#dépression


S'abonner
| | radar

La luminothérapie serait aussi efficace que les antidépresseurs

Image d'illustration | Wikimedia Commons / Slllu

La luminothérapie serait aussi efficace que les antidépresseurs dans la dépression. Voilà la conclusion d’une méta-analyse publiée dans Sleep Medecine Reviews et rapportée jeudi 7 novembre par France Culture, à laquelle est arrivée une équipe du CHU de Strasbourg. Les mêmes chercheurs ont montré que la combinaison entre luminothérapie et antidépresseurs était plus efficace qu’un traitement unique. Et cela, tant sur les dépressions saisonnières que sur les dépression profondes.

Pourquoi on vous en parle. La dépression touche un Suisse sur cinq au cours de sa vie. Les effets de la luminothérapie sur les dépressions saisonnières sont connues depuis 1984 et permettent de pallier le manque de lumière. Mais jusqu’à aujourd’hui, la pratique médicale privilégie le recours aux médicaments. Les preuves scientifiques accumulées vont peut-être changer ces habitudes.

link

Écouter l'émission sur France Culture

| | radar

Le premier casque de stimulation transcrânienne vient de sortir contre la dépression

Le casque Flow a pour objet de compenser l'asymétrie fonctionnelle observée dans le cortex préfrontal des personnes dépressives | Pixabay / OpenClipart-Vectors

Un casque de stimulation transcrânienne contre la dépression vient d’être lancé au Royaume-Uni, rapporte New Scientist. Appelé Flow, il est le premier dispositif du genre en Europe. Le principe consiste à générer des impulsions magnétiques à la surface du crâne de façon à induire une activité électrique dans le cerveau. Les études ont montré qu’un tel dispositif, employé au niveau du cortex préfrontal, peut avoir un effet positif sur la dépression. Lancé dans plusieurs cliniques britanniques, le casque est également disponible à la vente aux particuliers.

Pourquoi on vous en parle. Les antidépresseurs sont loin d’être une panacée, et tout nouveau traitement est bienvenu. La stimulation magnétique transcrânienne montre des résultats modestes mais avérés dans la dépression, et le procédé employé à faible intensité a l’avantage de ne produire, pour autant qu’on sache, que peu d’effets indésirables. La libre mise à disposition du casque pose en revanche la question de la sélection des patients et du respect du protocole, ce qui témoigne une fois de plus du fait que les dispositifs médicaux font l’objet de contrôles bien moins stricts que les médicaments.

link

À lire sur New Scientist

| | radar

Le changement climatique provoque une angoisse (et elle peut être bénéfique)

Image d'illustration | Pixabay

Plus de la moitié des Français sondés se disent angoissés par le changement climatique. C’est ce que révèle le sondage d’un dossier du HuffPost sur l’éco-anxiété publié ce jeudi 24 octobre. Eco-anxiété? Ce terme désigne ce qu’une personne ressent lorsqu’elle est en permanence préoccupée par le changement climatique. Et pour ces personnes, le site publie un article sur les techniques des thérapeutes pour gérer ces angoisses.

Pourquoi on vous en parle. Maintenant que l’angoisse est répandue, il y a deux façons d’y répondre: la paralysie ou l’action. Et selon le sondage, les français ont évolué dans leurs pratiques: 87% trient leurs déchets, 81% contrôlent leur consommation d’énergie, 70% font attention à l’impact de leurs courses alimentaires, 37% privilégient l’occasion au neuf, 11% ne prennent plus l’avion et 10% affirment ne plus manger de viande.

link

Lire le dossier sur le HuffPost

| | radar

Bien manger permet de lutter contre la dépression des jeunes adultes

Les régimes méditerrannéens et associés n'excluent pas les produits laitiers mais recommandent d'éviter la consommation excessive de matière grasse. | Pixabay / Hans

Des chercheurs de l’université de Macquarie (Australie) ont démontré qu’une alimentation saine permettait d’améliorer le bien-être mental des jeunes adultes. L’étude a été publiée mercredi 9 octobre dans la revue Plos One et fait l’objet d’un article de la radio publique américaine NPR. Suivis par un nutritionniste pendant trois semaines, les participants, âgés de 17 à 35 ans et modérément déprimés, ont vu leur humeur et leur niveau d’anxiété s’améliorer sensiblement. Le régime était d’inspiration méditerranéenne: moins de sucre, graisse, viande transformée ou soda; beaucoup de fruits et légumes, fruits secs, poisson, huile d’olive…

Pourquoi on vous en parle. On soupçonne depuis longtemps qu’un régime alimentaire équilibré permet d’améliorer l’humeur, mais c’est la première fois qu’un essai contrôlé randomisé le démontre chez les jeunes adultes. Or, le risque de suicide est particulièrement important dans cette période de la vie. En Suisse, le suicide représente même la première cause de décès entre 15 et 29 ans. Les mécanismes en jeu sont mal compris mais pourraient être liés à une réduction des inflammations chroniques et à la sélection d’un microbiote favorable.

link

À lire sur le site de la NPR