#dépression


S'abonner
| | question

Comment se prémunir de la dépression face au coronavirus?

Pixabay / 5598375

Votre question complète. Difficile de garder le morale cloisonné entre quatre murs. À l’heure où chacun s’organise et tente de trouver un nouvel équilibre de vie, un lecteur nous a demandé:

Comment peut-on tous se prémunir de la dépression qui guette les Italiens?

L’avis de l’expert. Nous avons posé cette question à Guido Bondolfi, médecin-chef du service de psychiatrie de liaison et dʹintervention de crise aux Hôpitaux universitaires de Genève. Le spécialiste, sur qui repose notamment la prise en charge psychologique des soignants, nous raconte les défis pour la santé mentale liés à la crise ainsi que les stratégies à mettre en place pour y faire face.

Heidi.news — Avez-vous déjà vécu une situation similaire durant votre carrière?
| | radar

L'évolution peut-elle expliquer la dépression?

Pixabay / Dana Tentis

Une personne sur cinq vivra une dépression au cours de sa vie. Une fréquence si massive que la tentation est forte d’expliquer la maladie par des facteurs évolutifs profonds pesant sur l’espèce humaine. Dans cet article paru sur le site universitaire The Conversation, Gilles Bertschy, professeur de psychiatrie au CHU de Strasbourg, fait la lumière sur les nombreuses théories existantes. Certaines s’attachent à décrire la dépression comme un comportement de préservation social, d’autres comme un vestige de comportement de retrait face aux maladies infectieuses, ou encore comme une forme exacerbée d’empathie… La liste est longue.

| | radar

Snapchat, garant de la santé mentale de ses utilisateurs?

Image d'illustration | Pixabay

Les personnes nées après 1995 rencontrent davantage de problèmes de santé mentale que leurs aînés. L’essor des smartphones, couplé à une diminution des interaction sociales dans la vie réelle, favoriserait la dépression des adolescents. Pour répondre à ce phénomène, Snapchat vient d’annoncer le lancement d’un nouvel outil appelé «Here For You», rapporte le magazine Usbek et Rica.

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

| | news

Et si on donnait plus de place à la paternité dans les maternités?

Pixabay / Café

«Mon incapacité à faire quoi que ce soit était extrêmement frustrante. Je n’ai pas trouvé ma place.» Sur l’écran de la salle où se déroulait mardi la deuxième rencontre sages-femmes et pédiatres organisée par la Haute école de santé de Genève (HEdS) et la Fondation pour la Recherche en Périnatalité (FReP), un documentaire est projeté. Un père y raconte comment il a vécu l’accouchement de sa compagne. Avec la césarienne douce, c’est l’autre sujet de la rencontre: la place des pères dans la maternité.

| | news

Blue Monday: le quotidien d'un dépressif c'est comme manger un yaourt avec une fourchette

Métaphore de la dépression par Ruby Elliot. | «Ça va merveilleusement bien», éditions Jouvence

Lorsque Ruby Elliot traite de la dépression, elle nomme son livre Ça va merveilleusement bien, paru aux éditions Jouvence. Avec ce titre secondaire bien senti: «La vie est compliquée, du coup je l'ai dessinée». L’illustratrice londonienne publie son premier recueil de dessins, sur un sujet central: la santé mentale. Un thème qui trouve une résonance particulière ce lundi 20 janvier, jour le plus déprimant de l’année.

| | news

En cas de burn-out, le repos d'abord et la réflexion ensuite

Sophie Rusca, cheffe de service en santé du travail

«Un immeuble où l’intérieur est calciné, mais les murs tiennent encore.» C’est ainsi que le Dr Sophie Rusca, cheffe de service de santé au travail de l’hôpital du Valais, illustre l’épuisement professionnel, ou burn-out. Cheffe de service en santé du travail, elle estime à 20% la part de la population salariée qui ressent des signes de stress lié au travail, pouvant aller jusqu’à un pré-burn-out. Toutes les explications dans la vidéo ci-dessus.

| | news

Le retour en grâce des drogues hallucinogènes en médecine expliqué par un de ses acteurs

Pixabay / Stuart Hampton

LSD, psilocybine, mescaline… Très en vogue dans les années 60, puis classées comme stupéfiants et interdites, ces drogues hallucinogènes sont en train de connaître un renouveau dans le domaine médical. Dans une tribune publiée sur le site médical Stat, Shlomi Raz, fondateur de la société pharmaceutique Eleusis, se félicite de ce retour en grâce. En activant les récepteurs de la sérotonine dans le cerveau, ces substances hallucinogènes ont une puissante action anti-inflammatoire, qui pourrait bien s’avérer utile dans des pathologies à forte dimension neuro-immune comme la maladie d’Alzheimer ou la dépression chronique.

| | radar

Les personnes dépressives consomment plus de cannabis

Image d'illustration. Crédits: AP | RICHARD VOGEL

Légale dans plusieurs Etats, la marijuana est de plus en plus populaire en Amérique. Dans la revue Addiction, des médecins constatent que les patients dépressifs font plus ample consommation de ce psychotrope.

| | radar

La luminothérapie serait aussi efficace que les antidépresseurs

Image d'illustration | Wikimedia Commons / Slllu

La luminothérapie serait aussi efficace que les antidépresseurs dans la dépression. Voilà la conclusion d’une méta-analyse publiée dans Sleep Medecine Reviews et rapportée jeudi 7 novembre par France Culture, à laquelle est arrivée une équipe du CHU de Strasbourg. Les mêmes chercheurs ont montré que la combinaison entre luminothérapie et antidépresseurs était plus efficace qu’un traitement unique. Et cela, tant sur les dépressions saisonnières que sur les dépression profondes.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

| | radar

Le premier casque de stimulation transcrânienne vient de sortir contre la dépression

Le casque Flow a pour objet de compenser l'asymétrie fonctionnelle observée dans le cortex préfrontal des personnes dépressives | Pixabay / OpenClipart-Vectors

Un casque de stimulation transcrânienne contre la dépression vient d’être lancé au Royaume-Uni, rapporte New Scientist. Appelé Flow, il est le premier dispositif du genre en Europe. Le principe consiste à générer des impulsions magnétiques à la surface du crâne de façon à induire une activité électrique dans le cerveau. Les études ont montré qu’un tel dispositif, employé au niveau du cortex préfrontal, peut avoir un effet positif sur la dépression. Lancé dans plusieurs cliniques britanniques, le casque est également disponible à la vente aux particuliers.

| | radar

Le changement climatique provoque une angoisse (et elle peut être bénéfique)

Image d'illustration | Pixabay

Plus de la moitié des Français sondés se disent angoissés par le changement climatique. C’est ce que révèle le sondage d’un dossier du HuffPost sur l’éco-anxiété publié ce jeudi 24 octobre. Eco-anxiété? Ce terme désigne ce qu’une personne ressent lorsqu’elle est en permanence préoccupée par le changement climatique. Et pour ces personnes, le site publie un article sur les techniques des thérapeutes pour gérer ces angoisses.

| | radar

Bien manger permet de lutter contre la dépression des jeunes adultes

Les régimes méditerrannéens et associés n'excluent pas les produits laitiers mais recommandent d'éviter la consommation excessive de matière grasse. | Pixabay / Hans

Des chercheurs de l’université de Macquarie (Australie) ont démontré qu’une alimentation saine permettait d’améliorer le bien-être mental des jeunes adultes. L’étude a été publiée mercredi 9 octobre dans la revue Plos One et fait l’objet d’un article de la radio publique américaine NPR. Suivis par un nutritionniste pendant trois semaines, les participants, âgés de 17 à 35 ans et modérément déprimés, ont vu leur humeur et leur niveau d’anxiété s’améliorer sensiblement. Le régime était d’inspiration méditerranéenne: moins de sucre, graisse, viande transformée ou soda; beaucoup de fruits et légumes, fruits secs, poisson, huile d’olive…