#Google


S'abonner
| | radar

Google Translate passe ses examens à l’hôpital

Image d'illustration | Pxhere

Le logiciel de traduction automatique peut-il servir d’interprète entre médecins et patients qui ne parlent pas le même langage? Dans une lettre à Jama Internal Medicine, des chercheurs testent cette idée en condition réelle. C’est peut-être la fin de l’interprète tel qu’on le connaît à l’hôpital, ou à tout le moins un outil complémentaire pour laisser des instructions écrites dans la langue du patient.

Pourquoi c’est intéressant. Les problèmes d’intercompréhension linguistique sont récurrents à l’hôpital, notamment aux urgences. Testé pour le moment dans un hôpital californien, l’outil de traduction développé par Google livre de bons premiers résultats. Appelé à traduire une centaine d’instructions en chinois et en espagnol, Google Translate n’a commis «que» 19% d’erreurs en chinois, et 8% en espagnol. Des résultats inespérés, selon les médecins.

link

A lire sur Proto (EN)

| | news

Le grand mensonge des probiotiques sur internet

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui peuvent avoir des effets bénéfiques sur la santé en particulier au niveau du microbiome. Crédit: Doctissimo.

Une étude conduite par l’Ecole de médecine de Brighton et du Sussex et l’Institut interdisciplinaire d’innovation dans la santé de l’Université libre de Bruxelles montre à quel point les informations publiées en ligne sur les probiotiques sont biaisées. Publiée ce 15 janvier dans Frontiers in Medecine, cette recherche sur les 150 premiers sites classés par Google dans le domaine des probiotiques montrent que les informations diffusées ne sont pas fiables et la plupart du temps d’origine commerciale. Dans le meilleur des cas, elles s’appuient sur des études d’efficacité limitées aux souris et passent les trois quarts du temps sous silence les possibles effets secondaires.

Pourquoi c’est important. En pleine croissance, le marché des probiotiques – des bactéries ou des levures vivantes sensées avoir des bénéfices santé – a dépassé les 40 milliards de dollars pour les seuls États-Unis en 2017. Depuis 2009, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) interdit toutes formes d’allégation sur la santé sur ces produits à cause du manque de preuve de leur efficacité. Mais dans les faits, cette interdiction est peu réprimandée et elle échappe à toute forme de contrôle sur internet avec des allégations non seulement générales (du type: «active le système immunitaire») et souvent beaucoup plus précise («prévient la grippe») alors même qu’il n’y a la plupart du temps aucune preuve scientifique d’une telle efficacité.

| | radar

Waymo se passe désormais de conducteur de secours sur ses taxis autonomes

Waymo

Jusqu’alors, les différents services de taxis autonomes (ou robotaxis) en test aux Etats-Unis embarquaient un conducteur de secours, chargé de relayer l’ordinateur en cas de difficulté de conduite. Ce n’est plus le cas le cas pour Waymo, filiale de Google, qui permet depuis octobre à ses clients de se laisser conduire seuls à bord, en Arizona. Un journaliste du média américain The Verge en a fait l’expérience, consignée dans un reportage.

Pourquoi c’est important. En mars 2018, et malgré la présence à bord d’un conducteur de sécurité, un véhicule semi-autonome d’Uber avait percuté et tué une cycliste à pied. Le fait que son concurrent Waymo choisisse de se passer de conducteur d’appoint, un an et demi plus tard, représente une étape majeure. La filiale de Google conserve toutefois une équipe d’employés chargés de surveiller en temps réel, à distance, les flux de données des huit caméras de chaque véhicule. Ils pourront prendre la relève et téléguider le véhicule en cas de situation compliquée.

link

Lire l'article de The Verge

| | radar

Pourquoi les cofondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin, cèdent les rênes d'Alphabet

Origafoundation/WikiCommons

Dans une lettre révélée mardi, les cofondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin, ont annoncé qu’ils cesseraient d’assurer la présidence d’Alphabet, maison-mère de Google, qui abrite de nombreux projets de R&D, dont notamment Google X. C’est Sundar Pichai, l’actuel PDG de Google, qui prendra la relève, raconte Wired.

Pourquoi c’est intéressant. En 2015 déjà, Larry Page, alors PDG de Google, avait surpris le monde en annonçant la restructuration de la firme, ce qui a conduit à la création de la holding Alphabet, dont il avait pris les rênes. Les deux cofondateurs resteront toutefois au conseil d’administration. Et surtout, Sundar Pichai aura ainsi les mains libres pour homogénéiser les produits et services développés par Google et par Alphabet… en effet, certaines ressources sont aujourd’hui dupliquées: par exemple, les équipes de DeeMind, détenue par Alphabet, ne sont pas mutualisées avec celles de Google AI. Ce qui n’a pas été sans causer quelques tensions au cours des dernières années.

link

Lire l'article publié par Wired

| radar

Les fondateurs de Google quittent le vaisseau-mère

Larry Page et Sergey Brin qui ont lancé le plus célèbre des moteurs de recherche en 1998 ont annoncé, dans une longue lettre, se retirer d’Alphabet, la Holding de Google. C’est Sundar Pichai, déjà PDG de Google LLC, qui reprendra seul les rênes. Les deux «parents comblés» du géant numérique, resteront quand même membres du conseil d’administration.

link

Recode

| | radar

CamemBERT, une IA et non pas un fromage

C’est la nouvelle invention de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) en France: un algorithme qui est capable de maîtriser grammaire, syntaxe ou vocabulaire et cela avec plus de 99% de réussite. Google et Facebook utilisent de tels modèles.

link

Le Monde

| | radar

Des cours de robotique pour enfants sourds

La Fédération suisse des sourds (FSS) et le siège zurichois de Google permettent à deux écoles pour sourds et malentendants de participer du 18 au 21 novembre à des cours de base en robotique. La FSS signale dans un communiqué que le taux de chômage de personnes sourdes et malentendantes serait trois fois plus élevé que la moyenne en Suisse: «Les enfants et adolescents sourds, eux, risquent d'être exclus de la numérisation. Or cette jeune génération a un besoin urgent d'accéder au monde du travail 4.0.»

link

20 Minutes

| | radar

Le plan secret de Google pour indexer les données de santé des Américains

Pixabay / Jonny Lindner

Il répond au doux nom de projet Nightingale («rossignol»). Le Wall Street Journal a révélé lundi 11 novembre une initiative de Google pour indexer les données de santé de millions d’Américains. La plateforme agrège des fiches d’hospitalisation, des résultats de biologie et des diagnostics médicaux. Le projet, lancé en secret en 2018, est mené en collaboration avec Ascension, un vaste réseau de soins catholique qui gère 150 hôpitaux et plus de 50 maisons de retraites américaines.

Pourquoi on vous en parle. Google et Ascension déclarent utiliser ces données pour améliorer la qualité des soins. Or la loi fédérale américaine permet à un établissement de santé de partager les dossiers de ses patients sans leur consentement explicite, dès lors que les informations sont employées dans une optique de soins. Reste le problème éthique – et politique. D’après le WSJ, la firme de Mountain View serait dans le viseur du puissant département de la justice américain, qui envisage de lancer une enquête pour abus de position dominante. Une véritable épée de Damoclès.

link

À lire dans le Wall Street Journal

| | news

Google publie enfin ses travaux pionniers sur la «suprématie quantique»

Détail d'un ordinateur quantique | IBM Research

Cette publication officielle était très attendue. L’étude dont le preprint avait fuité et dans laquelle Google affirmait avoir atteint la «suprématie quantique», c’est-à-dire le seuil où l’informatique quantique devient plus intéressante que les ordinateurs traditionnels, a été publiée ce 23 octobre par Nature. Mais ce concept, introduit en 2012 par le physicien américain John Preskill, peut être interprété de diverses façons.

Pourquoi c’est important. Vraie ou fausse première? La bataille des mots fait rage autour de la façon dont il faudrait tester la «suprématie quantique» pour s’assurer de l’avantage technique fourni. Mais c’est un jalon qui marquera certainement l’histoire. Reste à améliorer le dispositif pour en tirer des applications commerciales à la fois utiles et rentables.

| | news

A Zurich, Google tente d'empêcher une réunion syndicale de ses employés

Bâtiment de Google à Zurich. | Christian Beutler / Keystone

Une quarantaine d’employés de Google à Zurich ont participé à une réunion sur les droits des travailleurs lundi 21 octobre, en présence de représentants syndicaux, réunion que les dirigeants de la société ont tenté d’empêcher, révèle Bloomberg News. Après l’annonce de l’événement, un des cadres avait déclaré dans un message interne que Google préférait que ce type de discussions interviennent en partenariat avec la société. Et demandé à ce que, en conséquence, l’événement soit annulé. Consigne que les organisateurs ont choisi d’ignorer.

Pourquoi c’est intéressant. Cet incident intervient dans un contexte tendu. En juin 2019, la direction de Google à Zurich avait réussi à faire capoter une première réunion sur le droit du travail, à laquelle le syndicat Syndicom aurait dû participer. Les organisateurs accusent l’entreprise de vouloir empêcher ses employés de connaître et d’exercer leurs droits. En 2018, comme dans de nombreux autres pays, plusieurs centaines de salariés avaient protesté contre la manière dont le géant californien avait géré des plaintes pour harcèlement sexuel. Google emploie quelque 4000 personnes à Zurich. Il s’agit de son plus grand centre de recherche et développement hors des Etats-Unis.

link

Lire l'article de Bloomberg News

newsletter_point-du-jour

Recevez_ chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

How Google wants to reinvent cloud computing and renew itself in the process

Urs Hölzle au Web Summit en 2014 | Web Summit/Flicrk/Creative Commons

Google is pressing ahead with Cloud Computing. As Senior Vice President, Swiss citizen Urs Hölzle is leading this charge. He doesn’t just want to gain market share but to «create an open standard that defines what Cloud is for the next 20 years», a process that will cause upheaval at Google as well.

The Google story began when the company’s founders – Larry Page and Sergey Brin – moved their project from their digs at Stanford University to a garage in Menlo Park, found their first investors and were able to recruit experienced computer scientists like Urs Hölzle. This was the summer of 1998.

| | news

Google fait entrer Versailles dans la réalité virtuelle

Caméra à photogrammétrie | Google

Google Arts & Culture a mis en ligne une visite en réalité virtuelle du château de Versailles. Pour construire ce modèle de 21 pièces de la résidence de Louis XIV, les techniciens de Google se sont servis de quatre tera-octets d’images photogrammetriques, qui tirent parti de mesures de profondeurs issues de plusieurs images numériques afin de reconstituer une image en trois dimensions. L’application permet de visiter la Chapelle Royale ou de la galerie des Glaces avec des casques de réalité virtuelle HTC Vive ou Occulus Rift.

Pourquoi on vous parle. Les grandes attractions touristiques comme le château de Versailles— 8 millions de visiteurs en 2018— sont soumises à une forte pression qui entraine des dégradations. Les visites virtuelles permettraient de la limiter. Depuis le projet de Google de numériser l’ensemble des bibliothèques européennes en 2002, l’Europe s’est rendu compte de la valeur de son patrimoine culturel en termes de big data. Cela a abouti à la création en 2008 d’Europeana, projet de la Commission européenne qui a numérisé plus de 60 millions d’objets d’art. Les projets Time Machine d’Amsterdam, Venise ou Paris vont dans le même sens.

| | radar

Google aurait atteint la «suprématie quantique». Et après?

Image d'illustration | Steve Jurvetson/Flickr/Creative Commons

Dans la course à l’ordinateur quantique, Google vient de frapper très fort. La firme a discrètement mis en ligne sur le site de la Nasa, l’un de ses partenaires de recherche, un article en préprint selon lequel elle aurait, grâce à un processeur à 53 qubits, atteint la «suprématie quantique», c'est-à-dire un seuil théorique où la fiabilité et la puissance de calcul rendent cette technologie plus intéressante que l’informatique traditionnelle. Google parle même «d’étape cruciale». Le Financial Times (FT) l’a découvert avant qu’il ne soit mis hors ligne, raconte Gizmodo dans un article critique.

Pourquoi c’est important, mais aussi à nuancer. Selon l’étude, qui devrait par la suite être publiée dans une revue académique, le processeur quantique de Google s’est montré capable de réaliser, en seulement trois minutes et vingt secondes, un calcul qui aurait pris 10’000 ans sur le supercalculateur américain le plus rapide. La nouvelle a reçu un accueil contrasté, relate le FT dans un second article. Certains concurrents, comme IBM, déplorent le caractère invérifiable de l’annonce de Google. D’autres reconnaissent qu’avoir réussi à réduire le «bruit» quantique, et donc le taux d’erreur des qubits, relève d’une vraie prouesse. Mais les applications concrètes de ce système n’existent pas encore, rappelle Gizmodo.

link

Lire l'article publié dans Gizmodo

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | radar

La saisie assistée des courriels et SMS altérerait l'aptitude au langage

Creative Commons

Si vous êtes un utilisateur régulier de Gmail, difficile de l’avoir manqué: le service de courriel de Google propose désormais une fonction qui termine automatiquement les mots au fur et à mesure de la saisie de votre message. Cette technologie, courante sur smartphone, pourrait influencer nos pratiques et notre aptitude au langage, avance BBC Future.

Pourquoi c’est important. La branche de l’intelligence artificielle permettant ce type d’applications, appelée «traitement du langage naturel», pourrait à long terme altérer la façon dont le cerveau fonctionne lorsqu’on écrit. Quant à son impact sur l’orthographe, il est à double tranchant, risquant de renforcer des erreurs fréquemment commises. Se pose aussi la question de l’influence sur l’acquisition du vocabulaire et du langage chez les enfants.

link

Lire l'article publié sur le site de la BBC (EN)

| | news

Une ONG genevoise lauréate du prix Google AI Impact

Les algoritmes sont d'un secours précieux pour aider avocats et juristes à compulser la jurisprudence | Creative Commons

L’ONG genevoise HURIDOCS, qui met à disposition des bases de données publiques relatives à la défense des droits de l’homme, a reçu une bourse Google AI Impact, dotée d’un million de dollars. Cette initiative récompense les projets d’intelligence artificiels tournés vers le progrès social.

Pourquoi c’est important. Ces bases de données étaient jusque-là gérées et mises à jour manuellement, une entreprise chronophage s’avérant parfois source d’erreurs. HURIDOCS (pour HUman Rights Information and DOCumentation Systems) automatise leur utilisation.