#foie


S'abonner
| | idées

Est-il possible de produire du foie gras éthique?

Nous avons mandaté notre experte Chloé Laubu, docteure en biologie du comportement animal, pour savoir s'il est possible de manger du foie gras pendant notre repas de Noël avec l'esprit tranquille...

«Est-il possible de produire du foie gras sans faire souffrir oies et canards?» C’est la question que m’a posée Heidi.news la semaine dernière à la suite de l’interdiction du foie gras à New York. Cette décision fait suite à celle de l’État de Californie, le foie gras étant déjà interdit dans plusieurs pays d’Europe et en Australie.

| | radar

Le syndrome d'auto-brasserie rend saoul sans toucher à une goutte d'alcool

Image d'illustration. | Shutterstock

Un patient chinois a subi durant de nombreuses années les caprices de sa flore intestinale: elle fabriquait de l’alcool toute seule. L’homme s’est retrouvé régulièrement avec un taux d’alcoolémie correspondant à plus de 15 shots de whisky, sans avoir bu une seule goutte d’alcool. Ces pics ont débuté en 2004 et se sont rapidement transformés en schémas réguliers. Avec le temps, les épisodes sont devenus plus fréquents et aussi plus graves: il a perdu son emploi (il était soupçonné d’être un buveur de «placard») et a dû être hospitalisé à plusieurs reprises.

| | news

Des chercheurs romands exposent pourquoi le cerveau trinque quand le foie va mal

Valérie McLin, Cristina Cudalbu et Olivier Braissant dans le laboratoire du Centre d’imagerie biomédicale à l’EPFL. | Alain Herzog / EPFL

Une équipe pluridisciplinaire de chercheurs romands publie, ce 19 août, des résultats inédits sur l’encéphalopathie hépatique dans le prestigieux Journal of Hepatology. Ils établissent les liens entre les dysfonctionnements précoces du foie et les atteintes cérébrales.

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | news

Drug testing: human liver cells help detecting embryotoxicity

This «body-on-a-chip» could reduce unnecessary animal testing. | Julia Boos / ETH Zürich)

The safety of embryos and pregnant women is of special concern when medical substances need to be approved. Since animal testing is required by law before licensing drugs, toxicity is most commonly tested on gravid rabbits and other rodents. A new method developed by ETHZ could reduce redundant animal testing in early research phases.