d’autres, alors qu’il n’a fait que les dessiner. En revanche, il fut l’un des précurseurs de la méthode scientifique, en systématisant l’expérimentation pour confirmer ses intuitions.

link

Lire l'article sur le site du Monde (FR)