#drogues


S'abonner
| radar

Un «narco sous-marin» sur les côtes de l’Europe

Salvador Sas/EPA EFE/Keystone

C'est la première fois que ce type de transport de stupéfiants est identifié en Europe: un sous-marin artisanal d'une longueur de 22 mètres a été intercepté à Cangas en Galice, près de la frontière portugaise.

L’engin transportait trois tonnes de cocaïne, d'une valeur dépassant 110 millions de francs, selon les autorités espagnoles. La découverte de ce submersible vient d'illustrer les capacités technologiques des trafiquants.

link

Le Monde

| | radar

Test du premier implant cérébral contre l’addiction aux opioïdes

Image d'illustration. | Pixabay / Gordon Johnson

Problème de santé publique majeur aux États-Unis, la dépendance aux opioïdes peine à trouver un remède efficace. Une nouvelle technologie d’implantation d’électrodes dans le cerveau pourrait réduire, voire éliminer cette forme de toxicomanie.

link

Tech Crunch

| | radar

Le cannabis sera-t-il le prochain or vert africain?

(Pixabay)

Alors que le Maroc est le premier producteur de résine de cannabis au monde, les pays d’Afrique australe pourraient bientôt se mettre à la production de marijuana. Encore illégale dans de nombreux pays, sa culture à des fins médicinales promet l’ouverture de nouveaux marchés légaux. Le Lesotho, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud en sont pionniers. A l’échelle du continent, ce nouveau marché pourrait représenter 7,1 milliards de dollars en 2023.

link

Jeune Afrique

Nos offres de fin d'année

| | radar

Les archives de Münsterlingen révèlent l'ampleur d'un essai clinique sauvage survenu en 1954

Vue du bâtiment de la clinique psychiatrique, de Münsterlingen, où les tests de dépistage de drogues effectués sur les patients par le psychiatre Roland Kuhn dans les années 1950 auraient été plus poussés que prévu. | Keystone / Gian Ehrenzeller)

A Münsterlingen, dans le canton de Thurgovie, le psychiatre Roland Kuhn a mené des essais cliniques sauvages durant quatre décennies. Le directeur a testé au moins 67 substances sur quelque 3’000 patients n’ayant pas donné leur consentement. Nous avons traduit en anglais l’article complet de la NZZ du 23 septembre, au vu de l’ampleur du scandale en Suisse alémanique et de l’excellent travail de recherche réalisé par le centre des archives de Münsterlingen.

Pourquoi on vous en parle. L’arrivée de la cargaison de préparation G 22150 en avril 1954 à la clinique psychiatrique de Münsterlingen a marqué le début d'une longue série d'essais cliniques dans l’institution. Le médecin-chef Roland Kuhn y a évalué les effets psychopharmacologiques de nouvelles substances non approuvées. Le psychiatre collaborait avec des entreprises pharmaceutiques bâloises. Il réagit d’abord avec prudence aux demandes d'essai: «Je ne veux pas faire un travail que je ne peux pas réaliser avec la rigueur nécessaire». Mais ses inhibitions disparaissent et il est rapidement gagné par une «véritable fièvre expérimentale», comme on peut le découvrir dans l'étude récente Forschungsbuch zu Medikamententests in Münsterlingen.

link

Lire l'article original en allemand de la NZZ

| | news

Drug trials in Münsterlingen: how senior physician "Daddy Long Leg" used his patients as guinea pigs

Vue du bâtiment de la clinique psychiatrique, de Münsterlingen, où les tests de dépistage de drogues effectués sur les patients par le psychiatre Roland Kuhn dans les années 1950 auraient été plus poussés que prévu. | Keystone / Gian Ehrenzeller)

Basel-based pharmaceutical companies have been testing unapproved medicines on thousands of people in Switzerland for three decades. The clinic in Münsterlingen, Thurgau, was “more than helpful!” Senior physician Roland Kuhn was madly excited about the trials.

Why it matters. April 1954 – a shipment of the preparation G 22150 arrives at the Psychiatric Clinic Münsterlingen. It marks the beginning of a long series of trials in the clinic at the idyllic location of Lake Constance. Senior physician Roland Kuhn tests new, unapproved substances for their psychopharmacological effects. Kuhn collaborates with Basel-based pharmaceutical companies. He reacted cautiously to Geigy's test requests at the beginning: “I don't want to take on a job that I can't perform with the necessary thoroughness.” But all inhibitions vanished in no time. Kuhn was overcome by a “real experimental fever”, as can be read in the study “Münsterlingen test case” presented on Monday.

| | news

Dans la Bolivie précolombienne, les chamanes carburaient déjà à la cocaïne

Plant de coca | H. Zell - Université du Michigan

Des analyses chimiques démontrent que dans la Bolivie précolombienne, vers l’an 1000, les chamans inhalaient ou prisaient déjà des feuilles de coca séchées.

Pourquoi c’est important. Les progrès dans la sensibilité des appareils d’analyse chimique permettent aux archéologues de mieux connaître les pratiques et les coutumes du passé, comme l’ont montré des travaux récents s’appuyant sur des analyses d’urine dans le sol (FR). Cette découverte en Bolivie, basée elle aussi sur une étude chimique, confirme que les civilisations précolombiennes possédaient un savoir botanique très riche.