#économie de la santé


S'abonner
| radar

Les sites de santé, ces espions qui partagent nos données

Selon une enquête, 79% des sites traitant de la santé utilisent des cookies permettant de traquer les internautes et revendre sans consentement leurs informations personnelles et médicales à des entreprises tierces.

link

À lire dans MIT Technology Review

| | twitter

La Suisse consacre 12,2% de son PIB aux dépenses de santé

L’OCDE publie ce 7 novembre son Panorama de la santé 2019. Selon les prévisions, les dépenses de santé dépasseront la croissance du PIB au cours des quinze prochaines années dans presque tous les pays de l’organisation. Celles-ci devraient croître annuellement de 2,7% (en moyenne) dans la zone OCDE. Les dépenses de santé devraient ainsi peser 10,2% du PIB d’ici 2030, contre 8,8% en 2018.

En 2018, ce sont les États-Unis qui ont dépensé le plus en soins avec 16,9% de leur PIB, suivis de la Suisse avec 12,2% de son PIB. Viennent ensuite l’Allemagne, la France et le Japon, qui consacrent à la santé environ 11% de leurs PIB respectifs.

| | news

Alain Berset tape sur les doigts des assureurs santé

La loi interdit que les assurances annoncent le montant de leurs primes avant approbation de l'OFSP | Christian Beutler / Keystone

Des assurances maladies ont dévoilé cet été le tarif des primes de l’assurance obligatoire avant leur approbation par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), alors qu’elles n’en avaient pas le droit. Le chef du Département de l’intérieur Alain Berset a condamné ce comportement lors d’une réunion avec les assureurs santé vendredi 18 octobre à Berne.

Pourquoi on vous en parle. Selon la loi sur la surveillance de l'assurance-maladie, les tarifs des primes de l'assurance obligatoire des soins ne peuvent pas être rendus publics ni appliqués avant leur approbation par l'OFSP. Cette règle vise à protéger les assurés contre des décisions erronées prises de manière prématurée, et à garantir une concurrence équitable.

| | news

Des femmes sous alimentées aux cadres qui en font trop, «le sport reflète les dérives de la société»

A Interlaken, des marathoniens sur la ligne de départ. (Image d'archive) | Martin Ruetschi / Keystone

Dans les pays occidentaux, les maladies non transmissibles ne cessent d’augmenter. Diabète, obésité, hypertension tuent de plus en plus. Mais alors qu’une partie de la population est plus sédentaire que jamais, une autre, parfois déjà bien lancée dans la vie, se (re)plonge dans le sport.

Boris Gojanovic, ancien basketteur d’élite et médecin du sport, s’exprimera ce jeudi 29 août au Forum économique romand FOROM, dont le thème est «Economie, sport et bien-être». Il analyse pour Heidi.news l'évolution de la société à travers la pratique des sports et ses dérives.

| | news

Le nouveau tarif médical TARDOC ferait bondir les coûts de la santé de 3 milliards? Absurde, disent ses initiateurs

Photo prétexte | Keystone / Christian Beutler

L’application du nouveau tarif médical ambulatoire TARDOC, appelé à remplacer TARMED, pourrait faire augmenter de 3 milliards de francs les coûts de la santé à charge de l’assurance obligatoire des soins (AOS). C’est ce qu’affirme santésuisse, la plus grande association faîtière des assureurs-maladie en Suisse.

Pourquoi c’est faux. Ce chiffre est issu d’une simple projection, et ne reflète pas la réalité. De plus, les exigences légales sont très claires: un nouveau tarif doit respecter un principe de neutralité des coûts. Si TARDOC ne respecte pas ce principe, il sera refusé par le Conseil fédéral.