#génome


Abonnez-vous
| | radar

Il faut davantage de diversité ethnique dans les études génétiques

Les participants des études d'association génomiques sont blancs d'origine européenne à 78 % | Pixabay / Geralt

La génétique a besoin de diversifier ses cohortes. En l’état de la recherche, 78% des participants aux études pangénomiques sont d’origine européenne. Même chez ces derniers, la majorité des participants se résume à trois nationalités: Américains, Britanniques et… Islandais. (Très homogène, la population islandaise est une mine d’or pour la génétique.) Cette sous-représentation est évoquée par trois chercheurs sur le site The Conversation. Pour eux, il conviendrait d’intégrer plus de groupes ethniques dans les études –une démarche déjà en cours– et de développer de nouvelles méthodes statistiques pour analyser des cohortes plus diverses.

Pourquoi on vous en parle. Les études d'association pangénomique consistent à scruter et comparer les génomes à la recherche de variations susceptibles d’être impliqués dans la survenue de maladies. Or, les populations diffèrent du point de vue de leur patrimoine génétique, ce qui limite l’universalité de ces résultats et leur application en médecine. Par exemple, les auteurs ont montré que des sujets issus d’une cohorte ougandaise n’avaient pas même les mêmes variants géniques de susceptibilité à l’hypercholestérolémie que les Européens.

link

À lire sur The Conversation

| | news

Against all expectations, DNA of released genetically engineered mosquitoes could live on in nature in Brazil

Le moustique Aedes aegypti, vecteur de diverses maladies | James Ghatny, Wikkicommons

In Jacobina, Brazil, every week between June 2013 and September 2015 saw the release of around 450,’000 genetically modified male specimens of the mosquito species Aedes aegypti. The mosquitoes were developed in the labs of British firm Oxitec and propagated in Brazil. The aim of this large-scale trial was to decimate the local mosquito population; the genetically modified males would mate with wild females and the resulting offspring would die off as the result of a genetically engineered manipulation.

Why it’s interesting. Reducing the mosquito population should reduce the number of dengue fever and zika virus infections since the viruses that cause them are transmitted to humans by Aedes aegypti.

| | news

Une bactérie dotée d'un ADN synthétique, nouvel outil pour la biologie et les biotechnologies

Bactéries Escherichia coli vues au microscope électronique | NIAID

Des chercheurs ont créé une bactérie Escherichia coli avec un génome entièrement synthétique, qui utilise un code génétique simplifié.

Pourquoi c’est intéressant. La biologie synthétique ambitionne de créer des systèmes biologiques non naturels. Cette bactérie dont le génome a été entièrement conçu par des humains révèle la maturité de cette discipline. Quant à son code génétique simplifié, il ouvre la voie à l’introduction de composants non naturels et donc à la construction d’une biologie hybride où des polymères mêlant briques du vivant et molécules artificielles seraient produits.