#électricité


Abonnez-vous
| | news

L'une des clés technologiques du réacteur de fusion nucléaire ITER est suisse, et elle vient d'être livrée

Les amplicateurs de courant d'Ampegon, pièces clés du réacteur de fusion nucléaire ITER | ITER Organization

Les premiers composants suisses importants du réacteur expérimental de fusion thermonucléaire ITER, à Cadarache (Sud de la France), viennent d’être livrés. Il s’agit de systèmes d’alimentation électrique novateurs à très haute tension fournis par la société spécialisée Ampegon, basée près de Baden (Argovie).

Pourquoi c’est important. Ces dispositifs électriques constituent des éléments absolument cruciaux dans la chaîne d’installations qui doit provoquer et entretenir les conditions propices à la fusion nucléaire. Le réacteur ITER, projet à 15 milliards d’euros, est construit pour démontrer la faisabilité de ce mode de production d’énergie propre annoncé comme révolutionnaire pour les décennies à venir.

| | news

Les Diablerets font la lumière sur DiabLab, le projet communal d’éclairage durable

Les Diablerets veulent changer leur système d'éclairage public pour être le plus durable possible. | Zacharie Grossen/Wikicommons

«DiabLab». Un nom de code plaisamment satanique pour décrire une expérience inédite d’investissement énergétique durable, lancée ce 6 septembre au Moving Mountains Forum qui se tient au Diablerets: ce village vise une rénovation «verte» de son réseau d’éclairage public, et a choisi de rendre publiques toutes les étapes du projet, depuis le tout début de sa conception.

Pourquoi on vous en parle. L’intérêt de cette initiative va bien au-delà du cas particulier des Diablerets. En réalité, l’ensemble des petites communes de moyenne montagne, entre 1000 et 2000 m d’altitude, est concerné. Car presque toutes ont en commun de ne disposer que de moyens modestes pour faire face aux multiples contraintes pesant sur elles aujourd’hui, notamment à l’impératif environnemental. Ainsi la commune d’Ormont-Dessus, dont le village des Diablerets fait partie, ne compte qu’environ 1500 habitants pour un budget annuel de l’ordre de 12 millions de francs.

| | analyse

Non, une trottinette électrique n'émet pas autant de carbone qu'une voiture

Des trottinettes électriques partagées en juin 2019, à Zurich | CHRISTIAN BEUTLER/KEYSTONE

Une trottinette électrique pollue-t-elle autant qu’une petite voiture? Ses émissions s'élèveraient à 125 g CO2/km, chiffre comparable aux émissions d’un petit véhicule thermique, selon plusieurs médias français, se faisant l’écho d’une étude américaine. Décryptage de ce chiffre.

Pourquoi c’est important. Présentées comme solution de micro-mobilité propre, les trottinettes électriques ont envahi de nombreuses villes, y compris en Europe. Mais les critiques se multiplient sur leur modèle économique, qui sous-traite souvent à des freelances la recharge des appareils, ainsi que sur leur empreinte carbone.

| | news

L'hydrogène dans les avions: vrai progrès ou green washing?

Un avion Easyjet | Keystone

Diminuer la pollution des avions est une urgence. En attendant – d’ici 15 ans au mieux – l’avion «tout électrique», une solution partielle se profile: l’utilisation, lors du roulage au sol, d’une propulsion combinant une pile à hydrogène et des moteurs électriques. La firme aéronautique Safran et Easyjet conduiront des essais en 2020 autour de ce projet baptisé Hydrocell.

Pourquoi c’est insuffisant. Généraliser l’hydrogène au sol à l’échelle d’une compagnie aérienne comme Easyjet jouerait un rôle dérisoire dans la lutte contre le réchauffement climatique. Les émissions annuelles de CO2 d’EasyJet ne baisseraient au mieux que de 1%, selon les chiffres annoncés. En revanche, l’utilisation de l’hydrogène au sol peut réduire significativement la pollution — et le bruit— dans les aéroports.