#Global Health


S'abonner
| | news

Troubles mentaux: au Libéria, des journalistes s’engagent contre la stigmatisation

Patients au centre psychiatrique de Ahlu Khayr in Mogaidshu, Somalie | Keystone

Promouvoir la santé mentale d’ici 2030 fait partie des engagements pris par les Etats membres de l’ONU. Pourtant, dans de nombreux pays, en particulier ceux à revenus faibles ou intermédiaires, le manque d’information reste un écueil majeur. Au Liberia, des journalistes s’engagent aux côtés de la société civile pour améliorer la perception des troubles mentaux et la condition des patients.

Pourquoi on vous en parle. Après une guerre civile meurtrière, le Liberia a été touché de plein fouet par l’épidémie d’Ebola qui a ravagé l’Afrique de l’Ouest en 2014. Parmi les survivants, beaucoup souffrent de troubles anxieux, de dépression ou de syndromes de stress post-traumatique. Le pays compte un seul médecin psychiatre pour plus de 4 millions d’habitants. Et comme dans beaucoup d’Etats du continent africain, stigmatisation, manque d’accès aux soins et, encore trop souvent, maltraitance, sont le lot quotidien des patients.

| | interview

«Notre nouvelle division scientifique va changer l’OMS en profondeur»

Dre Soumya Swaminathan dans son bureau de l'OMS | Heidi.news

La Dre Soumya Swaminathan, jusqu’ici directrice adjointe de l’Organisation mondiale de la santé, a pris en mars dernier la direction de la toute nouvelle division scientifique de l’agence onusienne.

Le contexte de l’interview. Avant son intervention jeudi à la World Conference of Science Journalism qui se tient à Lausanne, la Dre Soumya Swaminathan, première chief scientist de l’OMS, a reçu Heidi.news.

| | news

Cancers de la peau: mieux protéger les Africains albinos

Séance d'éducation thérapeutique au RDTC | Chihiro Tagata Fuji

À l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme, un manuel a été publié afin d’améliorer la prévention et la prise en charge des cancers de la peau chez les Africains atteints d’albinisme. Les lésions cancéreuses, fréquentes chez ces personnes, constituent une cause majeure de mortalité prématurée.

Pourquoi c’est important. L’albinisme peut concerner jusqu’à une personne sur 1000 en Afrique sub-saharienne. Pourtant, les personnes albinos continuent d’être victime d’une forte stigmatisation et d’actes de violence dans de nombreux pays d’Afrique. L’isolement social est aussi une des premières causes de renoncement aux soins, or ces personnes sont particulièrement à risque de cancers de la peau non-mélanome.