#embryologie

| | news

Cette puce reconstitue le développement embryonnaire

Image d'un embryon humain à quelques jours de développement | Creative Commons

L’éthique et les difficultés techniques freinent la compréhension fine des mécanismes qui contrôle le développement des embryons humain. Dans une puce microfluidique, une équipe américaine a reproduit les quatre premiers jours d’un embryon humain. C’est une avancée technologique cruciale pour étudier les phases primordiales du développement embryonnaire, qui a été présentée dans Nature.

Pourquoi c’est important. Pour l’instant, la science ne dispose pas des bons outils pour étudier le développement embryonnaire précoce. L’éthique protège la manipulation des embryons humains et le développement des embryons de souris diffère de celui des primates. Or mieux comprendre ce phénomène est très important pour la médecine, en particulier pour espérer lutter contre les fausses couches.

| | radar

La collerette du dragon dériverait de ses branchies, selon une étude de l'UNIGE

Le dragon à collerette utilise son large cou pour effrayer les prédateurs et les concurents. | Pixabay

Le dragon à collerette est un lézard à la particularité bien étonnante: un large disque de peau repose autour de sa tête et de son cou. Aujourd’hui, le lézard déploie son ornement pour effrayer ses prédateurs et ses concurrents. Selon des chercheurs de l’UNIGE, cette peau ainsi que les os et cartilages qui la soutiennent, proviendraient d’arcs branchiaux embryonnaires.

Pourquoi on en parle. Cette découverte démontre une fois de plus que l’évolution «est capable de “recycler” les anciennes structures en de nouvelles formes jouant des rôles différents», s’enthousiasme Michel Milinkovitch, professeur à l’UNIGE et chef de groupe à l’institut suisse en Bioinformatique.

link

Lire l'article complet dans eLife (EN)