#électronique


Abonnez-vous
| radar

La petite musique de l’électronique

Le Do majeur d’un Macbook au démarrage est bien connu. Image: Apple

Le Do majeur d’un ordinateur Apple au démarrage, les trois ou quatre notes qui signent la mise en marche de votre sèche-linge ou le système de chauffe de votre machine à café connectée… Les industriels sont de plus en plus attentifs à ces petites icônes sonores ou «earcon».

Pourquoi c’est important. Elles confèrent une touche de familiarité rassurante à notre électroménager; elles confirment à notre oreille inquiète que nos dispositifs, de plus en plus silencieux, sont bel et bien en activité. The Atlantic raconte l’Histoire et décrypte les savoir faire à l’origine de ces gimmicks sonores d’une trompeuse simplicité.

link

The Atlantic

| | interview

Nicola Spaldin: «Les matériaux multiferroïques pourraient être une révolution pour l’électronique»

Nicola Spaldin reçoit ce jeudi 7 novembre le Prix Marcel Benoist, considéré comme le "Nobel suisse" | Fondation Marcel Benoist

Depuis 1920, année de la création du Prix Marcel Benoist, Nicola Spaldin n’est que la deuxième femme à se voir récompensée par cette distinction parfois aussi appelée «Nobel suisse», puisque dix de ses lauréats ont ensuite reçu la récompense scientifique suprême. Elle reçoit son prix ce 7 novembre à Berne des mains du Conseiller fédéral Guy Parmelin, président de la fondation éponyme.

Professeure en théorie des matériaux à l’ETH de Zurich, cette Anglaise, diplômée de l’Université de Cambridge et qui a poursuivi l’essentiel de sa carrière scientifique aux Etats-Unis, s’est installée en Suisse en 2011. Dans cet interview, elle évoque son domaine de recherche annoncé comme révolutionnaire pour l’électronique de demain, mais aussi la place des femmes dans la science ou l’importance du maintien des liens scientifiques avec l’Union européenne.

| | radar

L'EPFZ développe une batterie pliable pour les objets électroniques du futur

Batterie pliable de l'ETHZ | Peter Rüegg/ETH Zurich

Des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich ont développé une batterie qui peut être pliée, étendue, voire tordue. Son électrolyte particulière (qui décrit sa capacité à stocker l’énergie) fait l’objet d’une description dans la revue Advanced Materials, indique le site de l’EPFZ.

Pourquoi c’est intéressant. A l’avenir, de plus en plus d’objets électroniques, comme des écrans voire des habits intelligents, devront pouvoir être pliés ou enroulés. Cette nouvelle batterie s’inscrit exactement dans cette tendance.

link

Lire l'article sur le site de l'EPFZ