#égalité hommes/femmes


S'abonner
| | Idées

Médias et Covid-19: où sont les chercheuses?

Sarah Sermondadaz
| Idées

Et si la vraie égalité des droits passait aussi par celle des devoirs?

Noémie Roten
| | Question

Pourquoi la Suisse a-t-elle accordé le droit de vote aux femmes aussi tard?

Affiches réalisées par Otto Baumberger (1920) et Hugo Laubi (1946) | Museum für Gestaltung Zurich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| Idées

Les femmes vont-elles devoir marcher longtemps sous des statues d’hommes puissants?

 Isabelle Collet

Isabelle Collet est professeure en science de l’éducation de l’Université de Genève.

Une actualité vous interroge ?

Posez votre question à la rédaction de Heidi.news

| | Idées

L'ampleur choquante des violences sexuelles en Suisse

Manon Schick

A l'occasion de la journée de mobilisation du 14 juin 2020, Manon Schick, directrice sortante d’Amnesty International Suisse, a voulu parler de violences sexuelles.

| | News

Les promesses des médias publics pour un meilleur équilibre des sexes

Le sport est le pire secteur des médias pour la représentation des femmes. Elles n'y sont que 4%. Image extraite du documentaire de la RTS sur l'entraîneur de foot Bernard Challandes.

La proportion de femmes interrogées par les médias oscille entre 20-30% au niveau mondial. Pour tendre vers la parité, Heidi.news a lancé le projet Heidi Gender Tracker. Il s'agit d'un algorithme développé à l'EPFL qui comptera, dans chaque article, combien d'hommes et combien de femmes sont cité(e)s. Lectrices, lecteurs, testez l'algorithme, pour qu’il apprenne encore quelques subtilités avant de pouvoir le déployer pleinement!

| | Interview

«Covid-19 n’a pas aidé la cause des femmes»

Gisou van der Goot, lors de la remise du prix Marcel-Benoist, en 2009. | Keystone / Lukas Lehmann

Le 14 juin 2019, Gisou van der Goot, biologiste et doyenne de la faculté des sciences de la vie à l’EPFL, avait signé un Point du Jour de grève. Elle a manifesté parce qu’«il y a trop de choses inacceptables, les remarques sexistes, les inégalités salariales, tout ce qui peut donner à des femmes l’impression qu’elles ne devraient pas être où elles sont». Nous avons voulu faire le point avec elle un an après. Entretien.