#EPFL


S'abonner
| | news

Covid-19: Un logiciel de l’EPFL facilitera le partage des données entre différents pays

Hôpital de Sion, 1er avril 2020. | Keystone / Jean-Christophe Bott

MedCo se fonde sur neuf ans de recherche. Ce logiciel, développé dans le laboratoire pour la sécurité des données (LDS) de l’EPFL en collaboration avec le CHUV, offre la possibilité aux chercheurs d’effectuer des calculs sur des bases de données médicales décentralisées sans décrypter les données et sans les transférer, protégeant ainsi la vie privée des patients. Le logiciel vient d’être déployé dans les hôpitaux universitaires de Lausanne, de Genève et de Berne.

| | idées

L'actualité vue par Alisée de Tonnac, directrice du concours de start-up Seedstars

Alisée de Tonnac

Bonjour, c’est Alisée à Lausanne où le Covid-19 a transformé nos vies et fait basculer sur internet notre sommet Seedstars qui rassemble des entrepreneurs du monde entier chaque année à l’EPFL.

| | news

Covid-19: L’EPFL joint ses forces à un projet européen de «contact tracing» numérique

Une personne portant un masque regarde son téléphone portable (image d'illustration) | WOLFGANG KUMM/DPA/KEYSTONE

Face à la pandémie de Covid-19, le numérique a un rôle à jouer. La propagation rapide de la maladie la rend difficile à contenir par des mesures classiques de contact tracing manuel (reconstitution de la liste des personnes avec qui les malades ont été en contact). Or, il faut pouvoir les prévenir le plus rapidement afin qu’ils puissent se mettre auto-quarantaine, chaque heure perdue pouvant se traduire par de nouvelles personnes contaminées. Au sein d’un consortium de 130 partenaires académiques et industriels, l’EPFL participe à un vaste projet européen visant à le faire grâce aux outils numériques et à la téléphonie mobile… Mais dans le respect de la vie privée. Présentation.

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | news

L’EPFL va former les talents émergents de la science en Afrique

La nouvelle Université Mohammed VI Polytechnique au Maroc est partenaire de l'EPFL pour l'initiative Excellence in Africa | DR

Après avoir créé 58 cours en ligne (MOOCs) destinés à l’Afrique, l’EPFL lance le programme de formation et de recherche Excellence in Africa destiné à supporter 20 des meilleurs jeunes professeurs du continent et 100 doctorants d’universités africaines. Co-piloté avec la nouvelle Université marocaine Mohamed VI Polytechnique, près de Marrakech, la formation de ce programme est menée au travers de projets de recherche en collaboration avec des professeurs de l’EPFL. L’effort d’éducation numérique se poursuit en parallèle, avec 40 nouveaux MOOCs prévus.

| | reportage

En Californie, sur les traces de l’«autre» fusion nucléaire

Michl Binderbauer, le fondateur et directeur de TAE Technologies. Credit: DR

A Irvine (Etats-Unis), TAE Technologies développe une alternative au tokamak géant du projet international ITER pour produire de l’électricité à partir de la fusion nucléaire. Son premier réacteur expérimental, Norman, vient d’achever ses tests. L’entreprise qui a levé plus de 700 millions de dollars entame la construction de Copernicus, le réacteur destiné à démontrer qu’elle peut produire plus d’électricité qu’elle n’en consomme pour faire tourner la machine. Si c’est le cas, sa technologie pourrait être commercialisée d’ici cinq ans. Avec une production d’énergie moins spectaculaire qu’ITER mais une logique économique compétitive car moins gourmande en capitaux et décentralisée.

| | interview

Marcel Salathé: «Le coronavirus ne lit pas Twitter»

Marcel Salathé. | Keystone / Cyril Zingaro

Directeur du laboratoire d’épidémiologie numérique du Campus Biotech à Genève et fondateur de l’Extension School de l’EPFL à Lausanne, Marcel Salathé suit les traces numériques du Covid-19 depuis le 13 janvier. Ce 26 février, il a choisi de donner à l'EPFL un cours spécial à ce sujet. Dans cet entretien, il explique pourquoi et comment il travaille sur la propagation de cette maladie et sur les traces numériques qu’elle laisse dans son sillage.

Heidi.newsVotre champ d’activité habituel, c’est l’alimentation. Pourquoi suivez-vous soudainement les traces numériques du Covid-19? Profitez-vous de cette épidémie pour améliorer vos recherches ou est-ce l’inverse, ces dernières profitent-elles à la compréhension du Covid-19?
| | interview

Michael Hengartner: «L'EPFL ne doit pas perdre l’envie de viser encore plus haut»

Michael Hengartner, biochimiste de 53 ans, et nouveau président du Conseil des Ecoles polytechniques fédérales depuis le 1er février 2020 | UniZH

Michael Hengartner préside depuis le 1er février 2020 le Conseil des écoles polytechniques fédérales (EPF), entité qui chapeaute l’EPF de Lausanne et l’ETH Zurich bien sûr, mais aussi quatre autres établissements de recherches en Suisse: le WSL, consacré au forêts et à la neige, l’Eawag dédié à l’eau, l’EMPA focalisé sur les matériaux et l’Institut Paul Scherrer (PSI) pour la physique synchrotronique et l’énergie. Ce biochimiste de 53 ans, père de six enfants, était auparavant recteur de l’Université de Zurich et président de la faitière swissuniversities. Entretien.

| | news

A Morges, la poésie se fiance au numérique pour la Saint Valentin

L'exposition présente une découverte en réalité virtuelle du monde d'Orphée de Rilke. DR

L’exposition «Digital Lyric: Beyond the book» débute au château de Morges le 14 février, jour de la Saint Valentin et se tient jusqu’au 10 mai, jour de la fête des mères pour renouer avec la tradition populaire des poèmes d’amoureux et d’enfants. Un objectif antiélitiste qui se poursuit en faisant entrer, en première mondiale, la poésie dans l’ère numérique. Financée par le fonds AGORA du Fond National Suisse et développée par l’UNIL en collaboration avec l’EPFL, la HEIG et la HEAD, cette exposition présente, entre autres, des installations d’intelligence artificielle destinées à assister les poètes amateurs, un Spotify de la poésie du XIXème siècle ou bien encore un voyage en réalité virtuelle sur les traces de Rilke en Valais. Elle s’envolera ensuite pour San Francisco et Montréal.

| | news

Martin Vetterli reconduit pour quatre ans à la tête de l’EPFL

Martin Vetterli, président de l'EPFL. | EPFL / Olivier Christinat

Le Conseil fédéral a confirmé Martin Vetterli pour un deuxième mandat à la présidence de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Le professeur en systèmes de communication, qui a succédé à Patrick Aebischer début 2017, est ainsi reconduit dans ses fonctions pour quatre ans à partir du 1er janvier 2021.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | news

Soufflez, ça vous aidera à décider

Image d'illustration. | Pixabay

L’initiation d’une action volontaire est couplée au cycle respiratoire. C’est ce que concluent des travaux neuroscientifiques menés à l'EPFL. Ainsi, nous sommes plus susceptibles de prendre une décision lorsque nous expirons l'air. Ces recherches montrent que l’action volontaire est donc le produit du corps entier, et non seulement du cerveau.

| | news

Est-on contagieux sans symptôme du coronavirus? L'urgence d'agir conduit à une étude bâclée

Le coronavirus vu au microscope électronique: ce microbe doit son nom à la forme de couronne que lui donnent ses structures externes | CDC

Une personne infectée par le nouveau coronavirus 2019-nCoV qui ne présente encore aucun symptôme peut-elle malgré tout transmettre le microbe à d’autres? C’est l’une des questions qui taraudent le plus les infectiologues aujourd’hui. Un article paru jeudi dernier dans le New England Journal of Medicine (NEJM) le laissait penser. Mais il s’avérerait que, écrit et publié dans une trop grande précipitation, il contiendrait des erreurs.

| | news

Et si la solution pour vaincre les infections virales se cachait dans le sucre?

Le nouveau coronavirus qui sévit en Chine (ici, un patient à l'hôpital de Wuhan) sera testé avec la nouvelle méthode mise au point. | Keystone / EPA / STR CHINA OUT

Des chercheurs de l’UNIGE, de l’EPFL et de l’Université de Manchester sont parvenus à détruire un large spectre de virus par simple contact en modifiant des molécules de sucre. Leur étude, publiée dans Science Advances, explique comment des cyclodextrines, dérivés naturels du glucose, parviennent à devenir «virucide» en liant et altérant la surface d’un grand nombre de virus. Il s’agit d’une première pour une molécule biocompatible: habituellement, les substances dites «virucides», comme l’eau de Javel, sont toxiques pour l’être humain.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | news

Edward Snowden aux centaines de participants des AMLD à l'EPFL: «Don't stay safe. Stay free!»

Edward Snowden | Photo: Olivier Dessibourg

Heidi.news est partenaire des Applied Machine Learning Days (AMLD), et déplace jusqu'au mercredi 29 janvier sa rédaction à l'EPF de Lausanne, sur le site de l'événement.

Ce fut sans conteste le clou du spectacle. Parmi le déluge d’invités de haut niveau, Edward Snowden a pris la parole lundi soir aux Applied Machine Learning Days (AMLD) de l’EPFL. C’est de Moscou, par caméra interposée, qu’il s’est exprimé pour encourager le millier de participants encore présents à s’engager pour la liberté des sociétés.

| | news

Grâce aux neurosciences, une start-up romande veut vous faire méditer par les pieds

La première application de Metaphysiks: des semelles destinées à faciliter la méditation. | Metaphysiks Engineering, DR

EXCLUSIF – Créée en août 2019, la start-up Metaphysiks Engineering est issue d’une coopération entre les laboratoires de neuroprosthétique cognitive et de systèmes robotiques de l’EPFL. La société développe des dispositifs tactiles en silicone équipés de circuits hydrauliques, qui permettent de stimuler le sens du toucher à travers des vibrations mais aussi en jouant sur les changements de pression et de températures. Elle s’apprête à lancer son premier produit: des semelles destinées à faciliter la relaxation et la méditation, avant des déclinaisons pour le sommeil et le champ médical (réhabilitation après un AVC).

| | news

Le centre de congrès de l’EPFL n’est toujours pas rentable

Le Swisstech Convention Center. | Jean-Christophe Bott / Keystone

Inauguré au printemps 2014, le spectaculaire Swisstech Convention Center (STCC) de l’EPFL avait été épinglé deux ans plus tard par le Contrôle fédéral des finances. L’organe avait alors vertement critiqué une opération risquée, conclue à la hâte, avec un arrangement financier trop favorable à l’investisseur Credit Suisse. L’EPFL s’en était défendue, assurant que l’équilibre serait atteint d’ici à 2020. Mais aujourd’hui, le STCC reste déficitaire.